returnLink-chevron Retour

Aidons les SDF avec le Samusocial de Paris

Quel est notre projet ?

Un nouveau centre d’hébergement verra le jour d'ici fin 2016 à Popincourt dans le XIème arrondissement de Paris. 55 personnes isolées sans-abri pourront y être accueillies. Après un premier projet sur Les Petites Pierres pour aménager les parties communes du centre, le Samusocial de Paris revient sur Les Petites Pierres avec un deuxième projet pour aménager 22 chambres du futur centre d’hébergement (voir budget). Aidons le Samusocial à réunir les fonds pour sauver de la rue des personnes désocialisées, pour les héberger et favoriser leur parcours de resocialisation.

À quoi va servir l’argent collecté ?

Héberger et accompagner les personnes isolées au centre Popincourt

Offrir en urgence un hébergement de qualité à toute personne majeure acceptant la mise à l’abri : telle est la mission du Samusocial de Paris. L’hébergement d’urgence consiste à proposer à toute personne sans domicile, un accueil, un lit, un repas, la possibilité de se laver et de rencontrer un médecin ou un travailleur social. Le centre d’hébergement Popincourt aidera ces personnes à sortir du stade ultime de la marginalité qui conduit à devoir dormir dans la rue. Ce nouveau centre leur permettra de mieux vivre et de faire toutes les démarches nécessaires pour sortir de la rue. Les personnes hébergées bénéficieront au sein de la structure d’un accompagnement social et médical, individualisé et continu, leur permettant de se poser, de se ressourcer et de reconstruire un projet d’insertion.

Orienter les personnes sans-abris vers une dynamique de stabilisation

Le lieu et son aménagement seront conçus pour venir appuyer la dynamique de stabilisation proposée aux personnes sans-abri. Grâce à une durée de séjour plus longue et à l’encadrement des équipes professionnelles, les personnes hébergées peuvent trouver le temps et le repos nécessaire pour se reconstruire, construire un projet de vie et gagner en autonomie. Pour parvenir à insuffler cette dynamique de resocialisation, une prise en charge adaptée et individualisée est nécessaire. Ce nouveau centre d’hébergement va permettre aux hébergés de vivre dans des conditions de vie décentes et de développer une dynamique de stabilisation. Cette dynamique de stabilisation est le premier pas vers une ré-insertion des personnes sans-abri qui seront hébergés.

Bruno, hébergé au CHU Romain Rolland, 1er dispositif d’un nouveau type au Samusocial de Paris qui permet d’accueillir à la fois des personnes en stabilisation et en urgence, témoigne des bénéfices d’un hébergement en stabilisation : « Ici, c’est bien, t’as l’impression d’être considéré comme quelqu’un de normal. Ce matin, je suis sorti chercher du travail, j’étais bien. »

Un centre d’hébergement pour se resocialiser et se réinsérer

La configuration du centre de 55 places prévoit 49 places pour hommes et 6 places pour des couples, implantées sur les 5 niveaux du bâtiment, sous la forme de chambres simples et de chambres doubles (pour les couples). L’aménagement des espaces de vie individuels est essentiel pour accueillir avec respect et dignité les personnes prises en charge, mais participe également à la reconstruction personnelle de chaque individu accueilli. Avoir son lit, son armoire individuelle, un endroit personnel à soi et personnalisé sont des facteurs essentiels pour permettre aux personnes sans-abri de se reconstruire. Le confort et l’intimité des personnes hébergées les mettent dans de bonnes conditions pour envisager la reconstruction d’un projet de vie. Avoir un espace de vie individuel, qui n’appartient qu’à soi pendant toute la durée de son séjour, permet de se restituer en tant qu’individu, avec des besoins, des envies mais c’est aussi une étape essentielle pour se sentir bien et entamer un travail de resocialisation et de réinsertion.

 Découvrez le parcours d'un sans-abri jusque son accueil et sa vie dans un centre d'hébergement du Samusocial en vidéo :

Un petit geste peut aider! Vous aussi, apportez votre petite pierre pour aider des personnes sans domicile à sortir de la rue!

 

Qui sommes-nous ?

Le Samusocial est une approche professionnelle de lutte contre la grande exclusion. Elle vise à apporter de jour comme de nuit, une assistance aux personnes sans domicile fixe et à rechercher la réponse la plus adaptée au besoin qu’elles expriment. La méthode consiste à aller vers les personnes, à rechercher des solutions d’hébergement d’urgence et à favoriser la sortie d’urgence en lien avec les partenaires de l’insertion. Elle laisse toutefois les personnes libres de leurs décisions. Inaugurée par le Samusocial de Paris, cette approche a été reprise dans toute la France, et a aussi participé à la naissance du Samusocial International, une organisation non gouvernementale qui déploie aujourd’hui ses activités dans le monde entier.

