Se connecter

Pour effectuer un don

Agnès Damothe Solène Bihan

Un outil pour mieux vivre dans son logement

Ambassadeur : Agnès Damothe Solène Bihan

Encore aujourd’hui, le mal-logement lié à des mauvaises conditions d’habitat est très présent. Ainsi plusieurs millions de personnes vivent actuellement dans des logements connaissant un ou plusieurs défauts graves avec des conséquences potentielles sur leur santé ou leur sécurité (absence de chauffage central, installation électrique dangereuse, moisissures, …) comme le souligne le 22ème rapport de la Fondation Abbé Pierre. De même, la précarité énergétique (c’est-à-dire un logement mal chauffé, ou dont on ne peut payer les charges) touche 1 personne sur 5 soit près de 11 millions de personnes en France.

 

Pour répondre à ce défi, la Fapil (Fédération des Associations et des Acteurs pour la Promotion et l'Insertion par le Logement) fait appel à votre générosité sur Les Petites Pierres pour créer un outil permettant aux personnes en difficultés vivant dans un logement indécent ou énergivore, de les aider à faire une demande de travaux.

Cet outil permettra à toutes les personnes qui le souhaitent de faire un bilan de leur logement et de demander des travaux auprès de leur propriétaire pour pouvoir vivre mieux dans leur logement.

Le projet Son actualité L’association L’ambassadeur Les donateurs

Un outil pour les personnes en difficultés vivant dans un logement dégradé, non décent, trop énergivore

L'objectif du projet est de créer un outil accessible aux personnes en difficulté pour évaluer l'état de leur logement au regard des normes de décence et de la qualité énergétique. Il s'agit d'un document papier très visuel (illustrations  et photos) composé d’une série de questions simples permettant de comprendre et d'évaluer l'état de son logement et de connaitre les démarches à faire selon le résultat obtenu. L'outil vise à aider les personnes à faire une demande de travaux efficace auprès de leur propriétaire que ce soit sur un logement de mauvaise qualité (décence) ou fortement consommateur en énergie (passoire thermique).

L‘idée est de pouvoir se déplacer dans son logement avec la grille de questions, et au fur et à mesure des réponses mieux comprendre ce qui dysfonctionne ou n’est pas dans la norme pour connaître en fin de questionnaire,  les démarches à suivre et les contacts où l’on peut se renseigner pour aller plus loin.

Un outil papier et numérique accessible par tous dans toute la France pour faire reculer le mal-logement et lutter contre la précarité énergétique

Le projet est porté en Auvergne-Rhône-Alpes mais l'outil sera diffusé très largement sur toute la France et en accès libre sur internet. Le projet a reçu le soutien de la Fondation de France et de l'Anah (Agence nationale de l'habitat), il est en phase de travail préparatoire. Il associe plusieurs compétences (entretien du logement, juridique, énergie, usages des locataires, mais aussi graphisme, web designer...) et différents profils d'intervenants (des intervenants sociaux, des acteurs de l'énergie, des gestionnaires de logements et des personnes concernées...). 

Ainsi, 5 associations partenaires participent à ce projet:

-AILOJ (Association d’Aide au Logement des Jeunes) accompagne des jeunes de 18 à 30 ans vers la recherche de logement autonome et de manière plus globale, dans leur parcours d’insertion.

-L’AVDL (Accompagnement vers et dans le logement)accueille et accompagne tous les villeurbannais en difficulté de logement : soutien à la recherche de logement, aide à l’accès au logement, lutte contre les expulsions, conseils en cas de litiges locataire-propriétaire, lutte contre l’indécence et l’insalubrité.

-L’ALPIL (Action pour l'Insertion par le Logement) accueille des ménages en difficulté d’habitat et assure une présence continue sur l’ensemble des questions liées au maintien ou à l’accès au logement dans le cadre du droit commun.

-Régie Nouvelle-Habitat et Humanisme Rhône gère des logements pour le compte de propriétaires privés et loge des ménages en difficultés.

