returnLink-chevron Retour

La Ferme des Lilas 'Solidaire, avec toit !'

thematic-2.png Lutter contre la grande exclusion

Quel est notre projet ?

La Ferme des Lilas est une association, loi 1901, qui a pour projet d'ouvrir une structure d'accueil, d'hébergement et d'activités pour les personnes sans domicile fixe et les travailleurs saisonniers en Sud-Gironde.

  • Son objet : « Cette association a pour but de développer toutes les actions permettant d’améliorer le statut et les conditions de vie des personnes en difficultés, de favoriser leur insertion et de façon générale de lutter contre toutes formes de discrimination et d’exclusion. »

Nous répondons a un besoin car il n'y a pas de structure d'hébergement d'urgence sur ce territoire.

 

Nos valeurs et intentions philosophiques

La solidarité constitue le fondement de nos missions dans un esprit d'entraide mutuelle pour porter assistance à une personne en difficulté.

Nos actions favorisent le ‘vivre-ensemble’ et la mixité, qui permettent d’encourager les échanges, les liens sociaux dans un esprit de partage.

L’association assure le respect et la dignité des personnes, en leur garantissant écoute, respect de leur vie privée et leur intimité. Chaque individu est libre et responsable de sa propre vie.

Nous avons à cœur de sensibiliser au développement durable, car nous souhaitons construire notre projet autour du respect de l’environnement.

L’association a quatre axes de missions prioritaires :

 

  1. Permettre aux personnes sans domicile fixe d’avoir un toit et offrir des conditions décentes aux travailleurs saisonniers

 

La problématique principale des personnes accueillies au sein de la ferme des Lilas sera l’absence de logement/hébergement stable ou fixe. Cette situation de précarité peut souvent aller de pair avec l’absence de ressource, rupture familiale, absence d’environnement socio-affectif.

Nous avons le témoignage d’une maman, seule avec ses 2 enfants. Ils sont hébergés « comme ils peuvent » chez des amis, des connaissances, pouvant favoriser les situations de mises en danger d’elle-même et de ses enfants. Elle nous confie ne pas vouloir s’adresser aux services sociaux de peur de se voir retirer la garde de ses enfants. Elle nous dit que si elle avait un hébergement stable, elle pourrait se poser pour faire ses démarches administratives mais du fait de l’urgence de la situation précaire, elle ne peut rien faire.  

Il s’agira dans un premier temps d’offrir un toit, de mettre à l’abri ces personnes, pour qu’elles puissent se (re)poser dans un cadre sécurisant, apaisant et bienveillant. Nous leur proposerons une chambre ou un chalet selon la situation pour « poser leurs bagages ».

 Concernant les travailleurs saisonniers, nous proposerons un accès aux sanitaires, à la cuisine, à l’électricité et à des loisirs au sein de la Ferme afin qu’ils puissent aller travailler dans de bonnes conditions.

Nous avons rencontré un jeune saisonnier, qui exprime son sentiment de « ne pas être considéré dans son travail ». Les conditions sont dures quand il termine le soir son travail sans savoir où poser son camion.

 

  1. Accompagner dans et vers un projet individualisé et personnalisé

 

Il est indispensable pour nous que la personne soit placée au cœur de l’accompagnement et soit actrice dans cette démarche. La personne sera accompagnée de l’expression de ses besoins à  la recherche de solution.

À sa disposition, un travailleur social pourra l’orienter, la conseiller, l’informer dans le rétablissement de ses droits sociaux, la recherche de logement et qu’elle puisse acquérir une autonomie croissante.

L’équipe permanente et bénévole, attentive et à l’écoute, sera présente et disponible afin d’accompagner les personnes dans leurs démarches administratives et sociales.

L’objectif est que les personnes trouvent des solutions qui leur soient adaptées : recherche de logement, accès aux droits, favoriser et maintenir les liens familiaux, faire le lien avec les différentes administrations et organismes sociaux. Elles pourront être orientées vers les organismes adaptés dans la recherche de formation ou d’emploi : mission locale, Pôle Emploi, centres de formations…

Un véhicule sera à disposition pour les déplacements physiques vers les services publics sur les communes importantes de Langon, La Réole ou Bazas.

Et nous prêterons un camion pour aider au moment de l’emménagement dans leur logement autonome.

 

  1. Développer le lien avec la nature et la culture

 

Dans notre projet, le contact avec la nature est indispensable : maraîchage en permaculture, jardinage, sensibilisation et respect de l’environnement, médiation animale. Ces outils sont utilisés comme médias dans un objectif de travail sur les émotions, reprise de confiance en soi et en l’autre, et en ses capacités.

