Des baskets pour les migrants à Calais

Des baskets pour les migrants à Calais

Ambassadeur : 
Etienne Legoff

L’association SALAM vient en aide aux migrants de Calais. SALAM (Soutenons, Assistons, Luttons, Agissons pour les Migrants et les pays en difficultés) est une association créée en 2003 à Calais après la destruction du camp de Sangatte, pour aider les migrants alors jetés à la rue. Depuis cette date, l’association répond aux besoins élémentaires des réfugiés.

Les migrants affluent sans cesse sur le littoral du Nord/Pas-de-Calais, et tout particulièrement à Grande-Synthe. SALAM y a un deuxième pôle. Ses bénévoles distribuent des denrées permettant la préparation de repas, des vêtements et des couvertures, ils accompagnent les demandeurs d’asile dans leurs démarches administratives et s’efforcent de sensibiliser le grand public à la situation des migrants sur notre littoral.

A Grande-Synthe, les bénévoles continuent de préparer et distribuer un repas chaud quatre jours par semaine, (ils peuvent assurer jusqu’à 500 repas quotidiens). Ils ne donnent plus ni tentes ni bâches depuis que le nouveau camp de la Linière a été installé par MSF (Médecins Sans Frontières) avec des abris tous du même type. A Calais, le relais a été pris par l’Etat pout la distribution du repas chaud quotidien mais les bénévoles continuent de distribuer des tentes et des bâches pour faciliter la mise à l’abri.

L’association SALAM fait appel à votre générosité sur Les Petites Pierres pour acheter des baskets pour les migrants dont les pieds sont soumis à rude épreuve : la boue, le froid, l’humidité… Les baskets sont en manque permanent dans les stocks de SALAM (et de toutes les associations qui viennent en aide aux migrants) ; elles seront donc distribuées immédiatement, dès leur réception, à ceux qui nous semblent en avoir le plus besoin (voir budget détaillé).

Partager le projet :
PROJET RÉUSSI
Vos dons sont doublés
100%financés
57
7500 €
Collectés
Dont
3750 €
donnés par
Le Fonds de dotation Les Petites Pierres
Sur un objectif de
7500 €
» Voir les règles d'abondement du projet

Partenaire du projet : Le Fonds de dotation Les Petites Pierres

Pendant toute la durée du projet : votre don est doublé !

Ce projet est soutenu par Le Fonds de dotation Les Petites Pierres qui double chaque don effectué pour ce projet !

x

Ils ont fait un don

  • A la discrétion du donateur
    Anonyme
    16/06/2016
  • A la discrétion du donateur
    Guérin du Masgenêt
    16/06/2016
    Pour avoir un peu moins honte de mon gouvernement ...
  • 50€
    Anonyme
    16/06/2016
  • 140€
    Anonyme
    10/06/2016
    SOLIDARITE SALAM EVREUX
  • 10€
    Maginot
    08/06/2016
    Merci à tous ceux qui sont aux cotés des réfugiés pendant l'hiver et dans les moments difficiles. Vous êtes la fierté de notre région.
» Retrouvez tous les donateurs

Les dernières actus

Les migrants de Grande-Synthe et Calais

27 Mars 2017

Les migrants partent de leur pays pour la même raison : l’insécurité régnante dans leurs pays d’origine, à cause des guerres, des persécutions, de leurs engagements politiques ou religieux, de problèmes économiques. Ils viennent de pays en guerre, où la liberté est bafouée, où la situation économique ne leur permet pas de vivre. Pour eux la France est le pays des droits de l’homme, un pays européen où il fait bon vivre ou les droits des hommes sont respectés. La réalité est malheureusement bien différente en ce qui les concerne.

Différents pays sont concernés : Afghanistan, Iran, Pakistan, Kurdistan Irakien, Erythrée, Soudan, Palestine, Somalie. Il s’agit majoritairement de jeunes hommes célibataires, suffisamment costauds pour affronter les pires difficultés au cours du long trajet qui les amènera vers la destination souhaitée, le Royaume Uni dans la plupart des cas. De plus en plus de familles se joignent à eux.

