returnLink-chevron Retour

Convivialité et renouveau à la Chardonnière

Quel est notre projet ?

De nouvelles tables et chaises pour le réfectoire de la Chardonnière est le nouveau projet social de l'association Notre-Dame des Sans-Abri. Une résidence située à Francheville, soit excentrée à environ 15 kilomètres de Lyon, qui repose sur une notion de  « passage » entre l’urgence et la réinsertion sociale. Un véritable tremplin entre la rue et l’habitat pérennisé pour aider et encourager ces personnes en détresse. 

L'objetif ? Accueillir entre 80 et 100 personnes isolées issues de la rue dans un espace convivial. Les petites pierres ont décidé de les aider à remettre à neuf le refectoire pour profiter d'un moment chaleureux autour d'un repas.

À quoi va servir l’argent collecté ?

De nouvelles tables et chaises pour le réfectoire de la Chardonnière est le nouveau projet social de l'association Notre-Dame des Sans-Abri. Une résidence située à Francheville, soit excentrée à environ 15 kilomètres de Lyon, qui repose sur une notion de  « passage » entre l’urgence et la réinsertion sociale. Un véritable tremplin entre la rue et l’habitat pérennisé pour aider et encourager ces personnes en détresse. L'objetif ? Accueillir entre 80 et 100 personnes isolées issues de la rue dans un espace convivial.

Les petites pierres ont décidé de les aider à remettre à neuf le refectoire pour profiter d'un moment chaleureux autour d'un repas.

3 290 euros pour des tables rondes et des chaises

Le réfectoire de la Chardonnière est composé de tables de récupération qui sont disposées en longueur et qui ne sont pas propice à la discussion.  Obtenir donc une dizaine de table ronde et une soixantaine de chaise permettra d’apporter un sentiment de convivialité, de confidence et de partage. Les repas sont la plupart du temps des moments « clé » dans une relation et cela permet de créer du lien. Lors d’une récente animation où il y avait les tables rondes, les résidents n’ont pas cessé de dire à quel point ils ont apprécié de pouvoir échanger facilement et de pouvoir tous se voir. Ce projet apportera à ce cadre gaité, bonheur et bonne humeur.

Une réelle reprise en main

Alors que des hommes, des femmes et des enfants vivent et dorment sous des ponts ou dans des endroits insalubres, cet ancien monastère racheté en 2008 offre énormément de sérénité à ces sans-abris. Effectivement dans ce cadre de convivialité et de soutien, ils pourront enfin réapprendre à vivre ensemble en harmonie dans un véritable espace qui leur seront dédiés, s’apprivoiser le lieu mais surtout eux-mêmes, ou encore être en mesure de pouvoir se reconstruire aussi bien personnellement que socialement. Ces réfugiés auront droit à des conditions de vie paisibles, finalement, le début de la nouvelle histoire de leur vie.

Réinsertion quotidienne

Dans cette requête de réhabilitation, les résidents bâtiront leurs fondations humainement parlant.

De manière générale, sur un contrat de six mois à un an, ils bénéficieront d’un lieu de vie avec leur propre clef et payeront un loyer. Le principal objectif est de reprendre un rythme à savoir déjeuner,  prendre soin d’eux, se remettre à flot au niveau administratif et surtout se laver. Comme l’a souligné Camille, l’ambassadrice de ce projet « Si vous ne leur dites pas d’aller se laver, ils n’y pensent pas ». Il faut donc leur apprendre à intégrer de nouvelles initiatives. Chacun d’eux auront une responsabilité en fonction de leur capacité, par exemple jardiner, préparer à manger, s’occuper des tâches ménagères. Simplement vivre comme tout le monde.

Un cocon sain et favorable

Afin que ce projet soit mené à bien,  les résidents disposeront de plusieurs équipes différentes qui les accompagneront à plein temps. Une équipe sociale pour leur apprendre à vivre en société et se manager au mieux, une équipe médicale pour les soigner en cas de besoin, une équipe de vie quotidienne qui  prend en charge tout ce qui est gestion des repas, du nettoyage, et une équipe d’animation pour organiser des sorties, même des anniversaires pour leur plus grand plaisir. Bien entendu la direction sera présente pour administrer l’ensemble de ces équipes, et cela dans une optique d’un travail en équipe consciencieux et propice.

Qui sommes-nous ?

Créé par Gabriel Rosset, un professeur de français laïc, le premier centre d’accueil Notre-Dame des Sans-Abris a ouvert ses portes le 24 décembre 1950. Depuis, l’association n’a eu de cesse de développer son action autour de quatre mots d’ordre : Accueillir, Héberger, Accompagner et Insérer.

Un lieu harmonieux et approprié

A l’origine le Foyer était ce qu’on appelait alors un « asile de nuit » pour les hommes. Il s’est progressivement ouvert aux familles et a eu pour ambition de mettre fin aux bidonvilles alors nombreux dans la région lyonnaise en construisant des logements en bois puis de véritables logements sociaux. Le Foyer n’a jamais cessé de développer ses activités pour répondre tout au long des années aux diverses problématiques qui ont pu émerger de la société et apporter une aide et un soutien toujours plus efficace à ceux qu’ils appellent non pas des bénéficiaires ou des hébergés mais des « passagers ».