 

Historique

Alors que le nombre de sans-abris ne cesse de croître depuis les années 1980, les centres d’hébergements d’urgence continuent de faire défaut à Paris. C’est alors que Xavier Emmanuelli, médecin au centre d'accueil pour sans-abris de Nanterre, propose à Jacques Chirac, alors maire de Paris, de créer un dispositif d'urgence sociale. Dans la nuit du 22 au 23 novembre 1993, les cinq premières équipes mobiles d'aide prennent le départ pour parcourir les rues de Paris à la rencontre des personnes en situation de détresse physique et sociale.

Dès décembre, pour répondre aux besoins de soins des personnes rencontrées dans la rue, le Samusocial crée le premier des centres d’hébergement d’urgence avec soins infirmiers, qui deviendront en juin 2006, les lits halte soins santé (LHSS).

Le GIP Samusocial de Paris sera créé l’année suivante, avec un statut ouvrant la possibilité à tous les acteurs publics et privés de mettre en commun les moyens de lutter contre les exclusions. Le Samusocial de Paris s’installe alors à l’Hospice St Michel.

Le Samusocial de Paris se verra confier l’hiver suivant la gestion pour Paris du numéro vert pour les sans-abri, qui deviendra en septembre 1997 le 115 : numéro d’urgence national et gratuit. Le Samusocial de Paris ouvre également en 1997 un accueil de jour situé dans ses locaux du XIIème arrondissement parisien : l’Espace Solidarité Insertion (ESI) dont la vocation est d’offrir un lieu ressources aux personnes sans-abri.

L’Etat et la ville de Paris confieront au fil des années d’autres missions de lutte contre les exclusions au Samusocial de Paris : lutte contre la tuberculose chez les publics à la rue, réservation hôtelière pour répondre aux besoins des familles, coordination de l’hébergement d’urgence (SIAO)…

 

Écouter & orienter

Le Samusocial de Paris gère le 115 de Paris, numéro national gratuit dont la gestion est départementalisée. Disponible 7j/7 et 24h/24, le 115 apporte une réponse individualisée à la demande de chaque usager et recherche des solutions : orientation adaptée aux besoins, hébergement en fonction des places disponibles.

Coordonner et réguler

Les Services intégrés de l’accueil et de l’orientation (SIAO) ont été créés en 2010 afin d’améliorer la prise en charge des personnes sans abri ou mal logées. Ils sont aujourd’hui au cœur du service public de l’hébergement et de l’accès au logement et fonctionnent sur trois piliers : la continuité de la prise en charge des personnes, l’égalité face au service rendu et l’adaptabilité des prestations aux besoins.

Héberger & accompagner

L’hébergement d’urgence consiste à offrir à toute personne sans domicile un accueil, un lit, un repas, la possibilité de se laver, et de rencontrer un médecin et un travailleur social pour une orientation vers des structures adaptées. Les centres d’hébergement d’urgence (CHU) développent des relations avec les lieux d’accueil de jour, les établissements de santé, les services d’urgence psychiatrique, les structures d’hébergement du département et les structures d’accompagnement social.

Prendre en charge & soigner

Les personnes en grande précarité souffrent de pathologies multiples, à un état avancé. La plupart présentent des tableaux cliniques complexes, en lien avec leurs conditions d'hygiène et de vie, auxquels se greffent dans 100% des cas une souffrance psychique, et pour plus de la moitié un trouble de la personnalité. Face à la carence de diagnostics et de soins, proposer des structures médicalisées alternatives et des équipes soignantes mobiles est une nécessité.

Observer & analyser

Afin d’améliorer ses méthodes d’intervention et de prise en charge des personnes à la rue, le Samusocial de Paris s’appuie sur un Observatoire qui identifie et analyse les problématiques des personnes en grande précarité. L’Observatoire du Samusocial de Paris mène des études et recherches, et analyse les données des différents services pour produire des indicateurs d’activité, accroître la connaissance sur les publics et les modes de prises en charge, et accomplir son rôle de veille sociale et d’alerte auprès des pouvoirs publics.

 

- Pouvez-vous décrire votre parcours et qui vous êtes en quelques lignes?

A l'origine, je ne me destinais pas à une carrière dans le social. J'ai une formation initiale dans la restauration. En, 1994,  Suite à mon service civil au sein d'une communauté Emmaüs, travailler dans le champs social m'a semblé une évidence. Depuis, j'ai exercé mon métier dans plusieurs structures associatives et humanitaires. Comme animateur dans un premier temps, puis je me suis formé et j'ai occupé des postes à responsabilité. Depuis novembre 2010, je suis responsable d'un centre d'hébergement d'urgence au sein du Samusocial de Paris.


