returnLink-chevron Retour

Renforcer le lien parents-enfants à Marseille

Quel est notre projet ?

Être parent et en situation précaire (SDF, incarcérés, logés en centre d’hébergement, en rupture conjugale…) ne facilite pas les démarches pour trouver un appartement pour vivre avec son enfant. Chaque enfant a besoin d’évoluer dans un climat chaleureux, aimant et sécurisé. L’instabilité économique ou la situation d’exclusion sociale que vivent leurs parents ne doit pas devenir un frein à leur propre épanouissement. Le lien que tisse un enfant avec son père et sa mère est vital pour son développement moteur, intellectuel, affectif et social.  Ainsi, Apprentis d’Auteuil souhaite recréer les éléments d’un cocon familial à Marseille, afin que les familles puissent se sentir chez elles et s’épanouir au même titre que n’importe quelle famille. En effet,  deux appartements ont besoin d’être réaménagés pour inciter les familles à partager des moments conviviaux (refaire les sols, repeindre les murs, créer un espace salon et cuisine…).

Apprentis d’Auteuil fait appel à votre générosité sur Les Petites Pierres pour financer la réhabilitation de ces appartements dans une maison des familles à Marseille (voir budget détaillé).

À quoi va servir l’argent collecté ?

Un dispositif unique à Marseille pour renforcer le lien parents-enfants

Seule la maison des familles "La Halte des parents" propose un hébergement à tous les parents à Marseille. En effet, de nombreux parents bénéficient d’un droit d’hébergement mais ne peuvent pas l’exercer en raison de la précarité de leur situation. La mise à disposition des appartements a pour fonction première d’offrir un espace dans lequel les gestes quotidiens d’une vie de famille prennent tout leur sens et ont l’espace nécessaire pour se développer. Le lieu qui leur est proposé leur permet d’apprendre et réapprendre à se connaitre, à partager tout ce qui anime une vie de famille.

-Des temps de rencontre : Apprentis d’Auteuil propose et  favorise des moments parents-enfants afin qu’ils puissent échanger et partager, dans un cadre rassurant et convivial.  Apprentis d’Auteuil incite les parents à organiser des sorties avec leurs enfants, en leur mettant à disposition, au sein des appartements, la programmation des spectacles à venir dans le mois à Marseille.

-Des espaces de jeux : Le jeu est également primordial pour le développement optimal de l’enfant. Cela lui permet de développer sa créativité, sa dextérité manuelle, sa motricité globale, sa capacité à gérer des émotions, d’affronter ses peurs, d’entrer en relation avec les autres et d’avoir une vision d’ouverture sur le monde.

-Une cuisine adaptée : Cuisiner avec et pour son enfant revient à lui transmettre un peu de soi, de partager des moments conviviaux, basés sur la discussion, la découverte et la transmission de savoirs. Ainsi, Apprentis d’Auteuil souhaite pouvoir offrir un tel espace aux familles, en leur permettant de pouvoir cuisiner au sein des appartements.

Sortir les familles de l’isolement avec les Apprentis d’Auteuil de Marseille

Au-delà de la grande fragilité sociale et économique vécue par les familles accueillies, ces dernières subissent également de plein fouet les conséquences de l’éclatement de leur cellule familiale. Au lieu de trouver refuge au sein de leur famille, elles se confrontent au vide laissé par l’absence des êtres aimés. Ce manque les conduit à s’esseuler, à rompre petit à petit le lien qui les maintient vers l’extérieur et elles en perdent toute envie de partager avec autrui. La perte de confiance s’installe petit à petit en elles. L’équipe de la maison des familles "La Halte des parents" organise son travail de façon à intégrer et à valoriser la diversité des cultures, des savoir-faire, des compétences, pour que chacun se sente à la fois sujet et acteur de sa vie et de la société. La confiance en soi est ainsi renforcée et permet d'être moins dépendant des actions venues de l'extérieur et d’agir mieux par soi-même. L’expérience d’Apprentis d’Auteuil auprès des familles a démontré l’importance du vivre-ensemble pour lutter contre l’isolement. Aussi l’accompagnement proposé va plus loin que de donner un simple toit aux familles. Et les familles peuvent bénéficier de ces propositions si elles le désirent et participer à la vie de l’établissement (activités…) selon un degré d’implication dont elles sont seules décisionnaires.

