returnLink-chevron Retour

Un logement autonome pour un nouveau départ

Quel est notre projet ?

Rattachée à la fondation des Apprentis d'Auteuil, la résidence sociale Saint-Bruno accueille des jeunes travailleurs qui viennent chercher un toit à Vaulx-en-Velin. Un projet de parcours résidentiel ascendant est en cours à Saint-Bruno avec l'implication d'un bailleur social. Cela va permettre aux résidents qui en ont besoin, d’obtenir un temps d'accompagnement supplémentaire, pour finaliser leur projet de vie et leur projet professionnel. Avant de pouvoir intégrer de manière définitive un logement individuel de droit commun, ce palier est nécessaire à certains jeunes pour acquérir l'autonomie suffisante. Avec la location de deux T3 en 2015 et de trois T2 en 2016, le foyer passera ainsi de 45 à 57 lits. Ce dispositif de logement « hors les mur » créé en lien avec un bailleur social du département offrira au jeune une expérience de l’autonomie avant l’accès à un logement autonome. L’association Apprentis Auteuil Vaulx-en-Velin fait appel aux Petites Pierres pour l’équipement et l’ameublement de ces logements autonomes (voir budget).

À quoi va servir l’argent collecté ?

Un logement pour apprendre à devenir autonome à Vaulx en Velin

Pour un certain nombre de résidents, le temps de séjour au sein de la résidence sociale Saint Bruno n’est pas suffisant pour leur permettre de finaliser leur projet de vie et leur projet professionnel. Un temps supplémentaire semble nécessaire pour les accompagner. Mais l’absence d’appartement hors de la maison mère ne permet pas d’aller jusqu’au bout de la logique d’autonomisation des jeunes. Avant de pouvoir intégrer de manière définitive un logement individuel de droit commun, ces logements répartis dans le quartier sont nécessaires pour permettre aux jeunes d’acquérir une autonomie suffisante. Après un passage à la résidence et selon des critères d’autonomie définis, un résident pourra accéder à ce type de logement, pour consolider ses acquis et préparer sa sortie définitive. Cela lui permettra d’éviter une situation d’attente de proposition de logement parfois difficile à accepter après un long parcours d’insertion. Il sera accompagné dans la gestion de son logement, et gagnera peu à peu l’assurance qui lui permettra d’être mieux armé pour affronter sa vie future dans son propre logement.

 

« Quand Je suis entré ici, on m’a déjà parlé de mon départ. C'est important, ça motive, on sait qu'il ne faudra pas s'endormir. Ce n'est pas un endroit où on va rester, on vient juste pour avancer dans sa vie » explique Mustapha, 23 ans, résident au foyer Saint-Bruno.

 

Un accompagnement social en logement soleil avec Les Apprentis d'Auteuil

Un accompagnement individuel sera adapté à chacun des résidents pour leur apporter une aide sur différents sujets : explication du contrat de location, accompagnement dans l’entrée des lieux (signature bail, démarches administratives, état des lieux), sensibilisation du jeune au bon usage du logement et à son entretien courant, aux problématiques de voisinage. Les accompagnateurs sensibiliseront aussi le résident à la gestion de son budget, aux aides financières existantes de type CAF et FSL. Par ailleurs, les résidents continueront d’être accompagnés sur l’autonomie, la formation, l’emploi, la santé, l’hygiène alimentaire, la mobilité, l’éducation... Les éducateurs seront vigilants quant aux risques d’isolement des jeunes, suite à un passage d’une vie en collectivité à une vie autonome. L’accompagnement individuel sera dégressif dans le temps pour responsabiliser progressivement le jeune et les préparer le plus rapidement possible à être seul dans leur logement. Les jeunes seront orientés dans ces logements autonomes avec comme objectif une prise d’autonomie en vue d’un départ dans les 6 mois suivants.

