returnLink-chevron Retour

Aider 12 jeunes en insertion à se meubler

Quel est notre projet ?

Il faut rassembler 12 000 euros pour meubler les 12 studios en bail glissant gérés par l’association Clair Logis. Ces studios doivent accueillir 12 jeunes qui seront aidés financièrement et accompagnés vers l’autonomie.

À quoi va servir l’argent collecté ?

Il faut rassembler 12 000 euros pour meubler les 12 studios en bail glissant gérés par l’association Clair Logis. Ces studios doivent accueillir 12 jeunes qui seront aidés financièrement et accompagnés vers l’autonomie.

Un toit, condition de l’autonomie

L’association troyenne Clair Logis est fière de ce projet. Grâce à un  partenariat avec l’office HLM de Troyes, 12 jeunes - hommes ou femmes de moins de 25 ans - vont pouvoir non seulement être logés mais aussi être soutenus financièrement et accompagnés par un éducateur pour apprendre à gérer le quotidien mais aussi un budget. Cet éducateur va enfin les aider à trouver un emploi ou une formation rémunérée qui doit leurs permettre au bout de 6 mois d’être totalement autonomes.

Du mobilier solidaire

Pour que ce projet prenne définitivement corps il ne manque plus que les 12 000 euros nécessaires à l’aménagement de ces 12 studios. L’idée est que pour chaque studio – géré par l’Office HLM de Troyes - le bénéficiaire puisse choisir lui-même son mobilier avec un budget de 1 000 euros (Voir le budget détaillé). Et ce mobilier ne sera pas choisi n’importe où ! Clair logis a signé une convention avec un centre d’hébergement, le Foyer Aubois, qui fait de la réinsertion par le travail et retape du mobilier. Pour 1000 euros les jeunes de Clair Logis vont pouvoir acheter leur mobilier auprès de ce foyer. Et s’il leur plait, ils pourront le racheter in fine à moindre coût.

Objectif : un retour vers l’emploi

Ce projet est né du constat que certains jeunes, faute de logements, se retrouvent marginalisés. « Alors qu’ils pourraient trouver un emploi, ils se trouvent assez rapidement exclu du système faute d’avoir une adresse »,  explique Laure Grammont, ambassadrice du projet.  Sans caution, pas de logement. Sans logement, pas d’emploi. Ce projet de logements en bail glissant doit leur permettre de gagner leur autonomie (Lire le témoignage d'Aurélie). A l’issue des 6 mois d’accompagnement, le bail change de nom et passe de Clair Logis au résident – c’est la définition du bail glissant - à la condition qu’il ait un emploi ou une formation rémunérée. Cette aide peut être prolongée 6 mois supplémentaires mais pas au-delà.

Un projet pensé pour réussir !

Pour faciliter leur recherche d’emplois, les studios sont situés  dans des quartiers à proximité du centre ville, proches des transports, pratiques pour effectués toutes les démarches, et avec des magasins à proximité. Tout est fait pour optimiser l’insertion. Laure Grammont est confiante : « Nous avons déjà menés des expériences de baux glissants, et c’est 100% de réussite. » Pour un résident, choisir son mobilier est un moyen de s’approprier ce logement, qu’il lui ressemble et qu’il en soit fier.

Qui sommes-nous ?

Depuis 1959, l’Association Clair Logis de Troyes s’est donné comme mission d’accueillir, accompagner et former des personnes en difficulté.

Une femme, Thérèse Cornille, est à l’origine de la création de l’association Clair Logis. Frappée par la grande détresse tant psychologique qu’humaine qu’elle observe chez les jeunes, elle fonde en 1959 l’association Clair Logis à Troyes. La structure troyenne fait partie d’un réseau plus large en France et à l’étranger : Claire Amitié, qui se réclame de la même fondatrice et d’une inspiration commune.

Clair Logis, comme Claire Amitié défendent les mêmes convictions :

- Chaque personne est unique et égale en dignité

- Chaque personne, de par sa nature profonde, est un être social et relationnel

- Chaque personne a en elle la capacité de son développement et la capacité de poser des actes d’intelligence, de conscience, de liberté responsable et de discernement

- Chaque personne a droit à une seconde chance

- Chaque personne a droit à un cadre adapté à ses besoins pour s’épanouir

Ainsi, l’association Clair Logis Troyes se donne un objectif fort : offrir à chaque personne accueillie ou accompagnée, une nouvelle chance de réussir sa vie dans la famille et dans la société.

