returnLink-chevron Retour

De la rue au logement à Metz

thematic-2.png Lutter contre la grande exclusion

Quel est notre projet ?

10 personnes sans domicile vont accèder à un logement à partir du mois de juillet après une longue période d’errance. Cela est rendu possible grâce au dispositif "D’Abord Toit", élaboré par l’AIEM (Association d'Information et d'Entraide Mosellane) à Metz.

Retrouver un logement stable après des années d’errance est un parcours complexe pour les personnes en situation de grande précarité. L’AIEM accompagne les personnes en difficultés dans leur retour à l’autonomie depuis plus de 50 ans.

Le projet "D’Abord Toit" est la mise en oeuvre du logement d’abord à Metz. C’est la possibilité pour 10 personnes vivant à la rue depuis plusieurs années d’accéder à un « chez-soi » directement et sans prérequis d’insertion sociale et professionnelle. C’est une promesse de renouveau pour des personnes malmenées par la vie, devenues parfois invisibles. Aujourd'hui, elles se retrouvent au centre des décisions et accèdent à la stabilité dont elles ont besoin pour s’en sortir : avoir un TOIT. Nous avons besoin d'un coup de pouce pour aider ces personnes à meubler leurs logements dignement, selon leurs envies, avec un budget déterminé où nous avons pris en considération le prix de base du mobilier de première nécéssité. L'objectif est de leur permettre de s'installer dans les meilleures conditions possibles. (Voir le budget détaillé)

À quoi va servir l’argent collecté ?

En France il y a près de 4 millions de personnes mal logées en 2019 dont 143 000 sans domicile (sans abri, en habitation de fortune, en hébergement collectif, à l’hôtel, hébergées dans un logement associatif etc).

Actuellement, la solution proposée aux personnes en situation de grande précarité est de les accueillir en centres d’hébergement d’urgence, puis en logement de transition et enfin dans un logement autonome. Tout au long de ce processus elles vont petit à petit gagner en autonomie jusqu’à pouvoir accéder aux étapes supérieures. Cette solution convient aux personnes ayant un grand besoin d’accompagnement mais ce parcours peut s’avérer trop fastidieux pour d’autres qui décrochent avant d’avoir atteint le but ultime, le logement autonome. C’est le constat qu’a fait un chercheur aux Etats-Unis dans les années 1990, il a alors proposé le principe du « Housing First » c’est-à-dire du logement d’abord, qui a par la suite été repris dans plusieurs pays européens avec un grand taux de réussite. Il propose aux grands précaires un logement autonome individuel dès le début de leur accompagnement et sans prérequis. La personne accompagnée est au centre des décisions avec une grande liberté de choix en ce qui concerne le voisinage, les meubles, le suivi médical ou non, la fréquence d'accompagnement, etc.

L’AIEM a choisi de développer ce programme avec la mise en place du dispositif D'Abord Toit, en utilisant quelques principes clés : le principe de pair-aidance, l’aller-vers, l’adaptabilité, la flexibilité et la pluridisciplinarité. Concrètement l'équipe va accompagner 10 personnes à la rue, qui auront été repérées par l'équipe mobile ou les accueils de jour de Metz, afin d'accéder à un logement. Elle est composée d’un chef de service, de 3 intervenants sociaux, d’un infirmier spécialisé en addictologie, de 2 accompagnateurs pairs, d’une psychologue avec le soutien des autres entités messines telles que l’équipe mobile, etc.

Nous faisons appel à votre aide pour pouvoir aider les bénéficiaires du projet D'Abord Toit à financer l'achat de mobilier de première nécessité pour l'aménagement de leur logement selon leurs goûts :

 

Mobilier de première nécessité 

 

C’est là que nous avons besoin de vous !

Apportez votre petite pierre pour ce beau projet solidaire !

Qui sommes-nous ?

Depuis 1962 l’AIEM (Association d’Information et d’Entraide Mosellane) œuvre sur la réinsertion sociale pour tous.

Elle est composée de 3 pôles et d’un siège social qui nous permettent de guider au mieux nos usagers selon leurs différents types de besoins : l’urgence, l’hébergement/logement, l’accompagnement social et l’accueil.

Notre but est d’accompagner nos usagers (se retrouvant en grandes difficultés financières et/ou sociales), jusqu’à leur retour total à l’autonomie. Nous proposons à chaque personne que nous suivons un accompagnement social global qui prend en compte les problèmes de santé, de vie quotidienne, d’insertion sociale/professionnelle, de parentalité, etc.

En ce qui concerne l’hébergement, l’AIEM souhaite y répondre de manière inconditionnelle, en proposant des hébergements d’urgence, de réinsertion et des logements accompagnés pour permettre aux personnes qui s’adressent à elle d’avoir un toit, d’être à l’abri. Elle gère 665 places d’hébergement et 60 logements accompagnés, héberge ou loge chaque nuit 750 personnes.