 

Un accompagnement pour faciliter l’intégration des jeunes

Les logements soleil seront positionnés dans des quartiers bien desservis par les transports en commun et présentant une mixité sociale. Les jeunes seront accompagnés pour s’intégrer dans leur quartier : inscription dans des clubs de sport ; mobilisation des structures de droit commun (mission locale, pôle emploi, CPAM etc.) ; mise en lien avec les équipes de prévention spécialisé. Il est essentiel de prévoir pour les résidents des logements autonome, des temps de partage avec l’équipe et le reste des résidents afin d’éviter tout éventuel isolement. Ainsi, un temps collectif sera planifié chaque mois qui prendra la forme soit d’un temps partagé au sein du foyer central (repas, fête etc.), soit d’un temps collectif uniquement réservé aux résidents des logements diffus (sortie spectacle, repas au restaurant, repas chez un des résident etc.). Par ailleurs, les résidents pourront participer aux différents ateliers organisés au foyer central.

 

Qui sommes-nous ?

L’association Apprentis d’Auteuil éduque et forme des jeunes en difficulté pour leur permettre de s’insérer dans la société. Apprentis d’Auteuil accueille et accompagne également des familles dont beaucoup sont en situation d’exclusion sociale ou de précarité.

Dans plus de 200 établissements en métropole et dans les DOM-TOM, Apprentis d’Auteuil propose des accueils en crèches, en internat, en Maison d’enfants à caractère social. Lieu de formation, Apprentis d’Auteuil propose également des accueils en écoles, collèges, lycées professionnels et centres de formations continues. Les familles peuvent aussi bénéficier de services de soutiens comme des maisons des familles, des lieux d’accueils mère-enfants. Dans cet esprit d’accompagnement des jeunes et des familles en situations de précarités, Apprentis d’Auteuil a également développé des accueils en résidences sociales et Foyers Jeunes Travailleurs. Cette année, Apprentis d’Auteuil a accueilli près de 23000 jeunes et 4000 familles dans l’ensemble des établissements.

La Résidence sociale / FJT St Bruno de Vaulx-en-Velin

La Résidence Sociale a été créé en 2000 à Vaulx-en-Velin. Gérée par Apprentis d’Auteuil, la résidence est dotée aujourd’hui de 45 lits répartis dans 28 logements. A ce jour, la résidence propose plusieurs dispositifs d’accueil lui permettant de répondre au plus près à la demande des partenaires et aux besoins des résidents :

• Accueil Mère Enfant (2 places)

• Accueil en Contrat Jeunes Majeurs (4 places)

• La crèche Arc en Ciel ouverte en 2011 par Auteuil Petite Enfance contribue au développement d’un vrai savoir-faire pour l’accueil de jeunes mères isolées

Plus généralement, la Résidence Sociale / FJT Saint Bruno accueille des personnes privées d’accès au logement de droit commun, qui connaissent un véritable risque de rupture ou de marginalisation au regard de l’intégration sociale.

Le projet de la Résidence Sociale St Bruno est donc axé sur le logement comme point de départ dans un processus d’insertion plus large. L’hébergement à la Résidence Sociale, sur un temps plus ou moins long selon les situations, reste un élément transitoire dans le parcours résidentiel des personnes accueillies. C’est ce temps qui est mis à profit pour accompagner les bénéficiaires vers une insertion durable. Bien que l’accueil s’adresse à des personnes âgées de 18 à 30 ans, ces jeunes ont une moyenne d’âge de 22,2 ans.

L’offre de logement à la Résidence Sociale représente une période pour « se poser » (après des difficultés parfois lourdes et nombreuses), le temps de retrouver une stabilité, une sécurité de base, et surtout l’accès à un espace de vie où retrouver une intimité, une vie familiale parfois. Cet hébergement de logement constitue un point d’ancrage, une mise en situation pour expérimenter les conditions de l’autonomie. Ainsi des démarches vont pouvoir s’enclencher, pour accéder à une formation qualifiante, pour retrouver le chemin de l’emploi, pour s’ouvrir des droits au regard de la santé, de l’éducation, des enfants et pour apprendre à mieux gérer sa vie.

