Espace convivial pour les personnes sans domicile

Espace convivial pour les personnes sans domicile

Ambassadeur : 
Maria Habre

A l’occasion de leurs 60 ans, Les Compagnons Bâtisseurs ont décidé de mener un chantier solidaire dans le cadre du projet Le Carillon, avec l’association La Cloche, hébergée sur le site des Grands Voisins. Il s'agit d’aménager une pièce dédiée à l’accueil des personnes sans domicile dans le 14ème arrondissement de Paris. Ce chantier sera mené par une vingtaine de bénévoles, personnes accueillies et volontaires issus des deux associations, encadrés par des professionnels. Les Compagnons Bâtisseurs et Le Carillon font appel à votre générosité sur Les Petites Pierres pour financer le projet : outillage, matériaux, encadrement,…(voir budget détaillé). 

Partager le projet :
PROJET RÉUSSI
Vos dons sont doublés
100%financés
88
8005 €
Collectés
Dont
4002.5 €
donnés par
Le Fonds de dotation Les Petites Pierres
Sur un objectif de
8005 €
» Voir les règles d'abondement du projet

Partenaire du projet : Le Fonds de dotation Les Petites Pierres

Pendant toute la durée du projet : votre don est doublé !

Ce projet est soutenu par Le Fonds de dotation Les Petites Pierres qui double chaque don effectué pour ce projet !

x

Ils ont fait un don

  • A la discrétion du donateur
    Anonyme
    15/06/2017
  • A la discrétion du donateur
    Myriam
    15/06/2017
    Bon courage à tous pour cette semaine de construction solidaire et bravo !
  • A la discrétion du donateur
    denis.C
    15/06/2017
  • A la discrétion du donateur
    Anonyme
    15/06/2017
    les petits cailloux construisent aussi des murs
  • A la discrétion du donateur
    Anonyme
    15/06/2017
» Retrouvez tous les donateurs

Les dernières actus

Nourreddine, Ambassadeur du Carillon !

24 Mai 2017

Salut Noureddine, peux-tu te présenter ?

Je m'appelle Noureddine, j'ai 70ans. J'étais comptable en Algérie avant mon divorce. Sans-domicile depuis 4 ans et sans même un toit sur la tête depuis 3 mois, je dors dans le couloir d'un centre commercial à Ivry, sur un lit en carton que je me suis fabriqué.  

Même s'il n'y a pas de mur, c'est mon "chez moi"pour l'instant... Il y a trois autres gars qui dorment ici. Ils respectent mon espace mais ils sont assez bordéliques tout autour. Ça peut paraître bête mais je leur demande de jeter leurs cigarettes dans un cendrier que j'ai fabriqué avec une canette et que je vide au fur et mesure de la journée. J’ai toujours été comme ça, je n'aimais pas voir traîner les cendriers plein sur ma table basse.

"Je suis peut-être ce qu'on appelle un "SDF" mais je suis toujours à cheval sur la propreté :)"

Sinon, j'aime la lecture, la philosophie, la musique et surtout les gens.

 

Tu parles souvent de lecture... aurais-tu un livre à nous recommander ?

Le prophète de Gibran Khalil. J'ai découvert ce livre l'année où j'ai passé mon bac grâce à Jennifer, ma professeur d'anglais. 

Cela a été une révélation pour moi et depuis, sa philosophie guide ma vie. Je te le recommande !! Il faut que tu le lises.

 

Comment as-tu connu le Carillon ?

J'ai été invité par Djamel, un ambassadeur bénévole, à l'évènement de lancement du 14e arrondissement. J'ai passé la soirée à boire des coups avec des gens adorables et j'ai dansé. Je n'avais pas dansé depuis mon divorce il y a 15 ans.

 

Pourquoi es-tu devenu ambassadeur ?

"La vie c'est comme une échelle on monte deux marches et on se retourne pour regarder en bas et faire avancer une autre personne." C'est un proverbe arabe, une philosophie de vie, que j'ai essayé de transmettre à mes enfants. 

J'ai toujours essayé de faire du bien autour de moi. A mes "colocataires de fortune", je conseille ne pas oublier de se respecter pour que les gens continuent à le faire. Je ne loupe jamais un rdv à la douche de l'accueil de jour que je fréquente et j'essaie de les inciter à faire pareil. Depuis quelques semaines, j'aide de jeunes algériens dans leurs démarches, je fais des traductions et parfois des connaissances m'appellent pour que je les accompagne à la poste ou à pôle emploi . J'ai travaillé des années en tant que comptable puis dans l'administration d'une compagnie aérienne donc pour moi c'est facile.

"Au sein du réseau solidaire Le Carillon, j'essaie simplement d'aider."

 

Quelles sont tes missions?

Je pense que les services proposés par les commerçants améliorent vraiment le quotidien des sans domicile donc je les informe. J'essaie aussi de faire changer le regard que l'on peut porter sur les gens comme moi en témoignant dans la gazette ou à la radio du Carillon... Nous sommes aussi en train de monter la chorale du Carillon.

 

Qu'est-ce que tu aimes au sein du réseau solidaire ?

Les rencontres. J'essaie d'ailleurs d’accompagner les gars aux évènements et à la Chorale qu'on est en train de monter. Certains se motivent, pour d'autres c'est plus compliqué mais j’insiste parce que ça leur fait du bien de sortir de leur routine et de rencontrer des gens qui ne sont pas dans la galère, ou moins que nous...