Renforcer le pouvoir d’agir des parents avec les Apprentis d’Auteuil de Marseille

Les parents mettent tout en œuvre pour le bien de leur enfant, cependant, lorsqu’ils sont fragilisés par une situation vulnérable économiquement ou socialement, la peur de ne pas être à la hauteur les saisit. Les parents doutent de leur capacité à offrir le meilleur d’eux même à leurs enfants. Aussi, Apprentis d’Auteuil tient à valoriser la compétence parentale à travers la confiance attribuée à chaque parent et enfant. L’esprit de la structure est basé sur le fait que chacun porte en soi les compétences et les solutions pour s’affranchir des difficultés rencontrées et s’épanouir dans un cadre familial rassurant. Le travail de l’équipe des Apprentis d’Auteuil va consister à porter une écoute attentive aux problèmes exposés par les familles et à porter un regard bienveillant, dénué de toute forme de jugement. Cette bienveillance transmise par l’équipe est également portée par les familles, qui au fil du temps, reprennent confiance en elles. 

Qui sommes-nous ?

Apprentis d’Auteuil est une fondation reconnue d’utilité publique qui accueille, éduque et forme plus de 24000 garçons et filles en difficulté et accompagne également plus de 5000 familles dans leur rôle éducatif. Notre fondation délivre 85 formations professionnelles dans 18 filières, au sein de 200 établissements en France.

 

La maison des familles "La Halte des parents" est un des établissements d’Apprentis d’Auteuil de la région Sud-Est, territoire PACA. Cet établissement est un lieu ouvert aux parents et à leurs enfants. Une action privilégiée de proximité est menée auprès des familles pour travailler la question de la parentalité.

La Halte des parents œuvre dans le champ de la prévention.

-          Il s’agit d’un espace mettant à disposition 2 appartements aux parents bénéficiant d’un droit d’hébergement de leurs enfants mais n’ayant pas de lieu pour l’exercer.

-          Il s’agit d’un lieu d’accueil en journée, ouvert à toutes les familles et qui a pour vocation de proposer un accompagnement à la fonction parentale.

 

Notre action :

  • Nous proposons des espaces apaisants et conviviaux pour les parents et les enfants, favorisant ainsi les échanges en famille. 
  • Nous favorisons les accueils collectifs pour valoriser les expériences parentales, les échanges, l’entraide, la solidarité, le soutien entre pairs.
  • Nous aidons les familles à repérer, identifier et développer leurs compétences.
  • Nous accompagnons et soutenons les familles dans la recherche et la mise en œuvre de solution, sans jamais se substituer à elles.

 

Les bénéficiaires de la maison des familles "la Halte des parents", c’est :

75 familles, dont 85 adultes et 123 enfants âgés de 0 à 17 ans qui ont bénéficié d’un accompagnement par l’équipe. Parmi ces 75 familles, 19 d’entre elles ont logé au sein du dispositif des 2 appartements.

 

En quelques chiffres, la maison des familles "La Halte des parents", c’est :

-2 salariés

-13 bénévoles

-75 familles accompagnées

- 48% de taux d’occupation des appartements

- 5 ateliers par semaine (cuisine, conversation en français, couture, yoga)

-En moyenne 10 à 15 familles accueillies chaque jour soit 15 à 50 personnes

-Près de 4400 passages sur une année

  

Issue d’une formation mariant les sciences de gestion et de communication, je me suis naturellement portée vers des postes m’assurant une certaine polyvalence dans mes missions. J’ai trouvé ce que je cherchais dans le secteur associatif. Nous travaillons à partir d’un projet d’établissement et nous mettons tout en œuvre pour en assurer sa réalisation. Je travaille ainsi depuis 7 ans dans ce même secteur. J’ai rejoint la Fondation d’Auteuil il y a 3 ans et je travaille depuis avec plusieurs responsables d’établissement, auprès de qui j’apporte un soutien dans la réalisation de leurs projets.