 

Association Apprentis d'Auteuil

  • Résidence sociale Saint-Bruno
  • 12 rue Louis-Duclos
  • Vaulx-en-Velin

 

Jean-Nicolas Carrelet est un éducateur spécialisé dans la résidence sociale St Bruno.

Educateur spécialisé depuis plus de 5 ans, j’ai fait le choix après plusieurs années de travail auprès de personnes en situations de handicap, d’accompagner des jeunes vers l’insertion. Au retour d’une expérience professionnelle auprès de personnes en grande précarité au Canada, j’ai souhaité continuer dans cette voie. Fils d’agriculteur je suis attaché aux valeurs d’entraide et attentif aux bénéfices concrets du travail accompli. L’ouverture de ces logements concrétise deux années de travail enrichissant et formateur.

Depuis 2000 la résidence St Bruno des Apprentis d’Auteuil accueil, héberge et accompagne des jeunes de 18 à 30 ans en situation de précarité. Fragilisés par des parcours de vies souvent compliqués, avec ou sans enfants, ces jeunes profitent de la résidence pour poser leurs valises et peut à peut reprendre pieds. En liens avec les partenaires, l’équipe du foyer accompagne les résidents vers l’emploi, la formation, avec pour finalité l’accès à un logement autonome. Au travers de rencontres individuelles ou d’action collectives (ateliers cuisine, groupes de paroles, etc.) l’équipe éducative s’efforce de redonner confiance à ces jeunes pour leur permettent de se construire un avenir plus serein.

Ce projet est né lors d’une réunion d’équipe alors que nous échangions sur le cas de Danielle (le nom a été changé) qui suite à son départ de la résidence sociale pour un logement autonome nous faisait part de ses difficultés. Depuis plusieurs semaines, elle logeait chez une amie nous expliquant qu’il était difficile pour elle de se sentir bien dans ce logement. Méconnaissance du voisinage, peur de la solitude, logement éloigné de son environnement habituel, difficultés pour se sentir bien chez elle ; les raisons sont multiples et parfois un accompagnement de quelques semaines suffit à débloquer la situation.

Ce cas n’est qu’une illustration de ce que nous rencontrons régulièrement et qui parfois met malheureusement en échec plusieurs mois d’accompagnements. De fait le départ de la résidence créer parfois un effet de rupture qui fragilise des personnes qui reprenaient alors tout juste confiance en elles.

Souhaitant répondre de manière très concrète à cette problématique et après une étude approfondie des causes de ce phénomène, notre choix c’est porté sur un dispositif de logements individuels répartis dans la ville. Apprentis d’Auteuil s’est donc associé à l’OPAC du Rhône (bailleur sociale) qui a porté un intérêt tous particuliers à notre démarche. Nous avons donc obtenue la mise à disposition de logements via des contrats de sous-locations.

Aujourd’hui Marie-Cindy et un couple bénéficient déjà de ce dispositif et expérimentent la vie loin de la résidence. Ceci exige de leur part un réel investissement et une bonne compréhension des enjeux de leur passage par cette marche supplémentaire vers de logement autonome. Un travail en étroite collaboration est essentiel pour la réussite de ce projet.

L’accession au logement de droit commun n’est pas la fin du parcours d’insertion des jeunes. Il est souvent qu’une étape vers une vie d’adulte qui doit être bien préparée pour réussir. Souvent âgés de 18 à 20 ans les jeunes accompagnés au foyer St Bruno se retrouvent fréquemment seuls et démunis faces aux situations qu’ils rencontrent. Des familles éloignés ou peu présentes, des amis souvent dans des situations similaires ne sont pas toujours des relais suffisant pour se construire sereinement.

