Habitat partagé et autisme en Aveyron

Habitat partagé et autisme en Aveyron

Ambassadeur : 
Andréa Stourdzé

Devenir autonome est une étape décisive pour toute personne arrivant à l’âge l’adulte.  S’assumer financièrement, entreprendre, répondre soi-même à ses besoins, gérer ses ressources sont autant de défis qu’auront à relever les futurs adultes. Habiter seul et avoir son propre logement est une phase symbolique fondatrice de ce changement de vie.

Pour une personne autiste cela constitue l’un des défis les plus importants et peut-être même le plus compliqué. Plus que d’autres, les autistes ont besoin d’un accompagnement ainsi que d’une structure adaptée à leurs conditions qui les aidera sur le chemin de l’indépendance.

C’est ce que propose le projet Habitat partagé et autisme en Aveyron développé et porté par l’association Autisme Aveyron, en partenariat avec l’association SOLIHA et soutenu par SeLoger. Pendant 2 mois, l’association SOLIHA, a fait appel à votre générosité sur Les Petites Pierres pour financer l’aménagement d’une cuisine, lieu d’apprentissage, d’échanges et de convivialité (voir budget détaillé).

Pour continuer à soutenir ce projet, cliquez ICI.

Merci à tous pour votre soutien, la cuisine est financée mais il manque encore des fonds pour offrir à nos jeunes un endroit chaleureux.

 

Partager le projet :
PROJET RÉUSSI
Vos dons sont doublés
100%financés
50
18252 €
Collectés
Dont
9126 €
donnés par
Le Fonds de dotation Les Petites Pierres
Sur un objectif de
18243 €
» Voir les règles d'abondement du projet

Partenaire du projet : Le Fonds de dotation Les Petites Pierres

Pendant toute la durée du projet : votre don est doublé !

Ce projet est soutenu par Le Fonds de dotation Les Petites Pierres qui double chaque don effectué pour ce projet !

x

Ils ont fait un don

  • A la discrétion du donateur
    Luana
    29/05/2017
  • A la discrétion du donateur
    Société SeLoger
    23/05/2017
  • A la discrétion du donateur
    Anonyme
    21/05/2017
  • A la discrétion du donateur
    Dominique Gosse-Issart
    19/05/2017
    Profondément admirative par tout le travail effectué et par les réalisations concrètes qui voient le jour . Chapeau bas Messieurs Mesdames !
  • 100€
    gres
    19/05/2017
» Retrouvez tous les donateurs

Les dernières actus

Des contreparties solidaires

13 Avril 2017

Grâce à notre partenaire SeLoger, nous sommes heureux de vous proposer de superbes contreparties à vos dons :

5€ et + : Un grand merci pour votre soutien. Votre nom et votre commentaire apparaitront sur la page des donateurs de la Ligue Nationale Contre le Taudis.

20€ et + : Un grand merci + un superbe sticker créé spécialement pour l’occasion (voir l'image).

50€ et + : les contreparties précédentes + vous aurez le plaisir de recevoir une carte postale signée par les bénéficiaires.

100€ et + : les contreparties précédentes + une place de choix sera réservée à votre nom sur « le mur des donateurs » de la cuisine.

200€ et + les contreparties précédentes + une invitation pour deux personnes à l’inauguration du centre avec visite privée, rencontre des bénéficiaires et de leurs parents, présentation du programme pédagogique, un déjeuner avec spécialités locales et pleins de belles surprises (voyage à vos frais).

500€ et + : les contreparties précédentes + invitation à une soirée organisée en remerciement.

Merci à tous pour votre soutien. Ce projet est l'aboutissement de longues années de travail et de bataille pour l'association Autisme Aveyron. Nous sommes tellement heureux à l'idée d'imaginer ces jeunes réunis ensemble autour d'un repas qu'ils auront eux-mêmes préparé. Quelle fierté, quel chemin parcouru.

La semaine prochaine nous aurons le témoignage touchant de Killian, jeune adulte atteint d'autisme non verbal. Il communique grâce à une voix de synthèse (appli sur tablette ou smartphone).

Témoignage de Killian Malbert jeune autiste de 18 ans.

19 Avril 2017

“fais scintiller en toi le meilleur et les autres scintilleront de bonheur” voilà la conclusion pleine de philosophie, et d’humilité que nous livre Killian, jeune autiste de 18 ans à la fin de son témoignage. Un témoignage qui peut être source d'inspiration pour tous. Il nous livre sa perception notre société qui lui est souvent étrangère et qu'il a dû appréhender.

 

Ma lettre de coeur

Je m’appelle Killian j’ai 18 ans et je suis autiste non verbal. Je communique avec une voix de synthèse et un ipad.

Pourquoi la peinture ?

