returnLink-chevron Retour

Un accueil pour les SDF de la gare du Nord à Paris

Quel est notre projet ?

Laissez nous vous raconter la fabuleuse histoire de "Chez Monsieur Vincent", ce lieu unique et central, où convergent toutes les formes de solidarité, où les "grands cassés" sont accueillis dans leur intégralité, aimés et choyés à Paris.

Ceux que nous appelons les grands cassés sont des personnes se trouvant à la rue depuis très longtemps, parfois plusieurs dizaines d’années, et totalement désocialisées. Ces personnes ont perdu tout repère. Beaucoup n’ont plus la conscience du temps, ne prennent plus soin d’elles-mêmes, ne se lavent plus, sont en situation de malnutrition, ou se trouvent en souffrance psychique.

Pour communiquer avec les personnes précaires, créer du lien avec elles est essentiel. C’est un public qu’il faut apprendre à approcher et à rejoindre sans ses difficultés. Avant de les diriger vers l’accueil, il faut au préalable être allé à leur rencontre et avoir gagné leur confiance. C’est ce que nos bénévoles font, lors des tournées-rue.

Chaque jour près de 100 personnes en grande précarité sont accueillies "Chez Monsieur Vincent" à Paris près de la gare du Nord, pour prendre une douche, accéder à des sanitaires, pour se soigner, réceptionner son courrier ou entamer des démarches pour se réinsérer.

C'est incontestable, "Chez Monsieur Vincent" a besoin de travaux de grande envergure pour réhabiliter les locaux actuels afin de créer des conditions de vie plus saine pour les personnes accueillies.

Une petite pierre... pour nous aider à rénover : 3...2...1 Vive la solidarité !

Grâce à la rénovation du lieu d'accueil, nous pourrons ainsi mieux accompagner, mieux accueillir, mieux réorienter, mieux structurer notre travail, mieux nous entourer et travailler davantage en réseau.

Notre association Aux captifs la libération fait appel à votre générosité pour rénover notre lieu d’accueil "Chez Monsieur Vincent" à Paris (voir budget détaillé).

À quoi va servir l’argent collecté ?

Notre association Aux captifs la libération souhaite rénover l’espace solidarité insertion "Chez Monsieur Vincent" pour améliorer le quotidien et le confort de notre public cible, les « grands cassés » et agrandir nos bureaux afin d’assurer un suivi et un accompagnement socioprofessionnel de meilleure qualité.

Aménager des espaces de suivi individuel pour préserver l’intimité des usagers "Chez Monsieur Vincent"

Aujourd’hui, les personnes sont reçues individuellement en entretien social dans des bureaux préfabriqués installés dans le foyer. L’intimité des conversations n’est pas préservée, ce qui accroît la difficulté à promouvoir ces entretiens, pourtant indispensables au suivi d’insertion. Nous souhaitons donc aménager de véritables espaces de suivi individuel : plus grands, mieux isolés, mieux équipés.

Créer une salle de réunion pour l'accompagnement professionnel des plus démunis

Afin d’animer l’équipe et pouvoir recevoir nos partenaires, ou encore tenir nos réunions d’accompagnement socioprofessionnel, il nous faut un lieu adapté. Nous nous réunissons actuellement dans les bureaux des travailleurs sociaux qui ne sont pas prévus à cet effet. Nous souhaitons donc aménager le sous-sol, qui sert aujourd’hui de débarras, pour créer une salle de réunion avec accès internet et ainsi permettre aux personnes accompagnées d’entamer leurs démarches administratives, consulter leurs mails, etc.

Aménager l'espace domiciliation pour respecter la confidentialité des personnes accueillies

La domiciliation est l’un des services les plus utilisés par nos accueillis. Les personnes n’ayant pas d’adresse postale peuvent ainsi recevoir et venir consulter directement à l’association tous les papiers qui leur permettent un suivi avec l’administration française et ainsi de maintenir des relations sociales avec leurs proches.

Pour l’instant, l’accès se fait par une porte située en face de l’entrée principale, dans un espace exigu. Par manque de place, les accueillis attendent sur la voie publique. Afin de les recevoir dans des conditions décentes et respecter la confidentialité de la lecture du courrier, nous souhaitons aménager et agrandir l’espace « domiciliation ».