Ce projet simple mais utile favorisera de manière évidente le parcours d’insertion des jeunes que nous accueillons. Il évitera les situations de ruptures et permettra aux jeunes de s’armer pour affronter la vie autonome en logement.

Voir le budget détaillé

27/03/2017

Témoignage d'une ancienne résidente à la résidence St Bruno

"A l’aube de mes 25 ans je fais un état des lieux. Oui effectivement j’ai vécu des choses traumatisantes et oui j’ai fait des choses que je regrette. Mais aujourd’hui, je ne peux  que m’améliorer grâce aux portes que j’ai ouvertes. Je ne suis ni un ange ni un démon, mais seulement un être humain avec ces qualités et ces défauts.

J’ai compris que la vie peut apporter aussi de belles choses et j’ai dans ma vie de belles choses. J’ai appris à mes dépens, que la famille n’est pour certains pas une béquille mais au contraire qu’elle peut être un obstacle au bonheur. J’ai laissé tomber l’idée de changer ma famille, elle est telle qu’elle est et tant pis. Par contre des personnes inconnues peuvent devenir importantes et je peux m’appuyer sur eux.

J’ai compris en croisant des personnes malades durant mes hospitalisations qu’il faut soigner le passé durant sa jeunesse pour avoir une vie plus sereine. Je n’ai pas encore chassé tous les démons du passé et loin de moi cette idée que par la suite je n’en aurais plus, mais j’essaie de vivre avec  et d’en combattre certains. Toutefois je veux avancer et changer, c’est pour cela que je fais bouger les choses concernant ma santé par exemple. Je n’ai pas pu faire ces choses avant car je n’étais pas en capacité de les faire. Maintenant j’ai la force et la volonté de faire ces choses. 

J’ai besoin de temps pour me reconstruire après toutes ces années parfois j’ai des coups dure et je ne suis pas apte à travailler. Ces coups dures reviennent souvent à des dates anniversaires de certains évènements de mon passé, mais le travail pour moi est quelques choses d’important puisqu’il me permet de me sentir vivante, de faire quelques choses de ma vie. Avant cela je me sentais vide et sans but précis, je me levais le matin sans envie, mes journées étaient sans intérêt.

Aujourd’hui ma vie a changée, je me lève le matin avec le sourire et l’envie de me battre contre toutes ces angoisses qui hantent mon esprit et chaque soir j’en reviens vainqueur. Je suis certaine qu’un matin je me lèverai sans angoisses et partirai au travail l’esprit libre et sereine, mais pour l’instant encore, j’ai besoin de ce combat avec moi-même." 


27/03/2017

Le logement : un pas vers l’insertion des jeunes

Pour Apprentis d’Auteuil, le logement est un outil d’accompagnement vers l’autonomie. Il vient en support des missions principales de la fondation, l’accueil, l’éducation, la formation et l’insertion des jeunes. Élément essentiel d’une insertion réussie, l’accès au logement représente pourtant une difficulté majeure pour nombre de jeunes, en particulier ceux qui font face à des difficultés scolaires, sociales, familiales. Le point sur la réflexion à Apprentis d’Auteuil.

 

Pour les jeunes les plus fragiles, ceux dont les parcours scolaires ont été chaotiques et qui ne disposent pas d’un soutien familial ou amical, les débuts dans une vie adulte et autonome se révèlent encore plus compliqués que pour d’autres jeunes du même âge. Entre 16 et 25 ans, alors qu’ils ont passé le stade de l’obligation scolaire, s’ouvre pour eux une période délicate, souvent marquée par la précarité, les formations courtes, les petits boulots, parfois par l’errance. La question du logement s’ajoute aux difficultés. Comment s’insérer durablement sans logement ? Comment trouver à se loger sans travail ?

