returnLink-chevron Retour

1 lieu sécurisé pour les enfants vulnérables Martinique

thematic-2.png Lutter contre la grande exclusion

Quel est notre projet ?

Le projet An ti-kay partaj a pour objectif la création et l'aménagement d'un espace d'apprentissage et de garde destiné aux enfants des bénéficiaires de l'association (femmes issues de la migration, victimes de violence, de traite et de prostitution).

L'espace permettra l'accès gratuit à des cours l'alphabétisation (français langue maternelle et seconde langue), au numérique (ordinateurs, tablettes, jeux et des applications à but pédagogique), le lancement d'activités d'éveil artistique (écriture créative, musique, arts plastique ...) et de soutien scolaire.

Des ateliers prévention et sensibilisation concernant la nutrition, ateliers de découverte des goûts (DME- diversification menée par l’enfant et des permanences santé pédiatrique seront également proposés.

Enfin un dispositif de garde pour les tout petits (0-3 ans) à des horaires adaptés, en fonction des cours de formation des mères et en soirée (11h-23h) seront accessibles et gratuits.

 

La question du mal-logement en Martinique 

Dans les Outre-mer, l’habitat insalubre concernerait près de 110.000 logements sur un parc total de près de 900.000 logements (soit 12%) "les habitants en Outre-mer sont particulièrement touchés par les défauts graves de confort (existence d’un vis-à-vis à moins de 10 mètres, problèmes d’étanchéité et d’isolation des murs, du toit ou du sol, infiltrations ou inondations…). En Martinique, l'insalubrité est multiforme: elle recouvre par exemple la surpopulation, la promiscuité, la présence d’animaux nuisibles (rats, cafards), l’humidité, les nuisances de l’environnement, les squats ... (Rapport Fondation Abbé Pierre 2022).

Nos bénéficiaires sont doublement touchées par ce fléau: mères célibataires, issues de la migration, résidentes dans le quartier QPV des Terres Sainville.  Leurs ressources, provenant partiellement du travail, mais aussi des prestations sociales, sont insuffisantes pour leur permettre d'accéder à un autre logement que dans le parc social, ces femmes et leurs enfants n'ont pas d'autre choix que de vivre dans des appartements vétustes et insalubres.
De plus, les effets de la mauvaise qualité du logement et de sa sur-occupation sur la santé mentale, l'anxiété, la dépression, l'agressivité ont été scientifiquement démontrés. Le mal-logement a aussi un impact majeur sur la santé physique en favorisant la propagation des maladies infectieuses. (Santé Publique France 2021). 

En lien avec le mal-logement, nos bénéficiaires sont confrontées également aux difficultés d'accès aux dispositifs de garde classiques et la difficile conciliation des horaires de formation, en particulier avec la garde des enfants en bas âge. 

Ce projet ce veut une réponse, au moins partielle, à cette double problématique,  dans la continuité des actions proposées par le MDN Martinique auprès des femmes victimes de prostitution et des leurs enfants dans le quartier des Terres Saiville. 

L'association, active sur le territoire depuis quatre ans, a constaté au fil du temps la nécessité d’élargir l’offre des services et d’accompagnement à la prise en charge d'un groupe spécifique que sont 15 femmes victimes de violences mères célibataires et leurs enfants (18) ayant constaté la grande difficulté à suivre les cours et à s'intégrer, n’ayant pas l’accès à des modes de garde classiques.

À quoi va servir l’argent collecté ?

La totalité de la somme collectée sera destinée au paiement du loyer pendant 1 an

WhatsApp Image 2021-05-12 at 15.56.26.jpeg

Après 13 mois de recherches - nous avons enfin trouvé un espace et surtout un propriétaire qui accepte nos bénéficiaires - fortement discriminées et stigmatisées. 

En effet, les femmes et jeunes filles que nous accompagnons  arrivent en Martinique illégalement (par le biais de réseaux mafieux) en passant par le Suriname (grâce aux accords au sein du CARICOM les ressortissantes de République Dominicaine et d’Haïti ne nécessitent pas de visa) – la Guyane française, certaines d’entre elles sont trafiquées et exploitées sexuellement dans le secteur minier, d’autres trafiquées et exploitées sexuellement en Martinique et en Guadeloupe.

Elles ont globalement un niveau de français très faible, une méconnaissance des dispositifs d’aides sociales et des droits et devoirs au sein de la République. De plus, elles sont souvent surendettées à cause des loyers très élevés, du loyer pour effectuer les passes et des différentes dettes qu’elles ont accumulées pour arriver et subsister en Martinique.

Comme partout ailleurs, il s’est organisé tout un système économique autour de ces femmes, contrôlées par « los tigres », les bad boys du quartier (assimilés à des proxénètes), ce sont eux qui exercent un contrôle sur les femmes. Toutes ont subi des violences familiales et pendant les étapes du voyage dans leur pays d’origine, de transit et de destination. Ces femmes subissent une forte stigmatisation, elles vivent presque cloisonnées au sein du quartier Terres Sainville (quartier défavorisé de la ville Fort de France) et de leurs communautés. Elles sont également exposées aux violences verbales et physiques et vivent, en général, dans un environnement d’insécurité permanente. 

WhatsApp Image 2021-05-12 at 15.56.26(2).jpeg

La migration et la précarité, isolent les mères qui sont souvent fragilisées dans leur lien à l’enfant, cet espace sécurisé et sécurisant permettra aux enfants aussi bien qu'à leurs mamans, d'avoir accès à des cours gratuits à des horaires adaptés (en même temps que les cours de FLE/FLI ou en soirée). L'espace est doté d'une médiathèque pour l'aide aux devoirs, 4 postes informatiques en libre accès, 2 salles de formations pour les activités musicales, d'éveil artistiques et de lecture, une nurserie, une cuisine équipée (pour les repas et les goûters), une salle de stockage pour la distributions des colis alimentaires, deux douches et un dortoir.

Le paiement des loyers pendant 1 an va permettre aux enfants et à leurs mamans de respirer, d’avoir une vie presque comme les autres, un lieu sécurisé pour apprendre, comprendre, grandir, un lieu propre et sain, pour ce faire nous avons besoin de vous, vos dons sont importants!

 

Qui sommes-nous ?

Logo MdN972 petit.png

  

Depuis 1971, le Mouvement du Nid – (aujourd’hui présent dans 33 départements français) rencontre et soutient chaque année 5000 personnes en situation de prostitution. 90% d’entre elles sont d’origine étrangères et victimes de réseaux de proxénétisme et de traite des êtres humains en provenance de Bulgarie, de Roumanie, du Nigeria, du Maghreb, de la Caraïbes, d’Amérique du Sud et de Chine.

Le Mouvement du Nid est une association reconnue d’utilité publique, association d’éducation populaire, implantée dans toute la France (DROM inclus) agissant sur les causes et les conséquences de la prostitution via 4 axes principaux:

  • Rencontre et accompagnement des personnes prostituées
  • Formation des acteurs sociaux
  • Éducation et prévention des jeunes
  • Plaidoyer et sensibilisation

 

Je suis Lavinia Ruscigni, militante et bénévole au Nid depuis 10 ans. J'ai déménagé en Martinique en 2016, dès mon arrivée et en voyant le nombre important des femmes issues de la migration, obligée par la pauvreté à vendre leurs corps sur les trottoirs du quartier des Terres Sainville, j'ai commencé un long travail de prévention et de sensibilisation dans un premier temps. Aujourd'hui après 5 ans, nous sommes en mesure de proposer un accompagnement ad hoc permettant à ces femmes de se construire une vie digne loin de la violence de la prostitution.