Rénover les bureaux de l’espace solidarité insertion "Chez Monsieur Vincent"

L’état général des bureaux est vétuste, l’électricité n’est plus aux normes, les fenêtres n’assurent plus l’isolation et les sanitaires sont en mauvais état. Cet espace de travail sera rénové pour assurer son rôle premier : offrir de meilleures conditions de travail et des espaces plus grands aux personnes que nous accueillons.

 

Agrandir, rénover et embellir les pièces collectives, c'est là l'objectif de ce projet, et nous avons besoin de vous pour le réaliser, alors n'attendez plus, ajoutez dès à présent votre pierre à l'édifice pour reconstruire ensemble la maison solidaire de demain ! Merci de votre généreuse contribution.

 

Qui sommes-nous ?

AUX CAPTIFS LA LIBERATION

L’association Aux captifs, la libération a pour objectif de rencontrer et d’accompagner les personnes « captives de la rue », en prenant en compte les dimensions somatique, psychologique, sociale, culturelle et existentielle de chacun. Notre intervention s’articule autour de 4 grands principes :

  • La rencontre dans la rue

Cette première rencontre se fait à « mains nues », son but étant, à ce stade, le dialogue et la rencontre mutuelle gratuite. La régularité des tournées permet aux équipes d’établir une relation de confiance avec les personnes en situation de grande exclusion rencontrées, près de 5000 personnes chaque année. Nous disposons d’une logistique de 200 tournées-rues mensuelles nous permettant de rencontrer chaque personne en moyenne 10 fois par an dans la rue ou dans l’une de nos antennes.

  • Les permanences d’accueil

Les personnes que nous rencontrons lors des tournées sont ensuite invitées aux permanences d’accueil inconditionnel dans les antennes de l’association situées dans le 1er, 5ème, 9ème, 10ème, 12ème, 16ème arrondissements de Paris. Ces temps de permanence sont assurés conjointement par des travailleurs sociaux professionnels, des services civiques et des bénévoles. Ces permanences se déclinent en 7 accueils de jour et représentent au total près de 40 000 passages individuels par an. Ces permanences peuvent être l’occasion pour les personnes de mettre en place une domiciliation à l’association Aux captifs, la libération et d’ouvrir les droits à l’aide médicale d’Etat.

  • Les programmes de reconstruction

Les personnes désireuses sont invitées à participer à des programmes d’expression et de dynamisation qui leur permettent de reprendre un nouveau souffle, d’exprimer leurs potentialités et de reprendre confiance en elles, et de remobiliser vers un projet de vie. Ces ateliers peuvent prendre la forme d’ateliers d’art-thérapie, de visites de lieux culturels, d’activités sportives ou encore de séjours de repos ou de travail, de séjours culturels, sportifs, spirituels, etc.

  • L’accompagnement dans un projet de vie individuel

Quand la personne manifeste le désir d’un nouveau projet de vie, nous l’accompagnons pour qu’elle entreprenne les démarches auprès des institutions et associations compétentes : régularisation administrative, accès aux droits, soutien psychologique, soins sanitaires et médicaux, hébergement voire logement, formation voire insertion professionnelle. Les équipes bénévoles et salariées travaillent en particulier à l’accompagnement vers et dans les soins et l’hébergement. L’association Aux captifs, la libération accompagne ainsi 800 personnes en précarité et 200 personnes en prostitution.

Par ailleurs l’association pilote plusieurs projets innovants :

•          Centre d’hébergement de Valgiros, colocation solidaire entre 21 personnes de la rue et 11 bénévoles, depuis 2010.

•          Projet Marcel Olivier, accompagnement des personnes de la rue alcoolodépendantes, depuis 2012.

•          Chantiers d’insertion pour personnes en situation irrégulière souhaitant sortir de la prostitution, depuis 2015.

•          Projet Maquéro, tournée-rue et accompagnement des personnes malades psy enkystées dans la rue.

CHIFFRES-CLÉS

Avec l’aide de 250 bénévoles et de 52 salariés, nous rencontrons chaque année à Paris 5 000 personnes en grande pauvreté, en majorité des sans-abri, mais aussi des personnes en situation de prostitution, des victimes de la traite des êtres humains, des jeunes en errance, des migrants etc.