 

Alors qu’Apprentis d’Auteuil a fait de l’insertion des jeunes un de ses axes de travail prioritaires, la thématique du logement s’est imposée dans la réflexion. Pierre d’achoppement dans les parcours de formation ou d’insertion, le logement des 16/25 ans est, pour la fondation, un outil dans l’accompagnement qui leur est proposé. Actuellement, Apprentis d’Auteuil gère 10 établissements de logement adapté pour les 16/25 ans en situation de précarité, ce qui représente un peu plus de 500 places. Ce sont des Résidences sociales, dont six sont agréées Foyer de jeunes travailleurs (FJT). « C’est pour la fondation un champ relativement nouveau par rapport à notre coeur de métier : le scolaire, la formation et la protection de l’enfance, précise Marine Tignon, de la direction des Politiques et  Ressources éducatives. Apprentis d’Auteuil s’adresse à un public en précarité sociale, économique et familiale. Ce logement adapté est temporaire, et doit favoriser l’accès à un logement autonome de droit commun. »

 

Prendre peu à peu sa vie en main

« C’est parce que le jeune est en difficulté au niveau du logement (certains vivent dans la rue ou dans leur voiture) que nous l’aidons, note Marie-Françoise Zerbonne, directrice du FJT Frédéric Ozanam (Tournanen- Brie, 77). Sans logement, l’insertion sociale et professionnelle n’est pas possible, car il faut arriver à l’heure, être propre, avoir une adresse pour le CV. Le logement est crucial pour les 16-25 ans. En Île-de-France, la problématique est encore plus aiguë qu’ailleurs… » « Il ne faut pas confondre une Résidence avec une Maison d’enfants, précise d’emblée Timothée Maurice, directeur de la résidence Jean-Paul II (Liévin, 62). Nous ne sommes pas dans une prise en charge, mais dans un accompagnement vers l’autonomie. L’objectif, c’est l’insertion, c’est-à-dire un travail décent, pérenne et rémunérateur, une vie sociale et citoyenne assumée, avec des liens noués avec l’entourage, le voisinage… »

C’est tout l’enjeu de l’accompagnement d’Apprentis d’Auteuil. Après examen de son dossier et un entretien pour discuter de son projet et de sa situation, le jeune fait son entrée dans la structure. Il doit disposer des revenus nécessaires pour payer son loyer, si minime soit-il, en fonction des aides qu’il peut percevoir (par exemple, l’Aide personnalisée au logement).

 

L’accompagnement qui lui est proposé se situe sur une ligne de crête, ni intrusif, ni complètement optionnel. « Nous ne faisons pas des jeunes des assistés, souligne Xavier Crépin, directeur du FJT Jean-Marie Vianney (La Côte-Saint-André, 38). Chacun doit saisir sa chance et prendre peu à peu sa vie en main. Le jeune n’est plus chez ses parents ou en foyer, pas encore seul dans la vie et dans la société. Cette parenthèse doit l’aider à se mettre au clair, notamment dans ses relations, sa gestion financière, ses démarches. » Gestion du budget, santé, repas, loisirs, découverte de ses devoirs et de ses droits… le jeune gagne petit à petit en autonomie.

 

Une dynamique d’insertion

À la Résidence Jean-Paul II, les profils sont très divers : certains viennent en raison d’une formation ou d’un emploi proche géographiquement, d’autres, suite à une rupture familiale, d’autres encore, après leurs 18 ans, à l’arrêt de leur prise en charge dans un foyer de l’Aide sociale à l’enfance ou en famille d’accueil. Ainsi, Jordi, 21 ans : « Je m’étais retrouvé à la rue. J’ai vécu chez des tiers pendant six mois. J’ai trouvé un CDI sur Liévin dans la restauration, et il fallait un logement, mais je n’avais pas de quoi payer le premier loyer et la caution. Ici, c’est une stabilité. »