Quelles ont été vos actions pour ce projet ? 

Les différentes actions que j’ai menées se concentrent autour des phases principales de ce projet, à savoir la conception et la mise en œuvre opérationnelle de celui-ci.

J’ai travaillé de concert avec la responsable de l’établissement ainsi qu’avec d’autres collaborateurs afin de définir les contours du projet. C’est faisant suite à plusieurs réunions, entretiens téléphoniques et débriefings que nous avons organisé le déroulé du projet avec Les Petites Pierres.

Notre campagne étant à présent lancée ; je m’occupe plus précisément de la phase opérationnelle : mise en œuvre de la campagne, réalisation d’interviews, relai des informations, …

Pourquoi est-il important pour vous de soutenir ce projet? 

La famille représente pour moi le socle d’une vie et sans elle, il me parait difficile de s’ancrer et d’évoluer sereinement dans la société. Ces appartements offrent la chance de retrouver ce cocon auquel tout le monde à droit. Soutenir ce projet me permet, à mon échelle, de pouvoir offrir un peu de bonheur à des enfants et à des parents privés de leurs droits fondamentaux.

Comment les futurs bénéficiaires seront orientés vers votre structure?

Une bonne partie des bénéficiaires connaissent notre dispositif via le bouche-à-oreille. Cependant, de plus en plus de personnes sont orientées par des établissements partenaires. Il s’agit parfois d’associations connaissant notre travail ou encore les services de l’Aide Sociale à l’Enfance ou des centres d’hébergement qui ne peuvent pas répondre aux besoins de rapprochement familial des parents.

 

27/03/2017

Interview d’une maman qui utilise l’appartement à la Halte des parents

Pour quelle raisons venez-vous  à Marseille ?

Mon fils est placé dans une famille d’accueil depuis plusieurs années. J’habite pour ma part en Suisse. Il s’agit de ma ville natale et de l’endroit où j’ai travaillé. Je viens donc à Marseille pour pouvoir voir mon fils. Je ne connais personne dans cette ville et mes ressources financières ne me permettent pas de louer un logement. Je fais donc régulièrement les déplacements jusqu’ici, dans cette maison des familles.

Que vous apporte le dispositif « Appartement » de La Halte des parents?

Grâce à ce dispositif, je parviens à voir mon fils une fois par mois. Ce qui serait impossible sans cela. Je peux vivre ma vie de famille comme tout un chacun et c’est finalement tout ce que je demande. Il s’agit pour nous deux d’un point de chute, d’un espace où nous nous retrouvons pendant une semaine, voire 10 jours parfois.

Qu’est-ce qui vous contrarie ?

Il manque cruellement de place d’hébergement à Marseille. Ce n’est pas faute d’avoir cherché des solutions. Je l’ai fait de mon côté et l’Aide Sociale à l’Enfance en a fait de même. Cependant, à part la location d’une chambre dans un hôtel, les solutions ne courent pas les rues. Ce manque d’hébergement et ce manque de place réduisent les visites possibles de mon fils. Je souhaiterais le voir bien plus souvent, mais je suis déjà heureuse de pouvoir profiter de lui, au moins un peu.

Quels sont vos projets ?

Même si ce dispositif d’appartement permet de vivre temporairement comme tout le monde notre vie de famille, mon souhait est qu’il habite avec moi en Suisse. C’est un parcours administratif difficile mais j’ai bon espoir que mon souhait se réalise.


27/03/2017

Les 150 des Apprentis d’Auteuil

Un 150ème anniversaire placé sous le signe de la confiance

« Le 19 mars 1866, l’abbé Roussel recueille six enfants des rues : plutôt que des vagabonds, il voit en eux des personnes à part entière.