Nous disposons de 10 lieux d’accueil, dont 1 centre d’hébergement original où cohabitent des sans-abri et des volontaires bénévoles.

 

Thierry des Lauriers 

Diplômé de l'Ecole nationale des ponts et chaussées, participe en 1982 à la création d’Ingénieurs sans Frontières et en devient le président. En 1983, il poursuit chez Rexcoop en Ethiopie sur un programme de recherche pour la construction à faible coût dans les pays en voie de développement. En 1985, il entre au sein de Vallourec comme contrôleur de gestion puis responsable de production à l’usine d’Aulnoye-Aymeries (Nord). Il rejoint Insep Consulting, cabinet de conseil et formation en management auprès du secteur public et du secteur privé, en 1991 au poste de consultant – expert en conduite du changement, avant d'être promu directeur associé. En 2007, il devient directeur général du cabinet Sustainable, spécialisé dans le conseil aux équipes dirigeantes de grands groupes privés et publics. Au 1er septembre 2010, il est nommé directeur général d’Aux Captifs, La Libération, association qui a pour mission de rencontrer et d’accompagner les personnes de la rue.

Dans la rue, notre travail prend la forme de tournées, permettant d’aller à la rencontre des personnes en situation d’exclusion sur les territoires de la gare de l’Est, gare Saint-Lazare, Barbès et le canal Saint Martin. C’est un territoire fréquenté par de nombreuses personnes en situation de grande précarité et d’exclusion sociale, qui sont pour certaines arrivées là par le train, puis qui se sont sédentarisées dans les gares.

Cette rencontre se fait à « mains nues », son but étant d’abord le dialogue et la rencontre mutuelle. Les tournées se déroulent chaque semaine, à jour, heure et équipe fixes. La majorité des hommes et des femmes en errance rencontrés dans l’espace public souffrent de maladies psychiques et d’addictions, rendant alors particulièrement difficile la moindre démarche d’insertion. Nous les appelons les « grands cassés ».

Grâce à l'association Aux Captifs, La Libération, j'ai appris à aller vers les personnes de la rue, les mains nues. A priori rien ne justifie cette rencontre. C'est ce que j'ai compris avec Manuel qui vivait sur une bouche de chaleur, du côté de la gare du Nord. Un jour, il m'a dit "il y a les associations qu'on appelle lorsqu'on a besoin d'un sac de couchage, celles qu'on sollicite pour les sandwichs. La vôtre, c'est pour rien. Vous vous contentez de discuter avec nous, mais cela me fait du bien".

Aux Captifs, La Libération, nous venons les voir d'abord pour eux-mêmes, non pas parce qu'ils ont faim ou parce qu'ils sont alcooliques. Pour entrer dans cette démarche, nous devons accepter d'être avec eux dans une relation d'égal à égal. Dans le fond, chacun se sent démuni. Je n'ai pas les codes pour parler avec des personnes de la rue ou des personnes prostituées. Et ils n'ont pas le mode d'emploi pour s'adresser à un individu comme moi. Mais ce manque de savoir nous rapproche.

Au début, les gens de la rue nous testent pour mieux cerner la réalité de nos intentions. Je me souviens de Jacky, que nous allions voir toutes les semaines. Les trois premiers mois, il lançait simplement : "Casse-toi!" Puis les trois mois suivants, il est passé à "Bonjour." Et un soir, il a dit "Je peux vous parler, je vous connais" et il a témoigné de ses épreuves. Petit à petit, nous avons pu le secourir. Il y a ainsi une première étape d'approvisionnement mutuel, un peu comme le Petit Prince avec le renard. Ce n'est que dans un second temps que nous pouvons aider ces personnes à sortir de la rue, de l'alcoolisme, de la prostitution. Mais c'est toujours à leur demande, après cette phase de connaissance mutuelle.

La régularité des tournées permet aux équipiers d’établir une relation de confiance avec les personnes rencontrées, reconnaissance de la dignité de chacun, fondement d’un accompagnement durable, et facilite la création du lien social.

En 1997, après deux ans de tournées-rue à la rencontre des sans-abri du quartier, nous avons décidé d’ouvrir un accueil de jour dédié aux grands cassés. Situé dans le Xe arrondissement, au 10 rue de Rocroy, l’Espace Solidarité Insertion (« Chez Monsieur Vincent ») accueille en priorité les personnes identifiées comme étant les plus vulnérables, à la fois physiquement et psychologiquement.