Dans chaque structure, une équipe pluridisciplinaire travaille aux côtés du jeune. Jimmy, 20 ans, du FJT Jean-Marie-Vianney, témoigne : « Ils m’ont beaucoup aidé dans mes démarches. Aujourd’hui, je me sens beaucoup plus sûr de moi. J’ai découvert et appris mon métier (ndlr, Jimmy a obtenu un CAP maintenance de collectivités,option carreleur-mosaïste). Ce que j’ai appris ici me servira toute ma vie. »

À la Résidence sociale Saint-Bruno (Vaulx-en-Velin, 69), chaque jeune a son référent qu’il rencontre de manière informelle pour travailler son parcours personnalisé. Jean-Nicolas Carrelet, éducateur, précise : « Comme tous mes collègues, j’avance avec eux selon quatre axes essentiels : le logement, l’insertion, la santé et la culture. Sans oublier la gestion des budgets. On impulse aussi un accompagnement socio-éducatif : apprendre à tenir son intérieur, son linge, à faire les courses, etc. On ne fait pas à la place. » Caractéristique du suivi : le cadre n’est pas contraint. Les résidents expérimentent leur toute nouvelle vie d’adulte.

Pour ceux qui sortent d’années de placement, il est nécessaire de s’adapter à cette liberté et de faire face à ses responsabilités. « Ce temps est indispensable, complète Jean-Nicolas Carrelet. En entrant ici, les jeunes savent que leur place est conditionnée à leurs démarches d’insertion, qu’ils doivent adhérer à cette dynamique. La finalité est aussi de leur permettre de retisser des liens sociaux. Avec mes collègues, nous attachons beaucoup d’importance à l’échange, l’entraide, ce qu’on appelle communément le “vivre ensemble”. »

 

Le temps de l’envol

Pour les résidences et les FJT, le travail en lien avec le tissu associatif et social est essentiel, entre autres, avec Pôle emploi et la Mission locale. Le FJT Jean-Marie Vianney bénéficie aussi de la présence sur le site d’établissements de formation d’Apprentis d’Auteuil, autre outil d’insertion. Dès leur entrée, les jeunes savent qu’ils habitent un logement temporaire et qu’ils devront se mettre en marche rapidement. La durée de l’accueil est fixée à deux ans maximum. Quand l’échéance se précise, la structure mobilise fortement la personne. Mustapha, 23 ans, vient de quitter la résidence : « C’était une belle période. Je ne connaissais personne à l’arrivée, je me suis intégré petit à petit. On est très entourés par l’équipe. Ils nous donnent de la force. Je ne garde que du positif. On apprend aussi à être de plus en plus autonome : gestion du budget, cuisine, papiers, etc. Aujourd’hui, je suis dans un autre foyer un peu plus grand, pour des personnes plus actives avec un salaire correct. »

 

Pour voir l’article complet « Le logement : un pas vers l’insertion des jeunes » extrait du  NUMÉRO 206 octobre-novembre 2015 du magazine d'Apprentis d'Auteuil À l'Écoute, cliquez ici.

 


27/03/2017

Le nouveau dispositif de "logements diffus" est lancé !

Le parcours de Florian, jeune homme accueilli depuis octobre 2014 à la Résidence St Bruno des Apprentis d'Auteuil puis en logement individuel en diffus.

A 18 ans beaucoup de jeunes ayant eu une enfance "classique" ne sont pas prêt à s'assumer et à s'envoler de leurs propres ailes vers leur avenir d'adulte. Cette réalité est d'autant plus vraie pour les jeunes issus de la protection de l'enfance. Pour les accompagner dans cette période d'entre deux, la résidence avec le soutien des services départementaux de l'enfance, accompagne spécifiquement ces jeunes là dans leurs parcours d'insertion.

Florian est l'illustration de ce que permet de faire cet accompagnement vers la vie d'adulte.