Depuis, des centaines de milliers d’enfants et d’adolescents ont bénéficié de cette même confiance et d’un savoir-faire éducatif enrichi au fil du temps. 150 ans après la création d’Apprentis d’Auteuil, l’intuition fondatrice reste le socle de notre démarche. Elle est faite d’un souci constant d’innovation pour s’adapter à l’évolution des besoins des jeunes et des familles, de la volonté de rompre l’isolement, la solitude et de tisser des liens autour des jeunes, de l’engagement sans faille des équipes, du soutien de la communauté de ses bienfaiteurs et d’une confiance sans cesse renouvelée en la jeunesse d’aujourd’hui et de demain.

Depuis 1866, le statut des enfants et des jeunes a certes évolué au sein de la société. Néanmoins, les situations de fragilité sociale, familiale ou scolaire entraînent aujourd’hui encore des ruptures, des situations d’exclusion, de stigmatisation présentant, par bien des aspects, des similitudes avec les temps premiers de la fondation. Et force est de constater que nos systèmes scolaires et sociaux laissent encore bien des jeunes sur le côté de la route.

L’expérience accumulée depuis des décennies nous permet de dire que cette jeunesse fragilisée, et parfois durement blessée, peut se relever et grandir. Réussir cela avec eux n’est pas simple : il leur faut reprendre la confiance dans les adultes, retrouver la confiance de leur famille et confiance dans leur famille, apprendre ou réapprendre les codes complexes d’une société qui n’attend pas et change elle-même en permanence.

Donner à ces jeunes leur juste place dans la société c’est bien sûr une obligation morale de justice mais c’est aussi un bien pour la société elle-même à qui leur parole et leurs actes feraient défaut.

Le 150ème anniversaire de notre fondation est l’occasion de donner la parole à ces jeunes qui peinent dans leur parcours, qui ne rentrent pas dans un modèle classique, qui ne parviennent pas spontanément à s’insérer socialement et professionnellement.

Ils ont des idées, des projets et la volonté d’exprimer leurs talents. Ils ne peuvent et ne veulent plus être objet de discours ou de débat : ils s’imposent comme sujet d’action.

Cette préoccupation nationale doit, au-delà des discours, devenir une véritable priorité. Il est de notre responsabilité, à tous, société civile, politiques, médias, de nous en saisir. Les jeunes ont majoritairementconfiance en leur avenir, alors, ensemble, sachons être à la hauteur de leurs attentes ! »

NICOLAS TRUELLE DIRECTEUR GÉNÉRAL D’APPRENTIS D’AUTEUIL

 

150 ans d’actions en faveur de la jeunesse en difficulté

En 1866, l’abbé Roussel, ému du sort des garçons de plus de 12 ans livrés à eux-mêmes (l’assistance publique les prenant en charge jusqu’à 12 ans seulement), fonde l’oeuvre de la Première Communion dans le quartier d’Auteuil, à Paris. Il ne peut supporter la vue de ces gamins battant le pavé parisien, avec pour toute perspective, la misère, l’exploitation, la prison - la Petite Roquette où les enfants sont enfermés jusqu’à leur majorité - pour vol ou vagabondage.

En 1871, Louis Roussel crée les premiers ateliers qui se développeront au fil des années : cordonnerie, tailleur, imprimerie… Novateur et pédagogue, il fédère de nombreux soutiens autour de son oeuvre.

En 1923, le père Daniel Brottier, missionnaire spiritain, est nommé directeur de l’oeuvre qui accueille alors 170 jeunes. Sous sa direction, elle prend son envol. Ancien aumônier sur le front, proche de Clémenceau, homme de foi autant que d’action, il ouvre de nouveaux établissements, crée le « Foyer à la campagne » et fait connaître la fondation au grand public (défilés, ventes de charité, publicités, salle de cinéma…).