Pour réussir cette mission, il s’agit concrètement d’aider les jeunes à :

- Se connaître eux-mêmes et à s’épanouir dans toutes les dimensions de leur être

- S’approprier les moyens de leur développement

- Se réinsérer dans la société par l’obtention d’un travail et d’un logement

- Prendre des engagements dans la société

Aujourd’hui Clair Logis Troyes accueille :

- 25 femmes (18/35 ans) sans ou avec enfant de plus de 3 ans

En Centre d’Hébergement et de Réinsertion Social (CHRS) collectif,  semi-collectif , bail glissant  et logement temporaire

- 12 jeunes (hommes ou femmes) âgées de moins de 25 ans, sans ressources, en logement autonome, en sous location

Contact :

  • Association Clair Logis
  • 7 rue Saint-Antoine
  • 10 000 Troyes
  • Tel : 03 25 73 10 21
  • Site : www.claireamitie.org

Directrice de l’association Clair Logis de Troyes, Laure Grammont a l’envie d’aider les autres chevillée au corps depuis sa plus tendre enfance. Aujourd’hui elle s’investit à 200% dans la campagne d’appel aux dons, dernière étape qui doit permettre à 12 jeunes de meubler leurs appartements.

Un coup de pouce pour les jeunes
A 43 ans, Laure Grammont, a l’énergie de ceux qui ne renoncent jamais. Pour elle, les jeunes sont les oubliés du système, et l’action qu’elle lance via l’association Clair Logis est un formidable coup de pouce qui va les aider à se remettre sur les rails.
Educatrice spécialisée de formation, elle a travaillé avec les enfants, les handicapés et depuis 13 ans, au sein de Clair Logis, elle œuvre pour les jeunes. Aujourd’hui elle lance un nouveau projet : loger en bail glissant 12 jeunes de moins de 25 ans et les accompagner vers l’autonomie. L’idée est simple : pendant 6 mois le bail est au nom de l’association. En prime Clair Logis fournit aux jeunes résidents une aide de 350 euros. Pendant ces 6 mois, ils sont encadrés par un éducateur qui leur apprend à gérer un budget, un logement et les aide dans leur recherche d’emploi ou de formation. Au bout des 6 mois, le bail passe à leur nom et l’aide financière de Clair Logis s’arrête. Ils doivent alors être autonomes.

« Rendre aux autres la chance que j’ai eu »
« Ce projet ne peut pas échouer. Nous avons déjà tenté l’expérience des baux glissants mais de façon moins encadrée que pour ce nouveau projet. Il n’y a eu aucun échec ! Tout le monde a réussi à assumer son bail au bout des 6 mois de bail glissant ». Maman d’un petit garçon de 4 ans, Laure veut aujourd’hui rendre aux autres la chance qu’elle a eu. « Mes parents m’ont aidé, aimé, encadré. Je n’ai manqué de rien. Aujourd’hui je veux donner cette chance à ceux qui ne l’ont pas eu. »

Lutter pour que les jeunes ne soient pas mis à la marge
Laure est aussi directrice d’un Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS) ou 14 jeunes vivent en collectif. Elle gère aussi 8 jeunes qui vivent dans une maison et 5 personnes qui bénéficient de baux glissants de 6 mois, mais sans aide financière supplémentaire. Au quotidien, près de ces jeunes, elle constate qu’ « ils se retrouvent très vite à la marge faute d’un coup de pouce. Les loger est une priorité pour qu’ils ne se trouvent pas en situation d’errance. Les parents ne peuvent pas être caution car il y a une grande précarité familiale. » A 43 ans, Laure ne veut pas laisser tomber ces jeunes qui ont souvent simplement besoin d’une petite aide pour bien démarrer dans la vie.

Voir le budget détaillé

09/06/2017

D’une initiative locale à un service connu et reconnu ! L’aventure de « Clef pour 2 mains » !

En 2013, la direction interministérielle de l’hébergement et de l’accès au logement des populations les plus en difficulté lançait un appel à projet national !

Son objectif était le suivant : permettre à des associations de solidarité de présenter des projets innovants, sur tout le territoire français, et retenir ceux qui permettaient l’accès au logement des populations les plus éloignées de l’habitat stable.

Clair Logis Troyes s’est porté candidat et a été parmi les 20 lauréats (sur 200 projets). L’innovation était la suivante : permettre à des jeunes (18 à 25 ans) qui ne présentaient aucune garantie de solvabilité et ne pouvaient prétendre à accéder à un logement, mais seulement à être pris en charge et hébergé, d’entrer dans un studio (loyer très modéré), d’apprendre à l’entretenir, de s’insérer progressivement (emploi, formation, gestion du budget, savoir habiter) et le moment venu, non pas de le quitter pour un logement stable, mais d’y rester ! Le bail glisse au nom du bénéficiaire !

Avec le soutien des Petites Pierres, ce ne sont pas 12 mais 24 jeunes qui ont pu se meubler. En effet, le projet initial était de financer (à hauteur de 1000 euros par logement), l’équipement de 12 logements. Les jeunes ont été informés de l’initiative de la Plateforme « Les Petites Pierres » et de la générosité des donateurs. Ils ont décidé de rembourser la moitié du financement de leur logement, de manière à ce que davantage de jeunes puissent bénéficier de cet élan de générosité.

