Un local pour la Table de Jeanne-Marie

Un local pour la Table de Jeanne-Marie

Ambassadeur : 
Isabelle Saillenfest

La Table de Jeanne-Marie offre à toute personne qui en a besoin, quels que soient son origine, sa situation ou ses revenus, la possibilité de prendre un repas chaud gratuit et de trouver un peu de réconfort chaque jour de l’année, y compris les jours fériés et le dimanche.

Ouverte dans l’urgence en plein hiver 2015-16 simplement avec des dons et des bénévoles, l’association la Table de Jeanne-Marie avait choisi de louer un des rares locaux disponibles à ce moment-là à Tours. Ce local se révèle aujourd’hui onéreux, inadapté et trop petit face à une demande croissante de personnes qui ne mangent pas à leur faim ou en situation de grande solitude. Il faut en trouver un autre rapidement et l’acquérir en fonds propres pour pouvoir pérenniser et consolider l’action humanitaire indispensable de la Table de Jeanne-Marie (voir budget détaillé).

 

Partager le projet :
PROJET RÉUSSI
Vos dons sont doublés
100%financés
146
18467 €
Collectés
Dont
5180 €
donnés par
Le Fonds de dotation Les Petites Pierres
Sur un objectif de
18467 €
» Voir les règles d'abondement du projet

Partenaire du projet : Le Fonds de dotation Les Petites Pierres

Pendant toute la durée du projet : votre don est doublé !

Ce projet est soutenu par Le Fonds de dotation Les Petites Pierres qui double chaque don effectué pour ce projet !

x

Ils ont fait un don

  • 40€
    Anonyme
    18/11/2016
  • 30€
    EMOND
    02/11/2016
  • A la discrétion du donateur
    Moissonnier
    15/10/2016
  • A la discrétion du donateur
    Pecresse Bauzon
    15/10/2016
  • 50€
    RENE
    03/11/2016
» Retrouvez tous les donateurs

Les dernières actus

Témoignage de Anne, bénévole à la Table de Jeanne-Marie

27 Mars 2017

« Lors d’un passage à la Table de Jeanne Marie, dont je suis voisine, j’ai vu des gens de tous horizons contents de pouvoir se restaurer au sens plein du terme ! Et très vite j’ai perçu leur besoin de communiquer… Et pas seulement entre eux mais avec des Français. Mais...problème !

 L’anglais n ‘est pas si couramment parlé, le russe, davantage pour bon nombre d’ entre eux. Mais cela ne permet pas de se débrouiller au quotidien en France… Alors, j’ai proposé de donner des « cours » de français !! Retraitée de l’Education Nationale et ex prof d’allemand ! Quoi de plus « facile » ?!

Le déroulement des « cours » est assez chaotique ! Ils ne peuvent pas toujours venir régulièrement, allant d’administrations en administrations (à pied la plupart du temps, ce qui est chronophage évidemment).

 Il y a autant de niveaux que d’ « élèves ». L ‘ hétérogénéité est à l’image des cultures on ne peut plus variées... Certains (ceux qui viennent des pays d’Afrique)  parlent un français correct mais la lecture et par conséquent l’écrit leur sont étrangers.

Je ne suis pas la seule à faire cela, mais il est évident qu’il faudrait dans certains cas un « prof » (ou pas prof) par « élève » !

 Ces « élèves » suivent des cours par ailleurs mais les cours « particuliers » leur apportent un plus. Et c’est toujours gratifiant, tant la motivation est grande !

 Les échanges avec eux sont très sympathiques, humainement et culturellement. Et malgré les différences des cultures caucasiennes aux cultures africaines  en passant par la nôtre… on se rend vite compte que nous pouvons, sans problèmes être très proches les uns des autres ! »

Anne

» Voir toutes les actus