"J'ai aussi trouvé une bonne écoute au Carillon." 

 

"La solidarité", ça veut dire quoi pour toi ?

Je te répondrai avec un proverbe : "On a besoin de deux mains pour applaudir!" . Seul, on n'est pas grand chose.

"La solidarité, c'est accompagner et se sentir accompagné".

 

Et toi, dans tout ça... est-ce que cela t'aide ? 

Je sais que je passe plus de temps à faire des choses pour les autres que pour moi-même...Mais ce serait pareil si je n’étais pas sdf : si je peux aider, je le fais.

Mon père était comme ça. Enfant, j’ai souvent entendu cette histoire : un jour un homme de notre village a frappé chez nous pour demander s’il pouvait emprunter de l’argent afin de régler une situation urgente. Mon père n'avait pas de quoi lui prêter des sous mais il lui a dit de revenir une semaine plus tard. Qu'est-ce qu'il a fait ? Il a lui-même été emprunter à un voisin ! Quand ma mère lui a demandé pourquoi il avait fait ça, il a répondu qu'on lui avait demandé de l'aide et qu'il ne pouvait pas refuser de tendre la main à quelqu'un ... Dans le fond, ça fait du bien se sentir utile.

"Je pense que j'aurais vraiment lâché l'affaire si personne n'avait eu besoin de moi. "

Et toi, Laura, pourquoi tu es impliquée dans le réseau du Carillon ? Je suis sûr que que c'est pour les même raisons que moi ! ;)

Heu... oui en effet héhé !

 

Un conseil à donner aux autres Carillonneurs ?

Un dernier proverbe : "Si la parole est d'argent, le silence est d'or".. :)

"L'important, c'est de savoir écouter les autres."

Peu de gens savent vraiment le faire... et pourtant, beaucoup souffrent de solitude et ne demande qu'une oreille pour les écouter un peu ! 

Elsa Delouche du Carillon, l'interview !

12 Juin 2017

Bonjour Elsa ! Le Carillon et les Compagnons Bâtisseurs s’apprêtent à réaliser ensemble un chantier au sein de votre structure, sur le site des Grands Voisins. L’occasion de découvrir l’engagement et l’action quotidienne du Carillon et de t’interviewer !

 

Peux-tu nous dire quelles sont les convictions du Carillon et les actions pour lesquelles vous œuvrez quotidiennement ?         

L'association La Cloche développe différents projets, tels que le Carillon, dont l'objectif est de réhabiliter l'image des personnes en situation de précarité.

 

En quoi l’action du Carillon est-elle complémentaire ou différente de l’aide que peuvent apporter les autres structures dédiées aux personnes sans domicile ?

Elle ne peut être sans l'existant et l'existant s'en trouve renforcé : nous touchons les personnes les plus démunis à travers les maraudes existantes et nous complétons l'offre disponible à travers des services offerts par les commerçants.

 

Quelles sont tes missions et pourquoi as-tu choisis de rejoindre le réseau solidaire ?

Je coordonne les différentes activités favorisant l'insertion des personnes, et plus particulièrement la permanence d'accueil et la biscuiterie. J'ai fait la choix de quitter mon ancien poste convaincue de la démarche du projet Carillon que je trouve simple et concrète (l'échange de service), singulière et à haute valeur (plus que des services ce sont autant de prétextes à la rencontre)

 

Par méconnaissance ou par manque d’informations, nous avons parfois des idées reçues sur les personnes sans domicile et le Carillon œuvre notamment à combattre ces préjugés. Quelles sont les idées reçues contre lesquelles tu milites et en quoi sont-elles erronées ?

Les personnes sans domicile sont inactives : si une proportion n'a pas d'emploi, les personnes sans domiciles sont néanmoins actives, car chaque geste du quotidien est d'autant plus complexe (les lieux pour se doucher, pour manger, etc sont espacés, chacun avec ses horaires)

 

Parlons maintenant de l’espace de convivialité pour les personnes sans domicile qui sera aménagé avec les Compagnons Bâtisseurs. Peux-tu nous parler du projet : les objectifs auxquels il répond et pourquoi avoir opté pour cette idée d’aménagement ?

Cet espace que je nomme bric à brac a pour objectif de compléter et améliorer le quotidien des personnes sans domicile (déposer ses affaires pour la journée, charger son téléphone, recoudre son sac, etc.). Une des spécificités est la volonté que cet espace soit auto géré, nous faisons confiance aux personnes et venons en support.

 

Qu’apportera cet espace dans la vie quotidienne des personnes que tu accompagnes ?

Cet espace encouragera des choses imperceptibles et indispensables : prendre le temps pour soi et permettre plus d'autonomie.

 

En quoi la mise en place d’un chantier solidaire, accueillant des volontaires et bénévoles de tous horizons apportera à la vie de la structure ?

Le chantier est l'occasion de favoriser les rencontres et d'échanger ses compétences avec tous.

 

Peux-tu nous faire part d’un proverbe ou une expression que tu aimes particulièrement ?

Ils ne savaient pas que c'était impossible alors ils l'ont réalisé.

 

As-tu un livre à nous conseiller ?

“Tom, petit homme, tout petit homme” de Barbara Constantine

 

Merci Elsa !

» Voir toutes les actus