- Quelles ont été vos actions pour ce projet?

Depuis plusieurs mois, je travaille avec mes équipes de terrain sur les besoins du nouveau CHU. Nous réfléchissons aux installations nécessaires, à leur emplacement idéal, aux prestations que nous pouvons offrir aux futurs hébergés. Pour traduire notre volonté les différents services techniques du Samusocial de Paris sont associés à la réflexion et nous aide à traduire nos besoins dans la réalisation du bâtiment.


- Pourquoi est-il important pour vous de soutenir ce projet?

Le futur centre Popincourt va permettre à des hommes et des femmes de sortir de la rue et de retrouver des conditions de vie dignes. Il remplacera un centre installé dans des locaux provisoires, dégradés et non adaptés à notre activité. En plus des professionnels présents pour les aider à concrétiser leurs envies et dépasser leurs difficultés, ils seront accueillis dans un lieu réhabilité selon leurs besoins et agréable à vivre au quotidien. Ce centre sera une alternative concrète à la rue.


- En quoi le centre d'hébergement Popincourt sera diffèrent des autres centres d'hébergements existants?

Tout d‘abord, il offrira  des prestations  d'hébergement de qualité qui allient espaces privatifs (chambres individuelles) et communs. Les espaces privatifs permettront aux futurs hébergés de trouver la quiétude nécessaire pour se ressourcer. Les espaces communs leurs permettront d'éviter l'isolement et favoriseront les dynamiques de groupe nécessaire à leurs réinsertions. Ensuite, les équipes qui réfléchissent à ce projet depuis sa création s'efforcent d'adapter le lieu aux besoins des personnes accueillies et non d'adapter les prestations offertes aux bâtiments.


- Comment les futurs résidents seront orientés vers le centre Popincourt ? 

Dans un premier temps, les futurs hébergés seront ceux qui occupent le centre actuel qui fermera lorsque le centre Popincourt sera ouvert. Par la suite, nous accueillerons prioritairement les personnes situées à proximité du futur CHU. Les orientations  seront faites par les professionnels qui les connaissent via le SIAO (Services Intégrés d'Accueil et d'Orientation). Ainsi nous espérons attirer les personnes qui ne veulent pas quitter leur quartier, leur bout de trottoir et  ne pas les couper de leur environnement et de leurs relations.

 

27/03/2017

De Oscar Roty à Popincourt

Découvrez l'interview de Dominique Brivet, responsable d'un centre d'hébergement d'urgence au sein du Samusocial de Paris.

 

 

 

 


27/03/2017

S'approprier son lieu de vie pour se sentir mieux

Les personnes accueillies en stabilisation dans les centres d’hébergement doivent d’abord se reconstruire en tant que sujet avant d’être en mesure de se resocialiser. Avoir son espace personnel, son lit, son armoire, sa table de chevet sont autant d’éléments importants pour permettre à la personne hébergée de se poser et de commencer le travail de reconstruction. Participer à la décoration de son lieu de vie est un signe positif et encourageant de la réaffirmation de soi chez les personnes prises en charge au Samusocial de Paris.

 

Bruno, accueilli en stabilisation au centre Romain Rolland témoigne : « Ici c’est bien, t’as l’impression d’être considéré comme quelqu’un de normal. Ce matin je suis sorti chercher du travail, j’étais bien


Aucun don pour le moment
Brivet Dominique

Brivet Dominique

De l'association Samusocial de Paris

2 485 € Collectés

Ce projet n'a pas abouti

0 card-project-nbContributors

Donateurs

0 J

Restants

19 811 €

Objectif financier

Don avec reçu fiscal.

Partager le projet :


lock

Tous nos paiements sont sécurisés par Le Crédit Agricole.

Crédit Agricole des savoie

Ces projets devraient également vous intéresser …

telechargement-61ae48309d042.jpeg

OEUVRE FALRET

Un toit pour des personnes en souffrance psychique

28  nbContributors
Donateurs
5 332 €
Collectés
12 J
Restants
59%
Arche de la Vallée (2).jpeg

L'Arche de La Vallée

Finir les peintures du foyer d'adultes handicapés (26)

43  nbContributors
Donateurs
14 990 €
Collectés
14 J
Restants
75%
lanouvellepenicheducoeur-61aa79f543f94.jpeg

La Péniche du Coeur

Aide à l'aménagement de la nouvelle Péniche du Coeur

76  nbContributors
Donateurs
11 174 €
Collectés
17 J
Restants
93%