Accompagner des personnes sous main de justice

Accompagner des personnes sous main de justice

Ambassadeurs : 
Francis Gaquère et Marc Renart

   

 

Trouver un logement est un des nombreux obstacles que doivent surmonter les détenus à leur sortie de prison. En sortant après une peine de plusieurs années, les détenus totalement pris en charge se sentent perdus face aux nombreuses démarches à effectuer pour se réinsérer. A travers son projet Devenirs-Matter, les Foyers Matter souhaitent venir en aide à ces personnes en leur proposant un toit mais également un accompagnement social, professionnel et éducatif, pour retrouver une autonomie suffisante et envisager un retour à un logement autonome et à une vie professionnelle.

L’association des Foyers Matter fait appel à votre générosité sur Les Petites Pierres pour équiper trois appartements à Meyzieu (69) en mobilier, vaisselle et électroménager (voir budget détaillé), afin de permettre l’accueil de personnes isolées sortant de prison. 

 

Partager le projet :
PROJET RÉUSSI
Vos dons sont doublés
100%financés
39
8010 €
Collectés
Dont
4005 €
donnés par
Le Fonds de dotation Les Petites Pierres
Sur un objectif de
8010 €
» Voir les règles d'abondement du projet

Partenaire du projet : Le Fonds de dotation Les Petites Pierres

Pendant toute la durée du projet : votre don est doublé !

Ce projet est soutenu par Le Fonds de dotation Les Petites Pierres qui double chaque don effectué pour ce projet !

x

Ils ont fait un don

  • 30€
    PIDOUX
    18/09/2016
  • 300€
    catrice
    18/09/2016
  • A la discrétion du donateur
    Anonyme
    18/09/2016
  • A la discrétion du donateur
    ROCA
    18/09/2016
  • 300€
    Anonyme
    16/09/2016
» Retrouvez tous les donateurs

Les dernières actus

Quelle est la situation d'un détenu à sa sortie de prison?

27 Mars 2017

La personne sortant de prison peut être totalement libre ou tenue par le juge d’application des peines (JAP), de respecter un certain nombre d’obligations ; Ne pas fréquenter un territoire, ne pas rencontrer une ou des personnes, ne pas exercer un métier, se soigner (addictions)…

Les Conseillers Pénitentiaires d’Insertion et de Probation (CPIP)  de l’administration pénitentiaire (SPIP), en lien avec les JAP  sont chargés de vérifier le respect des jugements. Vu le nombre de personnes qu’ils ont à suivre (de l’ordre de 180 en France pour 50 dans les pays nordiques),  ils confient souvent ce suivi à des associations plus ou moins spécialisées.

Qu’ils soient totalement libres ou en liberté conditionnelle, sous bracelet électronique, « mis à l’épreuve » les sortants de détention se retrouvent dans trois catégories :

  • Leur condamnation est un accident de parcours. Leur réseau familial et amical les soutient. Ils n’ont pas besoin d’un suivi  particulier pour retrouver une place dans la société.
  • Leur passage en détention fait partie de leur parcours de vie. Ils vivent avec et n’envisagent pas de remettre en question leur vie à risque et marginale. Ceux là ne sont pas prêts à suivre un parcours d’insertion. Un déclic viendra peut-être un jour ; l’âge, une rencontre, une naissance, un accident… pour modifier leur regard et leur attitude. A ce stade, seule la police reste leur interlocuteur privilégié.
  • Leur passage en prison est le résultat de dérives progressives, de fréquentations malsaines, de comportements sous influence, d’un passé complexe, chargé de violences et de fractures… Ce sont ces personnes qui ont besoin d’un accompagnement et d’un suivi dans leurs démarches. Elles ont besoin de (re)trouver dans la société des raisons de se lever le matin de respecter leurs interlocuteurs, de définir, seule ou avec d’autres, des projets de vie. L’activité professionnelle est un élément important dans ce parcours. Elle donne des moyens financiers, des liens sociaux, des moyens de valoriser un savoir faire, une dignité tout simplement. C’est à ces personnes que s’adresse Devenirs-Matter.
» Voir toutes les actus