Ils ont également choisi un nom à leur service innovant : « Clef pour 2 mains » ! Tout un symbole en raison des clefs de leur logement qu’ils pouvaient recevoir, mettant leur énergie, et acceptant celle de l’association, des donateurs, pour devenir le moment venu, locataire de leur propre logement !

Aujourd’hui, l’initiative locale est devenue un service à part entière en raison notamment des résultats obtenus ! 6 jeunes sur 10 depuis l’ouverture du service, sont restés dans leur logement, alors qu’ils y étaient entrés sans travail, sans ressource, sans formation.

Merci aux donateurs des Petites Pierres d’y avoir cru au départ avec nous !


27/03/2017

« Leur redonner confiance en eux »

Cynthia Billard, 31 ans, est conseillère en économie sociale et familiale pour Clair Logis. Son rôle est d’accompagner au quotidien les jeunes qui bénéficient d’un bail glissant. Conseillère attentive, elle leurs apprend à être des adultes, autonomes et fiers de l’être. 

 

En quoi consiste votre mission auprès des jeunes hébergés en bail glissant par Clair Logis ?

Je les accompagne de A à Z dans leur démarche d’insertion. Recherche de logement, démarche administrative, mise à jour de leur situation financière, fiscale, et puis bien sur recherche d’emploi.

Au quotidien comment cela se traduit ?

Je vais chez eux au moins une fois par semaine pour faire le point sur les démarches, les difficultés. Il y a un gros travail de suivi sur la gestion de budget. Je leur apprends à tenir leurs comptes en reportant tout dans un carnet. Comment lire et payer une facture, gérer ses consommations d’eaux et d’électricité, c’est un accompagnement très concret !

De quoi manque le plus souvent ces jeunes ?

Au-delà des problèmes matériels, ils manquent souvent de confiance en eux.  Par exemple, j’ai suivi une jeune femme qui était réticente à déposer des candidatures spontanées pour trouver un emploi, elle avait peur.  Alors je l’ai accompagné pour déposer son CV dans plusieurs entreprises. Une semaine après elle a décroché un entretien. Là encore, elle avait peur, je lui ai proposé d’aller à la mission local où ils organisent des ateliers pour préparer les entretiens d’embauches. Son entretien s’est bien passé. Elle a été embauchée en CDD. A partir de là elle est entrée dans une dynamique professionnelle parce que cela l’a valorisée, cela lui a prouvé qu’elle était capable ! Un déclic.

Qu’est-ce qui est le plus dur à apprendre ou réapprendre pour ces jeunes ?

L’enjeu c’est souvent de leur faire comprendre qu’avoir un toit ce n’est pas qu’un droit, c’est aussi beaucoup de devoirs ! Payer ses charges, entretenir son appartement… ils doivent se rendre compte que la priorité c’est de payer son loyer et pas de s’acheter des cigarettes.

A quel moment considérez-vous que votre accompagnement est terminé et que c’est une réussite ?

Quand une personne gère elle-même son budget et surtout qu’elle s’est insérée professionnellement. Alors on peut glisser le bail à son nom, la personne est autonome !


27/03/2017

Foyer Aubois : une solution pour se meubler solidaire et pas cher

Pour meubler les 12 studios destinés à loger des jeunes en insertion, Clair Logis a décidé de se fournir au Foyer Aubois. Un chantier d’insertion qui récupère, retape et revend des meubles et de l’électroménager. Une solution économique et solidaire que nous raconte Philippe Halajko, cadre éducatif du Foyer Aubois.

 

Quel est le rapport du Foyer Aubois avec l’association Clair logis ?

Le Foyer aubois fait partie du même réseau social que Clair Logis, celui de l’hébergement d’urgence. Par ailleurs, je connais vraiment bien l’association car j’en suis adhérent. L’idée que nous avons eu avec Laure Grammont, ambassadrice du projet et responsable de Clair Logis, c’est de proposer aux bénéficiaires des logements en bail glissant, du mobilier à tarif très modéré, que les bénéficiaires viennent choisir avec les responsables et dont le Foyer Aubois assure la livraison.

 

Quelle est au quotidien l’activité du Foyer aubois ?

Nous accueillons des gens en grande difficulté. Une quinzaine d’hommes et de femmes bénéficiaires du RSA, qu’ils soient adultes ou jeunes de moins de 25 ans. Et nous leur proposons de travailler sur l’un des 5 chantiers d’insertion. Là, ils font de la récupération chez les particuliers, ils retapent le mobilier, parfois ils le relookent et ensuite il est mis en vente.

En fait, on fonctionne comme une communauté Emmaüs et nous assurons le logement de chaque travailleur.