 

La prise en compte de l’aspect écologique est essentielle dans notre projet :

  • Sur un plan citoyen, afin que chacun prenne conscience de son impact et de sa responsabilité personnelle vis-à-vis de l’environnement et de l’avenir de notre planète.
  • Sur le plan de la santé, car il s’agit de montrer, par exemple, l’impact des produits chimiques dans notre environnement quotidien, permettre à chacun de devenir vigilant sur ses habitudes de consommation (alimentation, cosmétiques, produits d’entretiens...) qui entraînent des problèmes de santé.
  • Sur le plan pédagogique, l’enjeu est de donner aux citoyens les moyens de devenir un "consom’acteur" en leur permettant de s’interroger sur le produit, non plus par rapport à sa marque et la publicité qui en est faite mais, en tenant compte de son impact sur l’environnement, la santé et son mode de production.

 

La culture, sous toutes ses formes, a également des atouts majeurs dans la relation à autrui et dans son développement personnel : l’art peut apaiser le corps et l’esprit, et favorise l’expression des émotions. Il devient un médiateur, un outil de communication non verbale.

En termes d’accompagnement, l’art permet de retrouver des codes communs dans un groupe, ce qui peut créer une appartenance. Ce média devient alors intéressant dans la reconstruction d’un être qui a perdu tous ses repères.

 

  • La nature et la culture deviennent alors des médias pour développer son estime de soi et son rapport à l’autre.
  • L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a publié en 2019 un rapport, reprenant 900 publications scientifiques, avérant les effets positifs de la musique (l’écouter ou la pratiquer), comme ceux de tout art en général, sur l’amélioration de la santé et du bien-être : réduction de l’anxiété et de la douleur [..]. « Faire entrer l’art dans sa vie par le biais d’activités telles que la danse ou le chant donne une clé supplémentaire pour améliorer sa santé physique et mentale », souligne Piroska Ostlin, directrice régionale par intérim de l’OMS pour l’Europe. […] La nature a aussi de grandes vertus déstressantes. Autre méthode qui a fait ses preuves : la méditation. […] Elle favorise une activité du cortex préfrontal gauche, impliqué dans les émotions positives. […] Conclusion : méditer en pleine nature, en écoutant de la musique, c’est la combinaison gagnante antistress ! » (Source : Sciences et Avenir N° 888 – février 2021). 

 

  1. Développer le « Vivre- ensemble »

 

Nous privilégierons au sein de la Ferme des Lilas un fonctionnement collectif et participatif, par les résidents, avec l’aide de l’équipe de professionnels et bénévoles.

Nous serons attentifs à ce que les bénéficiaires soient acteurs à chaque moment de la vie quotidienne.

Chacun peut apporter au lieu de vie. Nous chercherons à valoriser les compétences et les sensibilités de chacun, avec, par exemple, le principe de référent parmi les résidents, selon leurs envies (référent boutique solidaire, jardin, vie quotidienne, cuisine, …). Ils pourront participer et/ ou proposer divers ateliers au sein de la ferme, et faire appel à des intervenants extérieurs pour des ateliers complémentaires.

Les temps de vie communs seront pensés et organisés avec les résidents : courses, cuisine, événements, ateliers, l’accueil des personnes extérieurs, …

L’objectif est de se réapproprier une place au sein d’un groupe avec respect et bienveillance.

Les notions de vivre-ensemble et de mixité seront élargies de par les activités et événements proposés au sein de la structure aux personnes extérieures. La vente sur les marchés pourra également être une expérience de resocialisation.

L’objectif est de lutter contre l’isolement social et le sentiment d’exclusion. La communauté solidaire participera au développement de leurs potentiels, et sera essentielle pour favoriser l’entraide entre pairs.

À quoi va servir l’argent collecté ?

L'argent collecté va servir à apporter un apport, auto-financement, pour l'investissement de la bâtisse et du terrain, indispensable auprès des services bancaires.

Qui sommes-nous ?

 

Nous sommes 3 amies, Elsa Laborde, Elsa Maillot et Virginie Albanese, partageant les mêmes valeurs de respect de l’être humain et de son environnement. Notre passion pour la musique et les projets artistiques nous ont rassemblées.

 

Elsa Laborde, initiatrice du projet, est assistante sociale et travaille, depuis 2009 en milieu hospitalier auprès d’un public atteint de troubles psychiatriques et depuis 2016 auprès d’un public de personnes détenues et hospitalisées en unité spécialement aménagée. Elle est également musicienne (auteure, compositrice et multi-instrumentiste), et elle est engagée dans la lutte contre toute forme d’exclusion et de discrimination.