"Chez Monsieur Vincent" est tout d’abord un espace relationnel hors-la-rue, où les personnes sont accueillies en journée pour un temps d’écoute et de détente autour d’une boisson chaude, d’un jeu de société, ou du journal. Une équipe de bénévoles et de salariés assure ainsi une permanence de 9h00 à 17h00 sans interruption du lundi au vendredi.

C’est aussi un espace d’hygiène, où les personnes peuvent prendre une douche et laver leur linge, avec l’aide d’un travailleur social quand cela est nécessaire. C’est enfin un espace santé, où une infirmière peut dispenser certains soins courants, et orienter la personne vers un médecin ou vers l’hôpital le cas échéant.

"Chez Monsieur Vincent" est né de cette volonté de créer un lieu de vie, sécurisant et familial, qui respecte les individualités de chacun permettant aux grands cassés de se construire, de se poser et de "se penser" autrement.

"Chez Monsieur Vincent" est une expérience humaine et professionnelle qui fait sens, qui redonne aux personnes sans-abri la dignité perdue dans la rue, en étant perçues et abordées comme des personnes à part entière, avec une histoire avant, une perspective d’avenir et de n’être plus enfermé dans sa solitude.

Après 10 ans de bons loyaux services, l'accueil comptabilisait près d'un demi-million d'entrées : l'utilisation intensive et l'état de vétusté avancé nécessitent aujourd'hui de repenser l'espace, de le rénover, afin de faire face à un afflux de plus en plus important des personnes de la rue.

Les sans-abri sont ici chez eux. C'est pourquoi s'impliquer dans l'agrandissement et l'embellissement de cet espace est important.

La perspective d'avoir un bâtiment rénové, plus grand et mieux adapté à leurs besoins, c'est aussi considérer l'envie de ces personnes dans leur demande toute naturelle de se sentir bien "chez soi".

L'aventure du crowdfunding solidaire est donc la suite logique de cette expérience humaine qui s'est construite collectivement et solidairement avec les bénévoles, salariés et gens de la rue.

Voir le budget détaillé

05/06/2018

Merci de tout coeur !

Chers donateurs,

Votre don généreux à l’occasion de notre campagne de crowdfunding « Les petites pierres » a permis à notre association d’accélérer à grands pas le début des travaux de rénovation des bureaux de notre espace solidarité insertion « Chez Monsieur Vincent » servant à l’accompagnement socioprofessionnel de notre public cible, les « grands cassés ». 

Grâce à vous, les personnes de la rue pourront bientôt emménager dans un accueil encore plus fraternel et ainsi bénéficier d’un meilleur suivi individuel.

La grande phase des travaux devrait ainsi pouvoir commencer à partir du mois d’août, avec la mise en œuvre des nouvelles cloisons, le ragréage du sol et la pose du carrelage. L’installation des sanitaires, de la salle de réunion et du coin cuisine suivront dans un deuxième temps. Viendra ensuite la peinture. Nous espérons achever les dernières finitions début février 2019, soit un an exactement après notre campagne « Les petites pierres », pour une réouverture prévue courant du mois de février.

 


Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

25 €
gerard philippe

gerard philippe

Pas de message

50 €
Anonyme

Anonyme

J'ai l'habitude de donner aux captifs, l'association sera t-elle au courant de mon don ? Merci

-- €
ALESSANDRONI PHILIPPE

ALESSANDRONI PHILIPPE

Pas de message

100 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

50 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
SPRINGETT Melanie

SPRINGETT Melanie

Pas de message

150 €
DE PAS ERIC

DE PAS ERIC

Pas de message

400 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

50 €
THIERY Marie-Louise

THIERY Marie-Louise

Pas de message

10 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
DARPHIN DARPHIN

DARPHIN DARPHIN

Pas de message

10 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
DENAPPE Nicole

DENAPPE Nicole

Merci pour tout ce que vous faites.