En plus des chantiers d’insertion, il y a 24 lits en hébergement d’urgence et une partie halte/soin santé pour les personnes qui ne peuvent pas rentrer chez elles et ont besoin d’un suivi médicalisé.

 

Quels types d’équipements pouvez-vous proposer pour meubler les studios?

Nous avons des canapés convertibles, des buffets, des tables de cuisine, des petits meubles de rangement, des placards. Nous pouvons aussi proposer aux jeunes des batteries de cuisine et de l’électroménager : plaques chauffantes, four à micro-ondes … les éléments de base pour être bien équipé. Et puis ce qui est important : nous leur vendons du matériel qui ne consomme pas trop d’énergie. C’est important pour que l’ensemble de la démarche d’insertion soit cohérente et pérenne.


27/03/2017

Un projet abouti, une jeune femme confiante !

Anaïs, 22 ans, bénéficiare du projet décide de nous raconter son histoire et comment l'association Clair Logis Troyes a su lui redonner confiance en elle grâce au soutien et l'accompagnement de l'équipe. 

"Après des conflits familiaux, je me suis retrouvée sans logement. Un ami m’a accueilli, dans une petite commune, dans l’attente de trouver un hébergement.

Puis, le SIAO m’a positionné en hébergement d’urgence car j’attendais une réponse pour un emploi sur Troyes. Celui-ci n’a pas abouti même si j’étais très motivée dans mes recherches d’emploi.4

J’ai alors été orientée sur le service Clef pour 2 mains, par la Mission Locale.

J’ai eu un entretien avec Cynthia, conseillère en économie sociale et familiale pour Clair Logis et Laure, ambassadrice du projet, qui m’ont expliqué le service et les différentes conditions d’accès. Et quelques jours plus tard, j’ai signé mon contrat d’accompagnement vers le logement. J’ai du faire les différentes démarches demandée par Cynthia (l'éducatrice) en lien avec le SIAO et la Mission Locale.

Un mois plus tard, j’emménageai dans mon logement. C’est un petit F1, à Troyes. J’ai acheté du mobilier au Foyer Aubois (meubles d’occasion) et chez But pour le gros électroménager et le matelas. C’est le service Clef pour 2 mains qui m’a avancé les diverses sommes d’argent pour être le mieux possible dans mon appartement.

N’ayant pas obtenu le travail en boulangerie, comme je l’espérais, je fais un bilan de compétences à l’ADPS de Troyes. J’attends avec impatience les résultats pour savoir vers quels métiers je pourrais me tourner car j’ai toujours travaillé dans la vente.

Clef pour 2 mains m’apporte beaucoup : tout d’abord l’accès au logement mais aussi vers un travail. En effet, je peux enfin me déplacer plus facilement (mon logement est près du centre-ville et j’ai tous les moyens de transports près de chez moi) pour chercher un travail. Il m’aide aussi à gérer un budget car quand on est jeune, cela apparaît difficile et cela l’est d’ailleurs !

Cynthia m’apporte un réel soutien dans mon quotidien, je la rencontre une fois par semaine, voire une fois tous les 15 jours s’il n’y a pas de besoins particuliers. Elle m’aide dans les démarches administratives et même dans l’emploi car elle veille à toutes les annonces et me prévient quand elle en voit une qui pourrait me correspondre.

Les plus grandes difficultés que je rencontre sont celles liées au travail : il y a peu d’emplois et mon expérience en fleuristerie n’est pas toujours retenue comme une expérience lors des entretiens pour la vente de vêtements par exemple.

Les conditions de ce service sont dans un principe de réalité et cela fait du bien de nous faire confiance."

Anaîs, 22 ans.


Aucun don pour le moment
Grammont Laure

Grammont Laure

De l'association Association Clair Logis

0 € Collectés

Projet financé !

0 card-project-nbContributors

Donateurs

0 J

Restants

12 000 €

Objectif financier

Don avec reçu fiscal.

Partager le projet :


lock

Tous nos paiements sont sécurisés par Le Crédit Agricole.

Crédit Agricole des savoie

Ces projets devraient également vous intéresser …

img20220727wa0008-62e2b51eb13f6.jpeg

Solidaires en Beaujolais

Loger une famille de 4 enfants à Villefranche/Saône

74  nbContributors
Donateurs
14 390 €
Collectés
65 J
Restants
72%
photo1-62139b6344e99.jpeg

Secours Catholique délégation de Loire Atlantique

Villa Ker Coet, une maison familiale de vacances à Pornichet

18  nbContributors
Donateurs
6 120 €
Collectés
72 J
Restants
31%
lamastre.jpeg

Association Encour'âge

Une maison partagée pour les Anciens en Ardèche

30  nbContributors
Donateurs
7 339,96 €
Collectés
77 J
Restants
37%