« Je suis confrontée régulièrement aux difficultés d'hébergements des personne bénéficiaires dans ma profession. Le constat du manque de place d'hébergement m'a poussée à inventer ce projet d'hébergement proche de la nature. De par mon activité musicale j’ai souvent été invitée à des concerts à destination de publics SDF qui m'ont interpellée, une fois de plus, sur l'urgence et la nécessité de trouver des solutions pour ces personnes. J'aimerais apporter dans cette structure mes compétences en tant que travailleuse sociale mais aussi en tant que musicienne pour proposer un accompagnement global. J'ai de l'expérience en matière d'organisation collective, partenariats et réseau. »

 

Elsa Maillot, diplôme de stylisme-infographisme en poche, s’est finalement orientée vers l’entreprenariat ; le monde de la mode étant trop éloigné de ses valeurs de partage et de bienveillance. Elle s’est intéressée au milieu de l’animation auprès de différents publics : enfants, adultes, familles, milieu rural, quartiers politique de ville et immigrés. En parallèle, elle a été gérante d’un bar à spectacles en milieu rural, et a été confrontée à des personnes aux parcours divers intégrant de nombreuses problématiques (précarité, addictions, chômage, sans logement, troubles psychologiques). Aujourd’hui, elle intervient dans des associations, autour de sujets qui lui sont chers : développement durable, gestion de déchets, économie d’énergie, santé, environnement, bien-être animal, etc.

« J’ai l’envie de venir en aide aux personnes en difficulté, et essayer, avec elles, de trouver des solutions qui leur soient adaptées, avec leur sensibilité, leurs compétences et qu’elles puissent retrouver un sens à leur vie personnelle et professionnelle, tout en respectant notre environnement. »

 

Virginie Albanese, est diplômée en esthétique-cosmétique, et a travaillé dans la vente. De par sa passion par la cuisine elle s’est orientée dans ce domaine et a obtenu des postes de responsable gérante d’un restaurant d’entreprise, responsable serveuse et a co-créé un restaurant associatif. Auteure-compositrice-interprète et multi-instrumentiste, elle s’est professionnalisée dans la musique et exerce en tant qu’animatrice d’éveils musicaux depuis 2018 auprès du jeune public.

« Je souhaite mettre mes talents d’animatrice et de cuisinière au service de l’association afin qu’au fur-et-à-mesure les résidents apprennent à cuisiner à partir de produits frais et apprennent à conserver les récoltes de la ferme. J’aimerais également proposer des ateliers culturels divers afin de faire un lien entre la Ferme des Lilas et les habitants du territoire. Ayant déjà géré des équipes, j’espère permettre à chacun de trouver sa place au sein de la structure. »

 

Cela fait plusieurs années que nous travaillons ensemble dans le milieu associatif, sur des projets et des événements culturels et de sensibilisation au développement durable pour tout public.

 

Fin 2019, nous avons partagé l’idée et l’envie de créer un lieu où nous pourrions venir en aide aux personnes en grande précarité, sans domicile fixe, afin qu’elles retrouvent dignité, espoir et surtout l’accès à un toit et à des conditions de vie décente. Nous avons tout de suite imaginé un lieu de vie alternatif et original, où l’on pourrait allier la culture, la nature et toutes nos compétences acquises, en impliquant et intégrant les personnes accueillies.

 

Le projet associatif nous a paru être une évidence…

Le projet de la Ferme des Lilas est né !

Aucune actualité pour le moment
Aucun don pour le moment

0 € Collectés

Dons
Abondement LPP
0 %
0 card-project-nbContributors

Donateurs

Restants

0 €

Objectif financier

Don avec reçu fiscal.

Partager le projet :


lock

Tous nos paiements sont sécurisés par Le Crédit Agricole.

Crédit Agricole des savoie

Ces projets devraient également vous intéresser …

lanouvellepenicheducoeur-61aa79f543f94.jpeg

La Péniche du Coeur

Aide à l'aménagement de la nouvelle Péniche du Coeur

75  nbContributors
Donateurs
10 874 €
Collectés
19 J
Restants
91%
SNL75-projet-2-familles-en-difficultes

Solidarités Nouvelles pour le Logement

Aidez-nous à loger deux familles en difficulté à Paris

68  nbContributors
Donateurs
17 752 €
Collectés
26 J
Restants
89%
salledaccueil-61983a9a36893.jpeg

La Case Départ

La Case Départ: des logements pour personnes sans abri

20  nbContributors
Donateurs
10 860 €
Collectés
54 J
Restants
54%