Reconstruire pour vivre ensemble au pays

Reconstruire pour vivre ensemble au pays

Ambassadeur : 
David MORIN

La maison de retraite de Saint Chély d’Aubrac située au Nord de Rodez, a été créée en 1870 dans le but d’offrir « aux indigents » un lieu d’accueil et de soins. A cette époque, les personnes en très grande précarité accueillies recherchaient le gîte, le couvert et l’attention portée par les religieux. A partir des années soixante, la population accueillie évolue. Les structures dédiées aux personnes handicapées mentales ou relevant de services de psychiatrie étant inexistantes à l’époque, l’établissement devient très rapidement un lieu d’accueil pour des personnes qui ne savent où aller. Les patients atteints de pathologie psychiatrique et souvent sans familles sont adressés, par les médecins, à la maison de retraite de Saint Chély d’Aubrac. Après 1993, le bâtiment annexe s’impose comme un lieu dédié à l’accueil de ce public. Aujourd’hui, l’annexe est devenue un bâtiment très ancien et vétuste. Malgré tous les efforts possibles pour y remédier, l’annexe n’a de cesse de se détériorer. Il y a un nombre important de niveaux et faux niveaux dé- servis par des escaliers et des plans inclinés. Certaines chambres sont exiguës avec moins de 11 m² de surface. Les douches comportent des marches et donc ne sont pas accessibles aux personnes en fauteuil.


Aujourd’hui la maison de retraite de Saint Chély d’Aubrac accueille un grand nombre de personnes fragiles en situation d'exclusion ou de grande fragilité. L'établissement à une capacité de 65 lits. Si le bâtiment annexe accueille aujourd’hui des personnes en toute sécurité, il n’est plus possible, d’envisager accueillir, décemment, encore pendant plusieurs années, un public fragile, en ce lieu.


La maison de retraite de Saint Chély d’Aubrac fait appel à votre générosité pour financer la reconstruction de l’annexe : une unité d’accueil pour personnes âgées très dépendantes et présentant des troubles de type Alzeihmer (voir budget détaillé).

 

Partager le projet :
PROJET ABONDÉ
Vos dons sont doublés
31%financés
17
J-70
6092 €
Collectés
Dont
3046 €
donnés par
Le Fonds de dotation Les Petites Pierres
Sur un objectif de
19811 €
» Voir les règles d'abondement du projet

Partenaire du projet : Le Fonds de dotation Les Petites Pierres

Pendant toute la durée du projet : votre don est doublé !

Ce projet est soutenu par Le Fonds de dotation Les Petites Pierres qui double chaque don effectué pour ce projet !

x

Ils ont fait un don

  • 100€
    Philippe NEKROUF
    23/05/2017
  • A la discrétion du donateur
    Jean Marc Solignac
    20/05/2017
  • 150€
    Romain Dubrulle
    19/05/2017
  • 150€
    Christiane MARFIN
    19/05/2017
    Magnifique réalisation au service des habitants de St Chély et d'ailleurs.
  • 300€
    Christophe DEBAYEUX
    19/05/2017
» Retrouvez tous les donateurs

Les dernières actus

Comment les personnes souffrant d'exclusion sociale arrivent à la maison de retraite?

23 Mai 2017

A sa création en 1873, La Fondation « Maison de Retraite de St Chély d’Aubrac » a pour vocation principale l’accueil ce que l’on appelait alors les « indigents ». Pauvres, déshérités et personnes sans famille du canton étaient hébergés et soignées par les sœurs. Dans les années 60, la maison de retraite voit arriver une nouvelle population. A cette époque les institutions d’accueil pour personnes handicapées ou présentant des pathologies psychiatriques sont quasi inexistantes. Fidèle à ses valeurs, la Fondation va faire de cet accueil une particularité reconnue dans tout le département. Des liens étroits vont alors se tisser avec l’Hôpital Sainte Marie de Rodez spécialisé dans le traitement des troubles mentaux.

Dans les années 90 alors que l’on assiste à l’explosion des maisons de retraite privées lucratives, certains établissements pratiquent une politique de sélection, refusant généralement ces personnes au profil et au parcours atypique. Au début des années 2000, la dernière religieuse quitte la maison de retraite, mais le  la Conseil d’Administration de la Fondation reste fidèle à ses valeurs et va réaffirmer haut et fort que notre maison à vocation à accueillir tout le monde sans distinction de revenus, d’autonomie ou d’état de santé.

Régulièrement nous sommes contactés par des assistantes sociales travaillant dans des services de gériatrie dans de grands hôpitaux. Elles nous contactent en dernier recours quand aucune autre solution n’a été trouvée. Nous savons alors que la situation est urgente. Nombreux sont les résidents à avoir attendu en vain des mois, voir des années,  une éventuelle place dans une maison de retraite. C’est le cas de Gérard qui est resté deux ans dans un hôpital de la région parisienne suite à un accident cérébrale ou encore de Daniel aujourd’hui décédé qui pendant 2 ans a été hébergé la nuit dans un petit placard de 2m² d’une association de quartier à Paris.

» Voir toutes les actus