Pour envoyer leur enfant en Occident, les familles restées aux pays se sont cotisées, endettées. Leur espoir est de pouvoir vivre plus décemment sur place, une fois que le garçon de la famille aura atteint son but, trouvé du travail et remboursé sa dette.

Les migrants sont de différentes confessions et issus de différents milieux sociaux. Nous avons croisé des mécaniciens, coiffeurs, ouvriers, médecins, journalistes, étudiants… Le plus souvent, étant donné les frais énormes engagés sans un tel voyage, ce sont cependant des gens issus de milieux aisés.

Parfois, nous avons à faire à des femmes, des enfants, voire des familles complètes. Ce sont des cas plus rares, mais pas si isolés, notamment lorsqu’il s’agit des mineurs. En 2007, ce sont plus de 2000 mineurs qui ont été interpellés. 36,2% d’entre eux avaient moins de 16 ans (source : rapport CFDA 2008).

Quel est le niveau de vie d’un migrant avant son arrivée en France ?
Pour arriver jusqu’en France, il faut payer aux passeurs entre 15 et 20 000 €. Certaines familles vendent des biens pour réunir l’argent. D’autres qui n’ont pas les fonds nécessaires empruntent auprès de leur famille ou des amis. Enfin, et c’est souvent le cas, c’est le migrant qui une fois arrivé en Angleterre est chargé d’envoyer les fonds nécessaires pour rembourser le passage et faire vivre la famille restée au pays.

Y a-t-il des femmes et des enfants ?
Les femmes sont en minorité car il est encore plus difficile pour elles de quitter leur pays et de réussir à atteindre l’Europe. Elles sont majoritairement africaines et viennent d’Erythrée. Des enfants afghans arrivent régulièrement à Calais.

Les enfants sont-ils toujours accompagnés par leur famille ?
Non.  De plus en plus de familles transitent par Calais. Les adolescents  sont parfois accompagnés d’un frère, d’un cousin mais certains arrivent seuls.

 

Une histoire qui finit bien...

27 Mars 2017

Mohammed a dû quitter la Syrie où il était professeur d'anglais prés d'Alep. Quand Daech a envahi sa région, n'acceptant pas cette domination, il n'a eu qu'un choix de la part des islamistes pour éviter la mort, se soumettre et payer l'impôt ou partir.


Il est parti et, au bout de son périple, est arrivé à Calais où il est resté 4 mois et 17 jours et a vécu et dormi sur le parvis de l'église, au Courghain maritime. Il s'y est fait des amis, a passé plusieurs soirées chez nous, pris une douche, chez d'autres personnes aussi.


Toutes les nuits il essayait de monter sur un camion pour atteindre la Grande Bretagne. Il a réussi une nuit, accompagné d'un jeune étudiant, à atteindre le quai d'embarquement, le chauffeur qui les a vu se glisser sous son camion n'a rien dit, est monté sur le bateau lentement et les a déposés sur un parking de la route de Londres avec un sourire et un grand geste de la main.


Mohammed s'est présenté aux autorités qui lui ont fait passer une journée au centre de rétention de Douvres. Dès le lendemain, sa demande d'asile bien entamée, il est logé à Leeds puis à Sheffield et est enfin à Manchester où il vit depuis presque un an. Il travaille dans le quartier arabe dans un restaurant, trouve la ville fort agréable et la vie très économique.
La mafia lui a réclamé dès son arrivée à Manchester le remboursement des "services" rendus. Mohammed a travaillé 16 heures par jour pendant 6 mois pour rembourser et pouvoir continuer d'envoyer de l'argent à sa famille.


Il a obtenu ses papiers et a économisé alors pour s'offrir un billet d'avion Manchester-Paris et ce vendredi 15 avril Mohammed est arrivé à Calais pour remercier tous ceux et toutes celles qui l'ont aidé, beaucoup ont eu le bonheur de le retrouver, les voisins de l'église, Yves et Joëlle et d'autres. Il était très heureux d'avoir pu tenir la promesse qu'il avait faite à Calais, s'il réussissait à passer, de revenir remercier tous ceux qui l'avaient aidé, lui avaient ouvert leur coeur et leur maison.
Une histoire qui finit bien.


Claudine Moine
Mohammed et Georges

» Voir toutes les actus