returnLink-chevron Retour

Des logements adaptés pour parents isolés

Quel est notre projet ?

L’association La Ferme de l’Espoir revient sur Les Petites Pierres avec un nouveau projet ! Sur le Châtelleraudais, dans la région Poitou-Charentes, l’association La Ferme de l’Espoir est une des rares structures capable d’accueillir et d’accompagner sur de la longue durée des familles avec enfants et des personnes en situation de handicap (sans soins médicaux). La Ferme de l’Espoir a pour ambition de réaliser des nouveaux travaux d’aménagement au sein de ses locaux dans le but d’améliorer et d’agrandir son action. L’année dernière, suite à son premier projet sur Les Petites Pierres, elle a pu réaliser la mise aux normes de la salle de bain adaptée aux personnes handicapées, créer une salle multi-activités pour les enfants et installer une nouvelle chaudière. Devant le nombre toujours plus important de résidents accueillis, l’association La Ferme de l’Espoir souhaite créer deux nouveaux lieux de vie à l’étage du bâtiment récemment rénové pour des parents seuls qui souhaiteraient accueillir leurs enfants. Après une séparation ou un divorce, nombreux sont les parents isolés à être confrontés à des difficultés financières parfois dramatiques, qui n’ont pas d’autres choix que de vivre dans un logement précaire. Ainsi, La Ferme de l’Espoir souhaite soutenir ces parents en leur mettant à disposition des logements adaptés pour vivre avec leurs enfants. Pour financer les travaux de ces deux studios indépendants, La Ferme de l’Espoir fait appel à votre générosité pour soutenir cette nouvelle campagne de financement participatif (voir budget détaillé).

À quoi va servir l’argent collecté ?

Une demande d’accueil toujours en forte augmentation sur le Châtelleraudais

Depuis 28 ans l’association est propriétaire d’une vielle ferme achetée par un prêtre, Pierre MARSTEAU, grâce aux dons de l’époque. L’association La Ferme de l'Espoir a réhabilitée la ferme au cours des années. Actuellement, 20 personnes sont accueillies ce qui est largement au dessus de la capacité d’hébergement, dont 3 familles et 5 enfants. L’association doit donc s’adapter au nouveau public et l’urgence d’accueil. Il y a de plus en plus de monde, et les demandes d’accueil ne cessent d’accroitre. Pour répondre à la demande, l’association souhaite donc réaliser des travaux de mises aux normes de deux nouveaux studios indépendants à l’étage d’un des bâtiments de la Ferme. 

Deux studios adaptés pour parents isolés à La Ferme de l’Espoir

Quand on vit seul avec des enfants, et que l’on n’a pas de ressources, ou peu de revenus, cela devient difficile d’assumer toutes ses dépenses. Pour un parent célibataire qui éprouve des difficultés à se loger, vivre dans l’un des deux studios pourrait être une solution. L’idée est d’élargir davantage la capacité d’accueil à La Ferme de l’Espoir pour accueillir principalement des parents isolés avec enfants ou avec des droits de visite et d’hébergement répondant aux normes actuelles. Ces logements permettront aux personnes d’être autonomes et de pouvoir leur garantir un accueil plus intime (voir le témoignage d'un futur bénéficiaire).  Il est prévu d’aménager deux chambres avec sanitaires individuels à l’étage.

Une vie collective riche à La Ferme de l’Espoir

Le mode de fonctionnement est fortement orienté vers la vie collective. Trois éducateurs et une maitresse de maison, assistés d’une équipe de bénévoles sont en charge du suivi et de la réinsertion des résidents. Les repas sont pris en commun et préparés à tour de rôle par les résidents eux-mêmes. Durant les week-ends et les nuits, aucun éducateur n’est présent et les résidents doivent s’autogérer. Ce mode de fonctionnement, favorise une vie collective assez riche et nécessite la mise à disposition de locaux adaptés permettant d’offrir non seulement des logements préservant l’intimité et la vie privée, mais aussi des espaces communs nécessaires à la vie en communauté. Les résidents ne restent pas les bras croisés toute la journée. « Ils sont invités à participer aux travaux de la Ferme : entretien, réparation, jardinage, potager, poulaille ». Vivre à la Ferme de l'Espoir, ça se mérite. « Les résidants s'acquittent, en fonction de leur revenus (RSA, AAH…), d'une participation financière à l’hébergement ». Cette Ferme redonne de la dignité humaine et de l'espoir aux résidents.

Aidons La Ferme de L’Espoir à réaliser la rénovation complète de ses bâtiments !

Qui sommes-nous ?

La Ferme de l’Espoir est une association, créée en 1988, dont le but est d’accueillir des personnes en difficulté. Depuis 2009, elle a obtenu le statut de C.H.R.S. lui permettant de financer l’accueil de 12 personnes en accueil de longue durée. Les places d’urgence sont financées par quelques subventions mais principalement par des dons.