En 1929, l’oeuvre devient une fondation reconnue d’utilité publique. L’action des Orphelins Apprentis d’Auteuil est ainsi accréditée officiellement. À sa mort en 1936, le nombre de jeunes accueillis partout en France est de 1 400. Les années qui suivent sont des années difficiles, ponctuées de crises et de tensions sociales. Malgré la guerre, la fondation se développe mais souffre toujours d’un manque crucial de places face à l’afflux des orphelins ou de jeunes en difficulté.

En 1945, le père Marc Duval, directeur, lance un appel : « le bilan est là. Il a fallu refuser l’entrée à 10 000 enfants, parce que pas de place ! ». Sous sa direction, de 1942 à 1962, 16 nouveaux établissements sont créés.

En 1962, la fondation accueille 3 500 enfants. Une politique de prévention se met en place en France, c’est un grand tournant pour l’éducation.

En 1973, Jean Gosselin, premier directeur laïc, transforme l’institution en profondeur, la modernise, offre de meilleures conditions d’accueil et d’hébergement. Il lance un grand chantier de formation à l’attention des directeurs, des éducateurs et des enseignants. Il met l’accent sur la formation des équipes éducatives et transforme ses orphelinats en maisons.

Dès 1975, la fondation Les Orphelins Apprentis d’Auteuil formalise son projet éducatif. Il est fondé sur une organisation autour des Maisons et met l’accent sur l’adaptation de l’enseignement à l’enfant, sur la dimension éducative, le sport et les loisirs. L’œuvre accueille désormais majoritairement des jeunes en difficulté familiale ou sociale, sans considération d’origine.

En 1994, l’ONG Auteuil International est créé. Ce service permet à de nombreux jeunes d’Apprentis d’Auteuil d’accomplir des chantiers de solidarité à l’étranger. Il favorise également les échanges de pratiques entre professionnels de différents pays.

Face aux nouveaux enjeux de la société, la fondation renforce ses missions de protection de l’enfance et de prévention autour d’axes prioritaires : la lutte pour le raccrochage scolaire, l’accompagnement à la parentalité, l’insertion des jeunes vers et dans la vie professionnelle.

De nouveaux dispositifs spécifiques sont expérimentés pour les jeunes en décrochage, le volet prévention est développé auprès des familles et des tout-petits pour anticiper des ruptures pouvant mener notamment à des situations de placement. Également des crèches, des haltes-garderies, des Maisons des familles voient le jour. La fondation ne s’arrête pas là et continue d’innover en intensifiant ses partenariats avec les entreprises pour faciliter l’accès à l’emploi des 16-25 ans, enjeu majeur pour la société.

En 2010, la fondation devient Apprentis d’Auteuil.

En juillet 2015, Nicolas Truelle rejoint la fondation et devient son nouveau directeur général.

De décennie en décennie, Apprentis d’Auteuil poursuit son objectif de répondre aux besoins grandissants des jeunes et des familles les plus fragiles.

 


27/03/2017

Un cocon familial à Marseille

Découvrez le quotidien d'un père avec son fils dans un appartement mis à disposition par les Apprentis d'Auteuil à Marseille avec la Halte des Parents.

Des rires, des retrouvailles, des bons moments partagés...

 


09/10/2017

Un grand merci pour votre petite pierre !

Ce projet de réhabilitation des deux logements de la Maison des Familles La Halte des parents de Marseille est désormais finalisé. Après une année de travaux et divers achats complémentaires, les deux studios sont complétement rénovés.

Les Apprentis d’Auteuil à Marseille sont heureux de pouvoir à nouveau accueillir des familles en besoin de logement pour recevoir leurs enfants. Parents et enfants peuvent à présent se retrouver dans un espace accueillant qui inspire la quiétude et le bonheur de moments chaleureux passés en famille.