-L’Agence Locale de l’Energie de l’agglomération lyonnaise co-anime l’Espace Info Energie et conseille notamment les particuliers pour lutter contre la précarité énergétique.

Fapil Rhône-Alpes

La Fapil Rhône-Alpes Auvergne est une fédération d'associations agissant sur le logement des personnes en difficulté. Les associations du réseau interviennent auprès des propriétaires privés pour les convaincre de louer à des loyers modérés  et des loger des personnes en difficulté. Les associations accueillent les ménages, gèrent les logements pour le compte des propriétaires, les conseillent pour les travaux et accompagnent les ménages.

La Fapil Rhône-Alpes Auvergne joue un rôle de formateur pour les associations (salariés et bénévoles), créé des outils communs, mutualisent les compétences, les savoirs faire, mets en lumière les innovations et interpelle les pouvoirs publics sur les problématiques de mal-logement.

Agnès Damothe Solène Bihan

Agnès Damothe, chargée de mission & Solène Bihan, déléguée régionale

Décrivez votre parcours et engagement au sein de la Fapil ?

AD : Dans le cadre de mon cursus à l’Institut d’Urbanisme de Lyon, j’ai eu l’occasion de réaliser des stages  au centre social de Rillieux-la-Pape et à la Mission territoriale Entrée Est de la Ville de Lyon qui m’ont permis de contribuer à des projets de développement de quartiers prioritaires. Les  questions sociales m’ont toujours tenu à cœur, c’est pourquoi, une fois diplômée, j’ai rejoins l’équipe de Fapil Auvergne-Rhône-Alpes en 2014. Notre Fédération est engagée dans la lutte contre le mal-logement et soutient les associations qui accompagnent  au quotidien les ménages les plus fragiles.

SB : Je suis juriste de formation et conduit des projets sur le logement depuis 2004. Avec l’émergence des questions d’énergie dans le logement et de lutte contre la précarité énergétique j’ai coordonné plusieurs projets multipartenaires pour développer des modèles de travaux dans les logements des locataires du parc privé, puis pour améliorer la relation propriétaire/ locataire dans les situations de logements en mauvais état. 

Qu’est-ce qui vous a donné l’envie de lancer ce projet ?

Lors d’un précédent projet sur la médiation propriétaire /locataire, nous nous sommes rendues compte que très peu de locataires en situation de mal-logement engageaient des démarches auprès des propriétaires (courriers, mails, etc.) pour la réalisation de travaux de mise aux normes par méconnaissance des démarches possibles.

Il nous a semblé important de mieux informer les personnes sur cet enjeu mais nous voulions innover dans la forme pour que les personnes puissent véritablement s’approprier l’outil, d’où l’idée d’un autodiagnostic de la décence et de la qualité énergétique.

Pourquoi est-ce important de soutenir ce projet ?

Le mal-logement concerne plusieurs millions de personnes et touchent tout particulièrement les personnes les plus modestes qui, parce qu’elles ont des ressources plus faibles, n’ont parfois pas d’autres choix que d’habiter un logement non décent ou énergivore.  Pour autant, les notions de décence ou de performance énergétique sont  relativement complexes et techniques ce qui rends souvent difficile le repérage objectivable des problématiques rencontrées dans le logement. Beaucoup de ménages concernés vont les exprimer par le ressenti (exemple : « j’ai froid dans mon logement ») sans forcément savoir que leur logement est énergivore ou indécent et que des actions peuvent être engagées pour faire valoir leurs droits.

Soutenir ce projet, c’est contribuer collectivement à faire reculer le mal-logement !

Qu'est-ce que ce projet va changer dans la vie des bénéficiaires?

Ce projet va permettre aux bénéficiaires de qualifier plus précisément l’état de leur logement, d’être mieux informés sur les démarches à faire et surtout à qui s’adresser (associations spécialisées, services municipaux, etc.) pour se faire accompagner en cas de besoin.