28 ans d’existence

Il y a vingt-huit ans, La Martinière de Targé, à Châtellerault, ne s'appelait pas encore la Ferme de l'Espoir. C'est Pierre Marsteau à l'époque curé d'Ozon à l'église Sainte-Marie-d'Ozon, qui l'a créée au début des années 1990, après le rachat de ce corps de ferme, situé route de Monthoiron. La démarche est charitable. «Au début, la Ferme de l'Espoir a accueilli avant tout des routards qui posaient leur sac une journée, une semaine, un mois, un an ou plus», raconte le président actuel de l'association, Roland Gaillon.

Un accueil qui évolue avec le temps

La Ferme de l’Espoir est un centre d’hébergement et de réinsertion sociale c’est-à-dire un accueil des personnes dont la problématique commune est l’absence de logement ou d’hébergement à un moment de leur vie. L’association les accompagne dans leur projet personnel sur plusieurs mois vers l’accès aux droits communs en terme administratif, vers un projet professionnel, de soins, d’accès au logement et de soutien à la parentalité pour les familles.

Au fil des années, la population a évolué. Depuis plusieurs années, la Ferme ouvre ses portes aux étrangers en situation régulière et aux personnes en situation de précarité sociale, familiale mais aussi depuis peu aux familles et aux personnes en situation de handicap (sans soin médical).

Aujourd'hui, le site accueille 12 personnes « en stabilisation » (pour une durée de six mois renouvelable) et en théorie 5 autres en urgence (suite à un appel du 115). Il est fréquent que nous hébergions 7 personnes en urgence.

Un centre d’hébergement

Les locaux d’hébergement sont situés en pleine campagne dans une ancienne ferme réhabilitée au cours des années, avec un jardin, des dépendances et des locaux collectifs, cuisine, laverie, à la disposition des résidents. Elle offre un hébergement orienté vers la vie collective, à la fois vecteur de cohésion et de mixité sociale. La configuration des locaux, les repas pris en commun donnent une ambiance familiale particulière propre à la consolidation des liens familiaux. La Ferme de l’Espoir constitue une structure originale qui permet d’accueillir des familles avec enfants, couples ou personnes seules.

 

Association La Ferme de l’Espoir

  • La Martinière – route de Monthoiron TARGE,  86100  Châtellerault
  • Tél. 05.49.02.84.05

 

 

Catherine Chaumet a 58 ans et Professeur de sciences de l’ingénieur est aujourd'hui grand-mère de 2 petits enfants. Cette femme multi facette est aussi la trésorière, mais surtout elle est, comme beaucoup d’autres, bénévole dans la structure pour accompagner les éducatrices dans leur rôle.

Quelles ont été vos actions  pour ce projet ?

Je suis responsable pour trouver les financements dans la réalisation du projet.

Pourquoi est-ce important pour vous de soutenir ce projet ?

Ce nouveau projet viendra compléter l’ensemble des dispositifs d’hébergements sur notre structure et permettra à chacun d’être accueilli dignement, dans le respect de son intimité.

Qu’est-ce que ce projet va changer/améliorer dans la vie des futurs bénéficiaires ? Quel type de public sera accueilli dans ces deux studios indépendants ?

L’objectif est de pouvoir proposer des logements adaptés aux familles où aux parents isolés avec leurs enfants.  Nous avons pu constater une demande croissante des personnes avec des droits de visite et d’hébergements réguliers (un week-end sur deux, ou pour la moitié des vacances scolaires) et il semble important que les enfants puissent avoir une chambre et des sanitaires indépendants.

De quelle manière les résidents vont s’investir ? Quelle est l’importance de leur investissement dans ce projet ?

Les résidents attendent beaucoup du projet. Pour certains, s’investir dans des travaux, c’est très important. Nous avons un bénévole de la ferme (Jean Marie) qui est responsable des travaux ; il est en relation avec les artisans et dirige et canalise les résidents qui veulent participer ; Par exemple, le travail de remise à niveau du sol de la grange a été fait par les résidents. Les peintures sont aussi faites par les résidents : les travaux dans un local, la mise en place de la nouvelle chaudière…

Les artisans qui viennent travailler à la ferme, le font aussi dans l’esprit de la ferme : quand ils le peuvent, ils se font assister par des résidents pour les impliquer. C’est très profitable pour tout le monde et pour l’esprit de groupe.

27/03/2017

Témoignages de résidentes à La Ferme de l’Espoir

« La solidarité demande beaucoup de courage et de compréhension. Je trouve qu’il y a de la solidarité à la Ferme, il y a une bonne entente, on vit comme une famille puisqu’on partage le même repas dans une même salle. On cuisine ensemble, on s’entraide, on fait des plats différents, de nos pays d’origine, on se donne des idées, on s’aide pour les tâches collectives. On prend le café dehors, on discute en regardant nos enfants jouer ensemble. On arrive même à garder les enfants des uns et des autres pour nous permettre d’aller à nos formations, on s’organise des sorties pour nous divertir. Même avec les éducatrices on partage des moments de loisirs, on s’organise des soirées filles pour qu’on se retrouve ensemble.