 


Anonyme

Anonyme

Pas de message

40 €
CLERC Êlisabeth

CLERC Êlisabeth

Pas de message

30 €
GEZE Paul

GEZE Paul

Pas de message

-- €
Fourny Aline

Fourny Aline

Pas de message

10 €
Davieau Michèle

Davieau Michèle

Pas de message

10 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

50 €
GUERIF Isabelle

GUERIF Isabelle

Pas de message

15 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

20 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

50 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

50 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

120 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
HEBERT Veronique

HEBERT Veronique

Pas de message

50 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

50 €
Estrangin Bruno

Estrangin Bruno

Pas de message

100 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

30 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

10 €
et François LACOSTE Catherine

et François LACOSTE Catherine

Pas de message

100 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

100 €
galy bruno

galy bruno

Pas de message

50 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
Dubus Beatrice

Dubus Beatrice

Pas de message

20 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
De barbuat Camille

De barbuat Camille

Pas de message

50 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

100 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
Anonyme

Anonyme

Bravo!!

10 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

100 €
roux denis

roux denis

Pas de message

-- €
catton dominique

catton dominique

Pas de message

50 €
et Jan Steenbergen Thérèse

et Jan Steenbergen Thérèse

Pas de message

100 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
Anonyme

Anonyme

Continuez !!

50 €
de Gasquet tClaire

de Gasquet tClaire

Pas de message

50 €
Chazelle Alain

Chazelle Alain

Pas de message

-- €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

50 €
Anonyme

Anonyme

Bravo pour ce que vous faites.Bon courage ! Bernard

100 €
BENOIT du REY Raoul

BENOIT du REY Raoul

Pas de message

100 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

30 €
du payrat laurence

du payrat laurence

Bravo Bravo Bravo

-- €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

5 €
et Frédérique HENRY Philippe

et Frédérique HENRY Philippe

un beau projet qui mérite d'être soutenu !

-- €
Decre Cathy

Decre Cathy

Pas de message

50 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

300 €
JOURDAN Jean-Paul

JOURDAN Jean-Paul

Pas de message

50 €
de Pontbriand Gersende

de Pontbriand Gersende

Pas de message

-- €
Anonyme

Anonyme

On ne peut pas laisser un si beau projet...

-- €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

20 €
ROUILLARD Bruno

ROUILLARD Bruno

Pas de message

-- €
JOURDAN Jean-Paul

JOURDAN Jean-Paul

Je recommande chaudement ce projet !

75 €
Rose Philippe

Rose Philippe

Pas de message

50 €
Dupont Pascale

Dupont Pascale

Pas de message

50 €
Dubucq Sylvie

Dubucq Sylvie

Pas de message

-- €
Pignié elisabeth

Pignié elisabeth

Je vous encourage de tout coeur pour ce beau projet

50 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

20 €
JOURDAN Jean-Paul

JOURDAN Jean-Paul

C'est beau !

50 €
charbonnier brigitte

charbonnier brigitte

Pas de message

20 €
Rivoal Sabine

Rivoal Sabine

De l'association Apprentis d'Auteuil

9 732 € Collectés

Projet financé !

61 card-project-nbContributors

Donateurs

0 J

Restants

12 893 €

Objectif financier

Don avec reçu fiscal.

Partager le projet :


lock

Tous nos paiements sont sécurisés par Le Crédit Agricole.

Crédit Agricole des savoie

Ces projets devraient également vous intéresser …

telechargement-61ae48309d042.jpeg

OEUVRE FALRET

Un toit pour des personnes en souffrance psychique

28  nbContributors
Donateurs
5 332 €
Collectés
12 J
Restants
59%
Arche de la Vallée (2).jpeg

L'Arche de La Vallée

Finir les peintures du foyer d'adultes handicapés (26)

43  nbContributors
Donateurs
14 990 €
Collectés
14 J
Restants
75%
lanouvellepenicheducoeur-61aa79f543f94.jpeg

La Péniche du Coeur

Aide à l'aménagement de la nouvelle Péniche du Coeur

76  nbContributors
Donateurs
11 174 €
Collectés
17 J
Restants
93%