Je peins depuis deux ans et j’arrive à travers ma peinture à faire passer quelque chose que ce soit positif ou négatif. Les gens réagissent. Cela me pousse à continuer à progresser pour arriver à être mieux en société et à essayer de comprendre les codes des relations sociales qui chez moi sont quasi inexistants faute de les avoir appris petit. A cette époque j’étais enfermé dans une bulle sans amour, sans amitié sans nature et sans personne qu’avec des objets. J’ai beaucoup travaillé et j’ai pu apercevoir une fissure dans ma bulle et voir votre monde qui est si beau et si difficile à comprendre. Je veux expliquer ce qu’est mon autisme et comment je le vis au quotidien. C’est pour cela que j’écris ce texte. L’autisme ce n’est pas une maladie. Ça ne s’attrape pas comme la rougeole ou la varicelle. C’est un handicap. C’est à dire qu’on est autiste et que ça se guéri pas et qu’on doit vivre avec toute sa vie. Je n’ai pas choisi d’être comme ça. Ce handicap est dû à des problèmes neurologiques et non psychiatriques. Le cerveau d’un autiste ne fonctionne pas comme celui d’une personne ordinaire. Comment fonctionne mon cerveau? Comme le vôtre, il pense. Pour beaucoup d’entre vous le cerveau vous ne le sentez pas car il a évolué en même temps que votre corps quand vous étiez petit. Cela ne s’est pas fait pour moi et donc je suis en décalage permanent et c’est pour cela que je ressens mon cerveau. Je ne vois pas l’espace comme vous. Je ne sais pas dessiner car mon cerveau voit des taches au lieu de formes bien précises. Je ne peux pas dessiner une maison ou un visage par exemple car je ne peux pas voir ce dessin dans mon cerveau. Je ne sais pas faire des lacets ou jouer avec des jeux de société. Je ne peux pas aller en classe, je ne sais pas être autonome pour aller faire des courses seul. Je n’aime pas jouer aux jeux vidéo ou encore aller faire du skate ou du vélo.

Vous devez penser que je n’aime rien faire. Je suis passionné par les chevaux et j’aime m’en occuper et aussi j’apprécie grandement leurs présences et leurs comportements qui sont si facile à comprendre pour moi. Ils ne me jugent pas et je n’ai pas de pression je suis avec eux un ado heureux.

Être en société c’est difficile car je dois gérer des émotions qui me bouleversent et me font mal dedans. Petit je ne ressentais rien et je n’aimais même pas mes parents. Aujourd’hui ces émotions m’envahissent de manière très bouleversante et cela me fait mal. Je mets toute mon énergie à les gérer et à tout contrôler pour que les gens ne soient pas trop déstabilisés par mon attitude différente. Je connais toutes les émotions et avec mon visage je n’arrive que très peu souvent à montrer de manière adaptée ce que je ressens. Il faut savoir que sans émotions il n’y a pas de vie.

Pourquoi je peux dire cela ? Tout simplement car petit j’étais dans une armure invisible qui m’empêchait de faire une action et qui me tenait prisonnier de tout ressenti. Je suis comme ça et même avec beaucoup de travail je resterai ainsi avec un cerveau diffèrent.

Puis je progresser et m’intégrer ? Je veux aller vers les gens mais je n’y arrive pas. Je ne sais pas comment faire. Je suis perdu dans cet océan déchaîné des relations sociales et moi je suis un bateau sans marin qui ère dans cette situation si personne ne vient m’aider. Je souffre du regard des autres je stresse je perds confiance et tout cela fait que je n’ai pas le bon comportement. On n’attrape pas la différence comme la maladie mais au fil de sa vie on peut passer du côté de la différence et là le monde n’est pas un monde de bisounours. Il faut se battre tous les jours pour progresser et le soutien d’amour et d’amitié permet de tenir le cap. Il faut des heures de travail de maîtrise de soi et aussi ne jamais abandonner pour récolter un tout petit petit progrès. Il faut que je me dise que chaque petit progrès gagné est un plus pour mon futur. J’ai moi aussi des rêves et peut être que pour avancer sur le chemin de la vie je les défends plus qu’une personne ordinaire. Ils m’aident à trouver au plus profond de moi la force et la rage de faire évoluer le diagnostic de ce handicap vers une situation plus vivable.

En cette période de sensibilisation à l’autisme que peut faire notre société? Face à ce handicap qui me pourrit la vie j’ai la chance de connaître des personnes qui donnent leur temps et font partager leurs passions ou qui me font confiance dans certaines de mes capacités. C’est le meilleur moyen de construire les fondations d’une personne autiste. Toute personne peut amener quelque chose aux autistes. Juste un sourire, au lieu d’un regard froid, aide déjà à surmonter sa peur et ça ne coûte rien. Mon handicap est difficile à vivre mais heureusement que j’ai des amis et une famille extraordinaire pour avoir des petits moments de bonheur. Avoir des soucis d’ado ordinaire serait un rêve pour moi. Regarder les filles et les intéresser c’est un rêve qui ne deviendra jamais une réalité car j’ai d’autres priorités si je veux survivre dans votre société. Pour finir je pense que si demain les gens voyaient la vraie nature des personnes handicapées au lieu de voir le handicap en priorité cela permettrait d’être mieux en société. Que peut amener un autiste à vous personne ordinaire ? A vos yeux rien. Je dirai que malgré les apparences il peut amener sa façon de voir la vie et surtout de la tolérance et de l’humanité. Je ne suis pas méchant, je ne connais pas le mensonge et c’est le cas de beaucoup de personnes autistes. Alors pourquoi se comporter avec autant de regards distants et glacés ? Je garde espoir et je finis ma lettre sur cette phrase qui peut être utile à toute personne handicapée ou normale. “fais scintiller en toi le meilleur et les autres scintilleront de bonheur”

Killian Malbert

Cette lettre est ma pensée propre et elle n’engage que ma personne.

» Voir toutes les actus