100 €
POULAIN PASCALE

POULAIN PASCALE

Pas de message

100 €
Giffard Brigitte

Giffard Brigitte

Pas de message

100 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

50 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

25 €
CHEL Gabriel

CHEL Gabriel

Pas de message

100 €
Massiot Jean François

Massiot Jean François

Pas de message

50 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
Bisiau Jean

Bisiau Jean

Pas de message

100 €
Grau Marie-Jeanne

Grau Marie-Jeanne

Je souscris à cette bonne initiative ! Bonnes Pâques aux captifs et à tous

100 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
Anonyme

Anonyme

Caritas Christi urget nos !!

100 €
Di Pace Dominique

Di Pace Dominique

Pas de message

100 €
d'Astorg Patricia

d'Astorg Patricia

Suis heureuse de participer -très peu- à ce beau projet en souvenir de Patrick Giros !

50 €
AURARD Françoise

AURARD Françoise

Pas de message

50 €
Anonyme

Anonyme

Merci

-- €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

100 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
Renouil Luc

Renouil Luc

Pas de message

200 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

100 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
SCHWAB Emmanuel

SCHWAB Emmanuel

Pas de message

-- €
Anonyme

Anonyme

Que ce projet soit une oeuvre prometteuse d'espérance à tous ceux qui y participent.

-- €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
PÉRICARD BENOÎT

PÉRICARD BENOÎT

Pas de message

100 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
MORGAN DE RIVERY ANNE

MORGAN DE RIVERY ANNE

Pas de message

50 €
Salard Gérard

Salard Gérard

Pas de message

200 €
latouche michel

latouche michel

Pas de message

50 €
Lenormand Astrid

Lenormand Astrid

Pas de message

50 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
WAUQUIEZ Charlotte

WAUQUIEZ Charlotte

Pas de message

500 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
Michel Brice

Michel Brice

Pas de message

500 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
De la MORLAIS Gael

De la MORLAIS Gael

Pas de message

300 €
Larrory Anne

Larrory Anne

Pas de message

100 €
Lavigne Delville Jean-Charles

Lavigne Delville Jean-Charles

Pas de message

-- €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

40 €
demouzon jp

demouzon jp

Donner aux autres nous enrichit

500 €
Anonyme

Anonyme

Pour un peu plus d'humanité pour des personnes précaires.

100 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

50 €
Anonyme

Anonyme

Merci pour tout ce que vous faites

80 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
Billotey Françoise

Billotey Françoise

Pas de message

50 €
marcovitz eliette

marcovitz eliette

Pas de message

50 €
Leurent Nathalie

Leurent Nathalie

Pas de message

45 €
Anonyme

Anonyme

fraternellement!

5 €
JULIE Marie Claude

JULIE Marie Claude

Pas de message

100 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

50 €
Suchel Jean-Bernard

Suchel Jean-Bernard

Pas de message

20 €
Anonyme

Anonyme

bravo de donner un avenir à tous

200 €
FLAMENT Christiane

FLAMENT Christiane

Pas de message

50 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

50 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

20 €
Anonyme

Anonyme

Bravo pour ce projet

100 €
PATTINIER CATHERINE

PATTINIER CATHERINE

Pas de message

20 €
Leicher Marguerite

Leicher Marguerite

Pas de message

20 €
des Thierry

des Thierry

De l'association AUX CAPTIFS LA LIBERATION

20 000 € Collectés

Projet financé !

77 card-project-nbContributors

Donateurs

0 J

Restants

20 000 €

Objectif financier

Don avec reçu fiscal.

Partager le projet :


lock

Tous nos paiements sont sécurisés par Le Crédit Agricole.

Crédit Agricole des savoie

Ces projets devraient également vous intéresser …

img20220727wa0008-62e2b51eb13f6.jpeg

Solidaires en Beaujolais

Loger une famille de 4 enfants à Villefranche/Saône

74  nbContributors
Donateurs
14 390 €
Collectés
65 J
Restants
72%
photo1-62139b6344e99.jpeg

Secours Catholique délégation de Loire Atlantique

Villa Ker Coet, une maison familiale de vacances à Pornichet

18  nbContributors
Donateurs
6 120 €
Collectés
72 J
Restants
31%
lamastre.jpeg

Association Encour'âge

Une maison partagée pour les Anciens en Ardèche

30  nbContributors
Donateurs
7 339,96 €
Collectés
77 J
Restants
37%