Forte  de ses 50 ans d’expérience sur le réseau messin et dans ses alentours, l'AIEM bénéficie d’une reconnaissance. Cela lui permet de travailler en coordination avec de nombreux organismes et financeurs, commes les services de l’Etat, les communes, les travailleurs sociaux du Conseil Départemental, les Centres Communaux d’Action Sociale, entre autres. Ce réseau permet de créer une complémentarité dans l’action contre l’exclusion où ces organismes travaillent ensemble, dans la même direction : l'intéret des personnes accueillies.

 

 

Pour plus d'informations n'hésitez pas à consulter notre site web ou a nous contacter par mail à l'adresse : dabordtoit@association-aiem.fr

Quels ont été vos parcours respectifs jusqu’à maintenant ?

Caroline Causse : Diplômée Educatrice spécialisée en 2012, j'ai commencé à travailler au sein de l'AIEM sur le centre d'hébergement pour femmes victimes de violences conjugales. Ensuite je suis intervenue sur le dispositif d'Accompagnement Social Lié au Logement afin de soutenir les locataires accédant pour la 1ère fois au logement ou à se maintenir au sein de leurs logements.  En 2014, j'ai intégré un dispositif accueillant des femmes en grandes marginalités au sein des lits halte soins santé et sur des places d'urgence. Au cours de cette expérience,  j'ai accompagné l'Equipe Mobile lors de maraude, expérience m’ayant permise de me familiariser avec les notions de "bas seuil d'exigence" et de "non-abandon" (support à l'accompagnement du public). En 2015, je suis devenue hôte intervenante sociale en Pension de famille, toujours à l’AIEM, à destination de public issue de la précarité, de l’isolement et présentant pour certains des troubles psychiques. J'ai accompagné les résidents autour des notions comme le savoir habiter, le vivre ensemble et la citoyenneté.  Fin 2016 j'ai fait le choix de partager mon temps de travail avec un autre dispositif, à savoir la résidence accueil Maison Gauguin. Cette résidence permet à des personnes présentant une maladie psychique de pouvoir habiter un logement à l'extérieur de l'hôpital. Un tel projet est rendu possible grâce au travail en partenariat au quotidien avec le Centre Hospitalier Psychiatrique, le service d’auxiliaires de Vie et la présence de travailleurs sociaux. Depuis fin 2018 je me suis portée volontaire pour participer à l'élaboration du projet D'abord Toit. Depuis la validation de cette expérimentation je suis intervenante sociale sur ce dispositif, aux côtés d’autres travailleurs sociaux, d’une psychologue, d’accompagnateurs pairs, d’un infirmier en addictologie, entre autres.

Dominique Béron : Après un parcours professionnel bien rempli, et ce dans de multiples domaines d’activités et bien loin des métiers du social, c’est en 2011 que j’ai eu l’occasion de voir le travail que pouvait effectuer un éducateur spécialisé. Ce fut un déclic pour moi, et l’année suivante, je me retrouvais sur les bancs de l’IRTS de Metz. A cette époque, j’avais l’âge d’être le père de mes copains de classe.
Une fois diplômé, j’ai pu travailler auprès de différents profils d’usagers, et côtoyer moult problématiques.
Les bénéficiaires du travail social que j’ai pu accompagner, évoluaient dans divers champs du social tels que :
Le handicap mental, la demande d’asile, l’accompagnement de personnes sous-main de justice dans le cadre d’un aménagement de peine avec un placement à l’extérieur, l’hébergement d’urgence et l’accueil de jour.

Pourquoi est-ce que vous avez choisi de travailler pour l’AIEM ?

Caroline : Lors de ma formation d'éducatrice spécialisée j'ai réalisé plusieurs stages, notamment en psychiatrie et au sein d'un dispositif d'hébergement d'urgence. Ces deux stages m'ont permis de découvrir et d’accompagner un public pour lequel j'avais beaucoup d'appréhensions ou certaines représentations. Je garde un souvenir exceptionnel de l'accompagnement d'un homme grandement marginalisé (ayant des consommations importantes, une pathologie non suivie en centre médical, entre autres). De prime abord, il aurait été facile de penser qu’il n'y avait plus rien à faire avec lui  (il dormait devant la structure sur le trottoir, s'alcoolisait, parlait tout seul). Je me suis proposée afin de voir quel accompagnement nous pourrions mettre en place. Il a été question pour moi d’adapter un accompagnement dit de proximité, en valorisant ses capacités mais aussi en l'aidant à réaliser ses démarches, à retrouver confiance en lui, lui permettant de retrouver une certaine dignité. Ce monsieur a fini par réussir à se réinsérer en allant chez le coiffeur, s'acheter des habits, manger au restaurant et en entamant des démarches de recherche de logement.
Depuis l’obtention du diplôme d’éducateur spécialisé, je suis fière de travailler au sein de l'AIEM, association qui accompagne les personnes en situation d'exclusion. Les valeurs de l'association sont les miennes.