Ce jeune est entré à la résidence à tout juste 18 ans après plusieurs années de placements en foyer par les services de la protection de l'enfance. Après quelques mois de d'incertitude, d'hésitation, Florian a pris la mesure de l'enjeu qui se présentait face à lui. Quelques petits boulots plus tard une proposition de CDD se présente. Commis de cuisine durant quelques mois Florian monte vite les échelons et se retrouve aujourd'hui Second de cuisine.

En parallèle de ce parcours exemplaire, Florian expérimente la vie autonome dans son appartement à la Résidence Sociale St Bruno des Apprentis d'Auteuil à Vaulx-en-Velin. Un an et demi après son arrivée Florian se sent enfin prêt à partir mais il lui reste encore à franchir le pas.

Pour cela les logements diffus sont la bonne solution. Depuis 5 mois déjà Florian expérimente la vie en appartement "classique" dans un immeuble comme les autres. Loin de la résidence, de sa vie collective qui apporte soutien et réconfort lorsqu'on en a besoin, l'expérience des logements diffus est là pour accompagner ce dernier passage entre le foyer et l'appartement autonome.

Aujourd'hui Florian se sent prêt à partir et devrait enfin avoir son logement dans les semaines à venir.

Merci donc à vous tous qui avez participé à l'aboutissement de nouveau dispositif de "logements diffus". Grâce à vos dons Florian est les autres jeunes ont pu s'installer dans des logements meublés.

 

 


Anonyme

Anonyme

Une généreuse donatrice des Apprentis d'Auteuil

-- €
de soutien Les Petites Pierres Fonds

de soutien Les Petites Pierres Fonds

Pas de message

5 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

50 €
Desgouttes-Rouby monique

Desgouttes-Rouby monique

Pas de message

10 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
farah Moufida

farah Moufida

Bonjour je vous félicite et vous encourage pour le travail que vous faite. grand merci.

30 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
CARRELET Anne

CARRELET Anne

Quel formidable initiative! Bon courage à tous les jeunes du foyer St Bruno !

20 €
Anonyme

Anonyme

si les petits ruisseaux font des grandes rivières... alors y'a plus qu'à, mettez la gomme ! Bravo à tous ceux qui s'investissent dans ce beau projet

30 €
baud andre

baud andre

Pas de message

100 €
Anonyme

Anonyme

Un petite pierre pour ce beau projet qui permettra à ces jeunes de prendre leur envol.

100 €
puaud françois

puaud françois

Bravo.

100 €
THIESSON NOEMIE

THIESSON NOEMIE

on y est presque!

20 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
ROSSETTI Stéphane

ROSSETTI Stéphane

Courage à tous, foncez !

100 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

100 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

500 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

-- €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

200 €
Anonyme

Anonyme

Tout le monde mérite un nouveau départ

200 €
Anonyme

Anonyme

Pas de message

259 €
Carrelet Jean-Nicolas

Carrelet Jean-Nicolas

De l'association Apprentis d'Auteuil Vaulx en Velin

5 000 € Collectés

Projet financé !

21 card-project-nbContributors

Donateurs

0 J

Restants

5 000 €

Objectif financier

Don avec reçu fiscal.

Partager le projet :


lock

Tous nos paiements sont sécurisés par Le Crédit Agricole.

Crédit Agricole des savoie

Ces projets devraient également vous intéresser …

img20220727wa0008-62e2b51eb13f6.jpeg

Solidaires en Beaujolais

Loger une famille de 4 enfants à Villefranche/Saône

84  nbContributors
Donateurs
16 720 €
Collectés
59 J
Restants
84%
photo1-62139b6344e99.jpeg

Secours Catholique délégation de Loire Atlantique

Villa Ker Coet, une maison familiale de vacances à Pornichet

25  nbContributors
Donateurs
7 720 €
Collectés
66 J
Restants
39%
lamastre.jpeg

Association Encour'âge

Une maison partagée pour les Anciens en Ardèche

31  nbContributors
Donateurs
7 439,96 €
Collectés
71 J
Restants
37%