Pour moi ce sont des découvertes, c’est apprendre, c’est s’insérer. Il y a toutes les cultures.  Je souhaite que cette Ferme reste le plus longtemps possible pour que d’autres personnes bénéficient de cette solidarité. »

 Amy

 

« La solidarité commence par  l’accueil chaleureux que j’ai eu quand je suis arrivée à la Ferme de l’Espoir avant d’accoucher de ma fille en février. Je remercie ces âmes de bonne volonté qui font autant pour nous aider dans la réinsertion et l’intégration. »

 Sandrine.


27/03/2017

Une journée à la Ferme de l’ Espoir

« Je me lève vers 5h30, je fais ma toilette et mon lit jusqu’à ce que je prenne mon petit-déjeuner à 6h45. Ensuite, je vais nourrir les poules et effectue les tâches ménagères au sein de l’établissement car j’aime la propreté. Pendant ce temps, d’autres résidents vont faire les courses, d’autres cuisinent ou bricolent. 

Le déjeuner se fait à 12h avec tous les résidents. C’est varié et bon.

L’après-midi je sollicite un éducateur présent pour pouvoir m’accompagner dans mes démarches administratives et médicales car il faut souvent se déplacer dans les administrations et remplir des dossiers.

Quand il fait beau, de nombreux résidents se retrouvent dehors, dans la cour et discutent. J’aime bien.

Une fois par semaine, il y a une randonnée éducateurs-résidents ; cela fait du bien.

Le repas se fait à 19h avec tous les résidents et nous regardons les informations ensemble ; puis je vais me coucher vers 21h. »

Jean marie, résident à La Ferme de l'Espoir


27/03/2017

Grâce à vous la Ferme de l’Espoir peut désormais accueillir les parents & enfants qui le souhaitent dans des studios indépendants !

La Ferme de l’Espoir a été inaugurée avec un nouvel escalier et deux chambres à l’étage et leur salle de bain individuelle qui permettent aux parents seuls et en précarité d’accueillir leurs enfants dans de bonnes conditions.

Un grand merci, grâce à vous, les parents vont pouvoir retrouver de la sérénité et de la stabilité. Enfant et parents peuvent désormais être accueillis dignement, dans le respect de l’intimité des uns et des autres, puisque les enfants et les parents ont leur propre chambre et sanitaire.  

Les résidents se sont beaucoup investis dans les travaux et vous remercient chaleureusement pour votre soutien ! Avec votre don vous avez permis la réalisation de ce beau projet !

 


Couderc claude

Couderc claude

Pas de message

50 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

563 €
Anonyme

Anonyme

De la part de Pierre, toujours présent dans nos coeurs et qui nous encourage de la haut.

2 000 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
Anonyme

Anonyme

encore un petit effort

400 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

11 €
Izrail Kohen Meri

Izrail Kohen Meri

Pas de message

-- €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

2 000 €
Anonyme

Anonyme

On y croit ! tous ensemble !

-- €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

500 €
Anonyme

Anonyme

Merci d'aider ces familles ! Bons travaux !

30 €
Anonyme

Anonyme

Épisode 2 de La Ferme de l'Espoir ! Bravo !

-- €
Anonyme

Anonyme

Je vous remercie de m'offrir l'opportunité de participer à un projet solidaire

100 €
Anonyme

Anonyme

Bravo pour ce projet.

-- €
LAURENT Christian

LAURENT Christian

Pas de message

100 €
Anonyme

Anonyme

on y croit

-- €
Anonyme

Anonyme

bon courage

400 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
Chaumet Catherine

Chaumet Catherine

De l'association La Ferme de l'Espoir

18 950 € Collectés

Projet financé !

18 card-project-nbContributors

Donateurs

0 J

Restants

20 000 €

Objectif financier

Don avec reçu fiscal.

Partager le projet :


lock

Tous nos paiements sont sécurisés par Le Crédit Agricole.

Crédit Agricole des savoie

Ces projets devraient également vous intéresser …

telechargement-61ae48309d042.jpeg

OEUVRE FALRET

Un toit pour des personnes en souffrance psychique

30  nbContributors
Donateurs
7 432 €
Collectés
5 J
Restants
83%
Arche de la Vallée (2).jpeg

L'Arche de La Vallée

Finir les peintures du foyer d'adultes handicapés (26)

63  nbContributors
Donateurs
19 270 €
Collectés
7 J
Restants
96%
SNL75-projet-2-familles-en-difficultes

Solidarités Nouvelles pour le Logement

Aidez-nous à loger deux familles en difficulté à Paris

78  nbContributors
Donateurs
19 262 €
Collectés
17 J
Restants
96%