Dominique : Au cours de mes études à l’IRTS, j’ai eu l’opportunité de travailler quelques heures / semaines pour l’AIEM dans le service Pôle asile. J’y ai découvert un savoir-faire, une façon de travailler qui me correspondait en tous points. Une fois mon diplôme en poche, il était naturel pour moi de postuler à l’AIEM.

Et pourquoi travailler sur le dispositif D'Abord Toit ?

Caroline : Lors de mes expériences professionnelles j'ai toujours attaché une importance à rendre actrice les personnes accompagnées.  Il s’agit bien de valoriser l’autre, reconnaître ses capacités, l'aider à réaliser ses démarches et ses projets, tout en respectant ses choix, ses priorités, sa temporalité, avec bienveillance et empathie. Le plus important pour moi c'est de les aider à retrouver confiance en eux, malgré des parcours de vie compliqués/chaotiques au cours desquels ils se sont sentis exclus. Les résultats peuvent être incroyables : ces personnes réussissent à avancer, à vivre. Sur le dispositif du logement d'abord je souhaite aider les personnes très marginalisées à passer du "Vivre à Exister". En les rencontrant dans leur logement, en leur proposant un accompagnement de proximité, souple, nous pouvons les accompagner à retrouver une véritable place dans  la société.

Dominique : C’est dans le cadre d’une journée organisée par l’AIEM, que j’ai pu découvrir le HOUSING FIRST venu des Etats Unis. Ce nouveau concept en France, avec ses pratiques professionnelles atypiques par rapport à notre façon de travailler actuelle, m’a tout de suite séduit. Alors, quand l’AIEM s’est positionnée dans le projet logement d’abord, j’ai tout de suite postulé afin de pouvoir intégrer cette nouvelle aventure.

18/07/2019

Témoignage de Laurent accompagnateur pair

Être accompagnateur pair, être au plus près des bénéficiaires

Un accompagnateur pair est une personne ayant connu la précarité et la rue mais capable d’avoir suffisamment de recul pour faire profiter de son expérience et ainsi faire émerger les similitudes et stimuler la projection du bénéficiaire. Elle incarne une figure de réussite et un champ des possibles pour les bénéficiaires. Nous avons 2 accompagnateurs pairs au sein de notre dispositif et nous avons demandé à Laurent ce que ça représentait pour lui d’en faire partie.

-          Qu’est-ce qui te donne envie de travailler sur le dispositif D’Abord Toit ?

J’ai connu l’errance sur une longue période j’ai été bénévole pendant 7 ans au Secours Catholique et j’étais très polyvalent. L’équipe mobile m’a parlé du poste d’accompagnateur pair, puis la directrice du Secours Catholique aussi. C’est un projet qui me tient à cœur, c’est la possibilité d’aider des personnes que je connais, c’est un projet magnifique.

-          Qu’est-ce que tu penses pouvoir apporter de différent en comparaison à tes collègues intervenants sociaux ?

J’ai une approche différente avec les gens de la rue, eux pourront m’apprendre ce que je ne sais pas et moi je pourrai leur apprendre ce qu’ils ne savent pas sur la rue.

-          Qu’est-ce que ce dispositif va pouvoir changer pour toi et pour les autres ?

Ce projet va me permettre de changer dans ma vie, de grandir, d’évoluer comme je l’ai toujours dit. C’est un moyen pour ne pas me retrouver au point 0, sans boulot, sans rien.

Ça me donne envie de pleins de choses, c’est un milieu que je connais bien mais j’ai pas de diplôme ni rien, j’ai appris sur le tas et là ça va me permettre d’apprendre d’autres choses et j’aimerai rester dans le domaine après.

-          Et du coup qu’est-ce que tu souhaites aux personnes qui vont intégrer le dispositif ?

Que du bonheur !


Aucun don pour le moment
Causse Caroline

Causse Caroline

De l'association Association d'Information et d'Entraide Mosellane

210 € Collectés

Ce projet n'a pas abouti

0 card-project-nbContributors

Donateurs

0 J

Restants

10 650 €

Objectif financier

Don avec reçu fiscal.

Partager le projet :


lock

Tous nos paiements sont sécurisés par Le Crédit Agricole.

Crédit Agricole des savoie

Ces projets devraient également vous intéresser …

lanouvellepenicheducoeur-61aa79f543f94.jpeg

La Péniche du Coeur

Aide à l'aménagement de la nouvelle Péniche du Coeur

76  nbContributors
Donateurs
11 174 €
Collectés
17 J
Restants
93%
SNL75-projet-2-familles-en-difficultes

Solidarités Nouvelles pour le Logement

Aidez-nous à loger deux familles en difficulté à Paris

72  nbContributors
Donateurs
18 022 €
Collectés
24 J
Restants
90%
salledaccueil-61983a9a36893.jpeg

La Case Départ

La Case Départ: des logements pour personnes sans abri

20  nbContributors
Donateurs
10 860 €
Collectés
53 J
Restants
54%