Le Foyer Notre-Dame des Sans-Abris est aujourd’hui en charge du 115 pour la région Lyonnaise. Le « 115 » assure une mission d’accueil, d’écoute, d’information, d’évaluation et d’orientation, notamment vers l’hébergement. Il reçoit chaque année plus de 270 000 appels et distribue près de 140 000 places d’hébergement d’urgence.

L’hébergement d’urgence

Le Foyer propose un accueil inconditionnel, autrement dit un accueil qui permet d’héberger, d’accompagner, d’insérer, les plus démunis, isolés et familles se trouvant dans une situation d’exclusion.

Objet social et activités de l’organisme

50000 personnes en hébergement d’urgence pour chaque année.
15000 bénévoles
300 salariés dont 150 en insertion.

Accueillir, héberger, accompagner, insérer, les plus démunis, isolés et familles se trouvant dans une situation d’exclusion.

Promouvoir, insérer cette population en développant des actions d’insertion.

Plus généralement, s’intéresser aux personnes les plus déshéritées et, en particulier, celles qui n’ont ni domicile, ni travail, ni ressources et qui sont les plus éloignées de leurs droits communs.

 

  • 3 rue Père Chevrier 
  • 69 361 Lyon cedex 07
  • Tél : 04 72 76 73 53
  • Site internet : www.fndsa.org

Ayant pour formation assistante sociale, Camille a déjà fait un petit bout de chemin à aider les personnes en situation de précarité. En effet elle raconte : « Je travaille avec le public de la rue depuis 14 ans ». Elle travaille en tant que Responsable adjointe des Accueils de Jour du Foyer Notre Dame des Sans-abri à la Chardonnière depuis 3 ans maintenant et une grande partie de sa fonction consiste à organiser le "vivre ensemble".

 

Le ressentie d’une ambassadrice impliquée

 

Camille, cette femme battante, tient beaucoup à ce projet. Malgré ses nombreuses années à travailler parmi les résidents, elle nous livre « Je suis toujours frappée de revoir les mêmes personnes que j'ai connu à la rue: Ce ne sont plus les mêmes… Une fois logées, soignées, ces personnes évoluent vraiment. »
Les premiers temps, une question se pose sans cesse « Comment faire pour que 80 hommes de la rue vivent ensemble et surtout arrive à construire un quotidien ensemble ? De part leur fonctionnement, ils auraient tendance à voir cette maison comme un "hôtel" ». Au fur et à mesure du temps, ils comprennent qu’ils peuvent se risquer à la rencontre.

Elle pour ambition d’aider les résidents à passer des vrais moments de réminiscence à se connaître et à se rencontrer. De par ces nombreuses rencontres, ces temps de connaissance sont pour la plupart du temps en lien avec les repas ou du moins à la nourriture : ils épluchent les légumes, ils mettent la table, ils font la vaisselle et ils le font « ensemble ».
Régulièrement, ils organisent des repas fait maison en fonction des envies des résidents, comme par exemple « une recette de mon pays », ou « la véritable recette de ma mère ». Des propositions de repas qui apporte de nouvelles idées, mais surtout de l’harmonie gustative collective. Un véritable bonheur pour tous ! 

27/03/2017

Un regard simple et émouvant

Quand on est loin de ses racines, loin de sa famille, quel endroit mieux qu’une salle de repas pour permettre de renouer des liens de convivialité. Au réfectoire de  la Chardonnière, on vient pour parler, échanger, se raconter, se faire aider, bref soigner les maux de l’âme et du cœur dans un lieu qui se voudrait confortable et accueillant.

Il reste 3 260 euros et 17 jours pour faire de ce lieu, un lieu de gaité et de bonne humeur.

A vos dons ! 


Aucun don pour le moment
Bouvier Camille

Bouvier Camille

De l'association FOYER NOTRE DAME DES SANS-ABRI

0 € Collectés

Ce projet n'a pas abouti

0 card-project-nbContributors

Donateurs

0 J

Restants

3 290 €

Objectif financier

Don avec reçu fiscal.

Partager le projet :


lock

Tous nos paiements sont sécurisés par Le Crédit Agricole.

Crédit Agricole des savoie

Ces projets devraient également vous intéresser …

telechargement-61ae48309d042.jpeg

OEUVRE FALRET

Un toit pour des personnes en souffrance psychique

28  nbContributors
Donateurs
5 332 €
Collectés
12 J
Restants
59%
Arche de la Vallée (2).jpeg

L'Arche de La Vallée

Finir les peintures du foyer d'adultes handicapés (26)

43  nbContributors
Donateurs
14 990 €
Collectés
14 J
Restants
75%
lanouvellepenicheducoeur-61aa79f543f94.jpeg

La Péniche du Coeur

Aide à l'aménagement de la nouvelle Péniche du Coeur

75  nbContributors
Donateurs
10 874 €
Collectés
17 J
Restants
91%